Ce­cile McLo­rin Sal­vant

Dreams And Dag­gers

Jazz Magazine - - LE GUIDE - KA­TIA TOU­RÉ

2 CD Mack Ave­nue Re­cords Nou­veau­té. Chan­teuse ô com­bien vir­tuose, Cé­cile McLo­rin Sal­vant pu­blie avec un pa­cka­ging des plus ima­gi­na­tifs (des­sins, ty­po­gra­phie, tout est de sa plume), un double live en guise de troi­sième al­bum. Idée bien­ve­nue, car nom­breux sont ceux à la pré­fé­rer sur scène, là où son au­dace prime. Telle une co­mé­dienne, elle amuse la ga­le­rie, hu­mo­riste dont les sub­tils dé­lires vo­caux ponc­tuent sou­vent les pres­ta­tions. Mu­si­ca­le­ment, la for­mule est in­chan­gée, ou presque. Ac­com­pa­gnée par le trio d’Aa­ron Diehl, au jeu d’une pré­ci­sion tran­chante, elle mul­ti­plie les standards en plus de quelques com­po­si­tions de son cru, ou co­si­gnées avec le contre­bas­siste Paul Si­vi­kie. Et elle s’oc­troie les ser­vices d’un qua­tuor à cordes sur quelques titres – no­tons l’en­voû­tant More ou la trou­blante in­ter­pré­ta­tion du poème de Lang­ston Hu­ghes Fas­ci­na­tion. Sans ou­blier un duo avec le pia­niste Sul­li­van Fort­ner (sur l’éblouis­sant You’ve Got To Give Me Some). On re­trouve le fa­meux Si J’étais Blanche, que Jo­sé­phine Ba­ker fut la pre­mière à chan­ter, et que Cé­cile McLo­rin Sal­vant in­ter­prète et in­carne avec brio. Sans sur­prise, le pu­blic est conquis. Sans sur­prise non plus, l’en­semble est ma­jes­tueux. Mais peut-être est-il temps pour cette jeune et grande voix d’em­prun­ter d'su­tress sen­tiers

Aa­ron Ce­cile Diehl McLo­rin (p), Sal­vantPaul Si­vi­kie (voc), (b), La­wrence Lea­thers (dm), qua­tuor à cordes Ca­ta­lyst, Sul­li­van Fort­ner (p). Live au Vil­lage Van­guard et au DiMen­na Cen­ter, New-York.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.