Bill Evans

New Jazz Concep­tion

Jazz Magazine - - LE GUIDE -

Réé­di­tion. Bill Evans en­re­gistre ce pre­mier al­bum en lea­der à l’âge de 27 ans. Pra­ti­quant le pia­no de­puis l’âge de six ans, il a réa­li­sé ses pre­miers gigs dès ses douze ans. À New York à 25 ans, il compte dé­jà à son comp­teur un cer­tain nombre de séances de stu­dio comme si­de­man. Peu sûr de lui, il fau­dra l’in­sis­tance de son pro­duc­teur Or­rin Keep­news

pour qu’il passe de l’ombre à la lu­mière. La pré­sente réé­di­tion pro­pose une image so­nore claire et équi­li­brée. Il convient de se pla­cer dans une pers­pec­tive his­to­rique pour ap­pré­cier la va­leur de la réa­li­sa­tion. Le jeu de Bill Evans pré­sente une syn­thèse de styles aus­si dif­fé­rents que ceux d’Ho­race Sil­ver, Len­nie Tris­ta­no et Bud Po­well (cf. Our De­light), le tout avec un tou­cher, une science de l’har­mo­nie qui posent une forte sin­gu­la­ri­té. Sans ou­blier le rythme d’une in­ven­tion et d’une fi­nesse de dé­tail qui conti­nue de sur­prendre (I Love You et Speak Low). On ap­pré­cie­ra éga­le­ment l’in­tro­duc­tion de Dis­pla­ce­ment qui re­prend la co­da de Ea­sy Li­ving (confé­rant co­hé­rence à l’al­bum), ou en­core le lan­gage mo­derne sur le blues No Co­ver, No Mi­ni­mum au-des­sus de la bonne vieille pul­sa­tion à deux temps. En com­plé­ment, le disque pro­pose trois plages d’un in­té­rêt re­la­tif gra­vées avec le gui­ta­riste Dick Gar­cia en 1956, et trois autres avec Joe Pu­ma su­pé­rieures aux pré­cé­dentes no­tam­ment par la pré­sence d’Os­car Pet­ti­ford. • LU­DO­VIC FLO­RIN Bill Evans (p), Ted­dy Ko­tick (b), Paul Mo­tian (dm). New York Ci­ty, 18 et 27 sep­tembre 1956.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.