Plus vite que la vie

Jazz Magazine - - ÉDITO -

C’est avec émo­tion que l’équipe de Jazz Ma­ga­zine boucle ce nu­mé­ro en ap­pre­nant la mort de Di­dier Lo­ck­wood des suites d’une crise car­diaque à l’âge de soixante-deux ans, le 18 fé­vrier der­nier. Car s’il est des morts que l’âge rend aus­si iné­luc­tables que dou­lou­reuses, cette dis­pa­ri­tion im­pré­vi­sible, c’est dé­ci­dé­ment trop tôt. Cet im­mense vir­tuose du vio­lon ne ve­nait-il pas de connaître une sorte de re­nais­sance au re­gard du pu­blic du jazz avec son nou­veau quar­tette, aux cô­tés d’un de ses plus an­ciens com­plices, An­dré Cec­ca­rel­li. Di­dier Lo­ck­wood n’était pas le mu­si­cien d’un seul pu­blic. Ré­vé­lé au mi­lieu des an­nées 1970 au sein de Mag­ma, de Zao et son propre groupe Su­rya, avec son frère Fran­cis, on le vit al­ter­ner les épi­sodes élec­triques avec des sé­quences plus acous­tiques, à com­men­cer par son deuxième al­bum, “New World”, avec Gor­don Beck, NHØP et To­ny Williams. Il se prê­ta en duo aux exi­gences d’un Mar­tial So­lal, tan­dis que le grand pu­blic ne se las­sait pas de l’en­tendre faire vo­ler les mouettes. Il re­çut des mains de Stéphane Grap­pel­li le flam­beau de l’école fran­çaise du vio­lon jazz, qu’il per­pé­tua tout en s’es­sayant au di­ver­tis­se­ment mu­si­cal (Le Jazz et la Di­va). Sa pas­sion pour la com­mu­ni­ca­tion et la trans­mis­sion le vit mul­ti­plier les ini­tia­tives dans le do­maine pé­da­go­gique, qui culmi­nèrent avec la créa­tion du pro­li­fique CMDL (Centre des Mu­siques Di­dier Lo­ck­wood). À An­dré Char­lier et Be­noît Sou­risse, avec qui il en par­ta­geait la di­rec­tion pé­da­go­gique, à ses amis mu­si­ciens, pro­duc­teurs et agents, à ses fans et à tous ses proches, la ré­dac­tion de Jazz Ma­ga­zine adresse ses plus sin­cères condo­léances. •

Di­dier Lo­ck­wood en 1978

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.