NO JAZZ

Jazz Magazine - - PORTRAIT - AN­TO­NIN NADJA

Ap­pa­ru au tour­nant des an­nées 2000 en pleine vague élec­tro, No Jazz au­rait très bien pu n’être qu’un épi­phé­no­mène bran­ché flir­tant com­plai­sam­ment avec l’air du temps en un mix lé­ger d’in­fluences dis­pa­rates, s’il n’avait été com­po­sé de­puis l’ori­gine de mu­si­ciens de haut vol pos­sé­dant tous une in­tel­li­gence ai­guë des idiomes convo­qués, ma­laxés et mê­lés dans sa mu­sique sin­gu­lière. Quinze ans après sa créa­tion, le groupe est tou­jours bien vi­vace, mais le cock­tail dé­to­nant qui lui a as­su­ré sa re­nom­mée n’a ja­mais sem­blé plus ac­tuel. Il faut dire que tout en de­meu­rant glo­ba­le­ment fi­dèle à son con­cept d’ori­gine fon­dé sur l’hy­bri­da­tion gé­né­ra­li­sée, No Jazz n’a ja­mais vé­ri­ta­ble­ment ces­sé de faire évo­luer son uni­vers com­po­site. Pas­sant au filtre de l’élec­tro ul­tra-contem­po­raine de DJ Atom (membre émi­nent du col­lec­tif C2C) les grands genres em­blé­ma­tiques de la mu­sique afro-amé­ri­caine de ces cin­quante der­nières an­nées (du jazz soul du tour­nant des an­nées 1970 au hip-hop dans tous ses états), le groupe semble au­jourd’hui tour­ner en par­tie la page rap de ses dé­buts pour s’aven­tu­rer, avec l’ar­ri­vée de son nou­veau chan­teur Jef­frey, du cô­té de la soul et du funk tor­ride des an­nées 1980… Mais qu’on ne s’y trompe pas : s’il en­tend bien se si­tuer plus que ja­mais aux confins des genres, No Jazz conti­nue de de­meu­rer fi­dèle aux grands fon­da­men­taux de sa mu­sique que sont l’éner­gie de grooves ra­va­geurs et la gé­né­ro­si­té d’ins­tru­men­tistes vir­tuoses… Mal­gré son nom am­bi­gu c’est bien au jazz qu’il ouvre ain­si de nou­veaux es­paces.

No Jazz

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.