Bes­sie Smith, des routes du Sud à la val­lée heu­reuse

Par Stéphane Koe­chlin

Jazz Magazine - - LE GUIDE - AL­FRED SORDOILLET

Le Cas­tor As­tral, 298 p. 20 €

Bes­sie Smith, si elle ne fut pas la pre­mière à en­re­gis­trer le blues, fut la plus grande des chan­teuses de ce que l’on ap­pelle clas­sic blues, genre gran­di au sein des troupes noires iti­né­rantes du dé­but du XXe siècle et qui, bien qu’in­ter­pré­té par des chan­teuses en­ra­ci­nées dans les tra­di­tions du Sud, fut pris en charge par les édi­teurs, pro­duc­teurs, ar­ran­geurs et chefs d’or­chestre noirs de l’in­dus­trie mu­si­cale afro-amé­ri­caine nais­sante, avant que l’on ne dé­couvre le blues ru­ral dans la se­conde moitié des an­nées 1920. Stéphane Koe­chlin nous fait re­vivre non seule­ment la vie de Bes­sie Smith et les cou­lisses de son oeuvre, mais aus­si l’émer­gence de ce clas­sic blues, de ses grandes fi­gures, ar­tistes, mais aus­si les en­tre­pre­neurs, jour­na­listes, in­tel­lec­tuels qui en­tou­rèrent leur as­cen­sion et leurs des­tins souvent dra­ma­tiques constam­ment rat­tra­pés par les ar­rière-plans de l’Amé­rique ra­ciste. C’est pas­sion­nant et tel­le­ment riche, que l’on re­grette que n’y soit pas ad­joint un in­dex, en s’in­quié­tant tout de même de lire qu’en 1920 on place « Ma­mie Smith de­vant un mi­cro­phone » et que « la bande échoue dans un ti­roir », ce qui re­le­vait alors en­core de la science-fic­tion. •

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.