Hank Mo­bley A Cad­dy For Dad­dy

Eve­ry­day Seem Like Mur­der Here

Jazz Magazine - - HOMMAGE -

1 CD Light In The At­tic / Pias

In­édit. En ma­tière de blues et de mu­siques tra­di­tion­nelles ap­pa­ren­tées, les an­nées 1960 ont don­né lieu aux re­dé­cou­vertes de plu­sieurs fi­gures his­to­riques (Son House, Skip James, Mis­sis­sip­pi John Hurt, Buk­ka White) et à la dé­cou­verte de quelques grands dé­po­si­taires par­ve­nus à un âge res­pec­table sans avoir en­re­gis­tré, comme le song­ster texan Mance Lips­comb. S’il n’était pas tout

à fait de leur sta­ture, Hayes McMul­len, dis­pa­ru en 1986 à 84 ans, fai­sait par­tie de la même sphère. Ce blues­man-mé­tayer du Del­ta, mu­si­cien de bal ap­pe­lé à de­ve­nir pré­di­ca­teur, avait dé­bu­té en 1920, joué avec Char­ley Pat­ton et Ish­mon Bra­cey. Avec un jeu de gui­tare no­tam­ment in­fluen­cé par Pat­ton, il sa­vait “re­faire” di­vers styles lo­caux, d’une voix douce au fal­set­to qui le rap­pro­chait de Tom­my John­son. Les pré­sents en­re­gis­tre­ments réa­li­sés par Gayle Dean Ward­low, his­to­rien du blues na­tif du Mis­sis­sip­pi, étaient res­tés in­édits à l’ex­cep­tion d’un titre, l’ex­cellent Look-A Here Wo­man Blues où la gui­tare s’au­to­rise une mon­tée chro­ma­tique in­ha­bi­tuelle. McMul­len pos­sède un drive in­con­tes­table et va­rie spon­ta­né­ment sa fa­çon de s’ac­com­pa­gner, tout comme il in­tègre vo­lon­tiers des phrases chan­tées d’ori­gines très di­verses, se­lon le prin­cipe des floa­ting verses (par exemple dans Goin’ Where The Chil­ly Winds Don’t Blow). Sa ver­sion de Kan­sas Ci­ty Blues pré­sente un choix d’ac­cords as­tu­cieux et, dans No Tri­flin’ Kid, notre homme prend une voix de faus­set, frappe sur sa gui­tare, s’in­ter­rompt puis re­prend après avoir ri un bon coup. • PHILIPPE BAS-RABÉRIN Hayes McMul­len (g, voc). Tut­wi­ler et Jack­son (Mis­sis­sip­pi), juillet 1967 et no­vembre 1968.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.