Ni­cole Mit­chell Man­dor­la Awa­ke­ning II Emer­ging Worlds Charles Min­gus The Com­plete 1960 Nat Hen­toff Ses­sions Louis Scla­vis / Do­mi­nique Pi­fa­ré­ly / Vincent Cour­tois Asian Fields Va­ria­tions

The Com­plete 1960 Nat Hen­toff Ses­sions

Jazz Magazine - - HOMMAGE - PHILIPPE MÉZIAT Charles Min­gus (b) avec no­tammnent Roy El­dridge, Ted Cur­son (tp), Jim­my Knep­per, Britt Wood­man (tb), Eric Dol­phy (as, bcl, fl), Boo­ker Er­vin (ts), Charles McP­her­son (as), Paul Bley, Tom­my Fla­na­gan (p), Jo Jones, Max Roach, Dan­nie Rich­mond

1 cof­fret de 3 CD Es­sen­tial Jazz Clas­sics / Pias

RÉ­ÉDI­TION. Nat Hen­toff, jour­na­liste, écri­vain, est mort le 7 jan­vier der­nier. Comme le rap­pelle cette su­perbe ré­édi­tion, il était aussi pro­duc­teur à ses heures, pour le la­bel Can­did par exemple, dont l’exis­tence fut très brève.

Nat Hen­toff avait été ap­pro­ché par le fon­da­teur du la­bel, Ar­chie Bleyer, pour faire en­re­gis­trer des mu­si­ciens sans au­cune pres­sion com­mer­ciale. Par­mi la tren­taine d’al­bums pro­duits en huit mois fi­gurent, ici réunis, “Charles Min­gus Pre­sents Charles Min­gus”, “Min­gus”, et “New­port Re­bels” (té­moi­gnage en stu­dio du “off” or­ga­ni­sé par Min­gus et Max Roach en marge du New­port Jazz Fes­ti­val de 1960). De ces trois disques en­re­gis­trés entre le 20 oc­tobre et le 11 no­vembre 1960, le pre­mier brille par sa ri­gueur et sa ru­go­si­té po­li­tique, avec comme joyau brut de dé­cof­frage les fa­meuses Ori­gi­nal Fau­bus Fables, “ori­gi­nal” parce que com­por­tant les par­ties vo­cales par­lées/chan­tées que la mai­son Co­lum­bia avait cen­su­rées lors de l’en­re­gis­tre­ment de “Min­gus Ah Um”. On y en­tend donc les échanges entre le contre­bas­siste et son bat­teur, Dan­nie Rich­mond, tour­nant en ri­di­cule le gou­ver­neur sé­gré­ga­tion­niste Or­val Fau­bus (voir les in­ci­dents de 1957 au ly­cée de Lit­tle Rock), ain­si qu’un long dia­logue dans “What Love ?” entre Min­gus et Eric Dol­phy qui font lit­té­ra­le­ment “par­ler” leurs ins­tru­ments. On a même vu dans ce dia­logue l’an­nonce par Dol­phy qu’il al­lait quit­ter le groupe, ce qui semble as­sez peu pro­bable puis­qu’il ve­nait juste d’y ar­ri­ver et al­lait y re­ve­nir très sou­vent. Tout, ici, mé­rite le Choc, y com­pris le jeu de ba­lais de Jo Jones dans le troi­sième disque.•

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.