YES­TER­DAYS

Jazz Magazine - - DOSSIER -

Sans ar­ti­fice d’ar­ran­ge­ment ou de pro­duc­tion, avec le seul pia­no de Jean-Mi­chel Pilc, Eli­sa­beth Kon­to­ma­nou se met à nu et dé­voile sa sen­si­bi­li­té à fleur de peau, constam­ment sur la corde raide. Un stan­dard aé­rien et ly­rique, com­plè­te­ment ré­in­ven­té, et in­ter­pré­té avec une telle au­dace que l’on en ou­blie les ver­sions de ré­fé­rence de Billie Ho­li­day ou de Car­men McRae. Pour Eli­sa­beth Kon­to­ma­nou, chan­ter est une né­ces­si­té in­té­rieure et sa grande gé­né­ro­si­té dou­blée d’une ex­pres­si­vi­té hors du com­mun nous ouvre toutes grandes les portes de son uni­vers in­time, ques­tion­né, com­men­té par le pia­no tout à la fois ar­dent et at­ten­tion­né de Pilc.. “Mid­night Sun” (Noc­turne)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.