De­nys Bap­tiste

The Late Trane

Jazz Magazine - - LE GUIDE -

1 CD Edi­tion Re­cords / Pias

Nou­veau­té. Ce saxo­pho­niste lon­do­nien aux as­cen­dances ca­ri­béennes est une fi­gure de la jaz­zo­sphère bri­tan­nique. Ques­tion : le de­vien­dra-t-il de ce cô­té-ci du Chan­nel ? De­nys Bap­tiste est un mu­si­cien par­ci­mo­nieux (cin­quième al­bum en vingt ans) qui n’en­re­gistre qu’au mo­ment où il se sent prêt. “The Late Trane” obéit donc à une in­jonc­tion in­té­rieure au­then­tique. Bap­tiste n’a pas choi­si le plus simple en cé­lé­brant – pas­sage obli­gé ? – le John Col­trane post “A Love Su­preme”. Des thèmes peu re­joués comme Dusk Dawn, Ascent connaissent ici des in­ter­pré­ta­tions hé­las as­sez peu éloi­gnées des ori­gi­naux et Tran­si­tion, fa­çon bal­lade, fait re­gret­ter l’éner­gie col­tra­nienne. Au point que pour sa­voir ce que Col­trane a d’unique, il suf­fit par­fois d’écou­ter les “col­tra­ni­sants” et en­tendre ce qui manque. On pré­fé­re­ra donc ici un Vi­gil réel­le­ment ar­ran­gé à la sauce per­son­nelle de Bap­tiste avec le non né­gli­geable ap­port de Steve William­son : la mé­ta­mor­phose du lé­gen­daire duo Col­trane/El­vin en quin­tette fun­ky est à la fois in­at­ten­due et réus­sie. In­ver­se­ment, Dear Lord connaît une ver­sion ré­duite au duo saxo­phone/ basse qui per­met d’ap­pré­cier – tout de même – la qua­li­té du saxo­pho­niste. Mal­heu­reu­se­ment, on est une fois de plus obli­gé de ré­pé­ter que s’agis­sant de Col­trane, l’ori­gi­nal reste pré­fé­rable à la

DPQJF t FRAN­ÇOIS-RE­NÉ SI­MON De­nys Bap­tiste (ts, ss), Nik­ki Yeoh (p, cla), Neil Charles (b), Rod Youngs (dm) + Steve William­son (ts), Ga­ry Cros­by (b). Londres, 18-20 jan­vier 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.