Yazz Ah­med

La Sa­bo­teuse 1 CD Naim Re­cords / naim­re­cords.com

Jazz Magazine - - LE GUIDE -

Ré­vé­la­tion ! Nou­veau­té. La trom­pet­tiste Yazz Ah­med prouve une fois de plus que le jazz n’est plus un ter­rain de jeu ex­clu­sif. Dé­sor­mais, il se joue avec l’ap­port d’ex­pé­riences dis­pa­rates qui font évo­luer ses contours et nour­rissent son pro­pos. Cette jeune bri­tan­no­ba­rhei­nienne qui a tra­vaillé avec Ra­dio­head ou Joan As Po­lice Wo­man (mais aus­si Ken­ny Whee­ler) re­ma­nie le jazz à la lu­mière d’un hé­ri­tage mu­si­cal in­trin­sè­que­ment riche. Me­nant les nar­ra­tions d’une main de ve­lours, elle ex­plore avec sa trom­pette et son bugle, ex­pé­ri­mente les ef­fets élec­tro­niques ou com­bine les sons ani­mée par un au­then­tique dé­sir de nou­veau­té. Dans sa ma­nière fas­ci­nante de fu­sion­ner thèmes orien­taux et funk contem­pla­tif ex­plo­rant les mys­tères des grands es­paces, cet al­bum est l’une des sen­sa­tions de 2017 d’un jazz qui change. La flui­di­té de ces har­mo­nies fleuves est sou­te­nue par des ins­tru­men­tistes qui ne sont pas moins que les meilleurs re­pré­sen­tants de cette scène lon­do­nienne si in­can­des­cente : Le­wis Wright, Sha­ba­ka Hut­chings et Naa­dia She­riff. Au psy­ché­dé­lisme des nuances s’ajoutent des ef­fluves de bruits et de cou­leurs qui ti­tillent nos tym­pans et nous tiennent en ha­leine, nous trans­por­tant tan­tôt sur un im­ma­té­riel ilot de cha­leur aux li­mites du smooth jazz, les contes d’un nou­veau lan­gage pop nous ra­me­nant en­suite sur terre dans le tour­billon fré­né­tique de la

NPEFSOJUÏ t AN­TOINE ROUX Yazz Ah­med (tp, bu), Sha­ba­ka Hut­chings (bcl), Naa­dia Sher­riff (cla), Le­wis Wright (vib).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.