Mihá­ly Dresch Quar­tet With Ch­ris Pot­ter

Zea

Jazz Magazine - - LE GUIDE - PAUL JAILLET Mihá­ly Dresch (ts, ss, fl), Miklós Lukács (cym­ba­lum), Hock Ernö (b), István Baló (dm), Ch­ris Pot­ter (ts, bcl). Bu­da­pest, Fes­ti­val Theatre, 16 avril 2012.

1 CD BMC / UVM

Nou­veau­té. Cette rencontre im­pro­bable entre la lé­gende vi­vante du jazz free-bop hon­grois et le qua­dra vir­tuose amé­ri­cain n’est pas dic­tée par un pro­gram­ma­teur à l’af­fût d’une al­lé­chante créa­tion in­édite. Zea, la femme de Ch­ris Pot­ter, est de na­tio­na­li­té hon­groise. C’est elle qui lui a fait ren­con­trer Mihá­ly Dresch sus­ci­tant une ami­tié qui s’est for­gée au cours de ran­don­nées et d’échanges mu­si­caux ma­giques au­tour du lac Ba­la­ton. Au fil des an­nées, cette fruc­tueuse re­la­tion s’est pour­sui­vie dans des condi­tions idéales. Ce CD en est la tra­duc­tion fi­dèle. Le concert dé­bute par la très belle com­po­si­tion mé­lo­dique du bat­teur Ed Bla­ck­well, To­go, au cours de la­quelle la flu^te po­pu­laire hon­groise de Dresch et le cym­ba­lum de Miklós Lukács se pa­rent de splen­dides cou­leurs afri­caines. La bal­lade titre com­po­sée et jouée à la cla­ri­nette basse par Pot­ter pos­sède dans ce contexte des ac­cents ma­gyars fa­çon Bartók. Ce gen­til souf­fleur, sûr de ses anches, a aussi ap­por­té l’ébou­rif­fant titre Free qui offre à cha­cun beau­coup d’es­pace pour s’ex­pri­mer fort li­bre­ment. Les cinq autres pièces jouées au cours de ce live étin­ce­lant sont toutes de la plume de Mihá­ly Dresch. Son jazz éner­gique est un tour­billon dia­bo­lique d’en­vo­lées col­tra­niennes mâ­ti­nées de mu­sique po­pu­laire hon­groise. Voi­là donc un al­bum au­then­tique qui ré­joui­ra les ama­teurs de li­ber­té. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.