Fla­vio Bol­tro

Après six ans de si­lence dis­co­gra­phique, le trom­pet­tiste pié­mon­tais en­chante à nou­veau à la tête d’un trio sans pia­no où il des­sine avec maes­tria les contours d’un jazz mou­vant, ly­rique et en­voû­tant. Et avant tout in­ter­ac­tif. Ex­pli­ca­tions.

Jazz Magazine - - ÉDITO -

CCe nou­veau pro­jet fut pour le plus fran­co­phile des trom­pet­tistes trans­al­pins un sa­cré dé­fi : mon­ter un trio trom­pette, basse, bat­te­rie sans le sou­tien d’au­cun ins­tru­ment har­mo­nique. « Je dois avouer que ce­la a été dif­fi­cile au dé­but de trou­ver ce que j’avais en tête : un son d’en­semble ori­gi­nal. Mais comme j’ai su choi­sir les bons mu­si­ciens pour cette aven­ture, à force de pa­tience et de tra­vail, on a, j’en suis sûr, ga­gné notre pa­ri. » Les « bons mu­si­ciens » sont des amis de longue date de Fla­vio Bol­tro. Le choix du bat­teur fut es­sen­tiel. « En en­ga­geant Mat­tia Bar­bie­ri, tu­ri­nois comme moi, je sa­vais que j’avais trou­vé l’homme idéal pour ce pro­jet. Je l’ai connu il y a plus de vingt ans quand il jouait avec Fu­rio Di Cas­tri. Quant au contre­bas­siste Mau­ro Bat­tis­ti, qui ac­com­pagne au­jourd’hui le pia­niste An­to­nio Fa­rao, j’aime sa so­no­ri­té char­nue, pleine et pro­fonde. Il est d’ori­gine ro­maine, mais ha­bite comme moi dans la mon­tagne, près de Tu­rin. » C’est dans la grange de sa ferme amé­na­gée en stu­dio que les mu­si­ciens ont ré­pé­té ce nou­veau pro­gramme pen­dant près de deux ans.

La preuve par trois Ce que Fla­vio Bol­tro cher­chait en prio­ri­té à ex­pé­ri­men­ter avec ce trio tout neuf, c’était de vivre une his­toire à trois, in­tense et forte, sans ba­taille d’ego : « Quand on a dé­jà comme moi une car­rière dé­jà longue der­rière soi, quand on se lance dans une nou­velle aven­ture mu­si­cale, on ne pense pas à soi mais aux autres. » Dans le seul but, pré­cise le trom­pet­tiste, « de trou­ver un son com­mun, à force de ré­pé­ti­tions longues et pas­sion­nées ». Fla­vio Bol­tro a pu tes­ter li­bre­ment « cer­tains ef­fets élec­tro­niques spé­ci­fi­que­ment adap­tés au pro­jet. Une telle for­mule exige pour être per­for­mante beau­coup de concen­tra­tion par­ta­gée. Si­non tout l’édi­fice s’écroule. » C’est donc seule­ment après de longs mois de re­cherches dans la mon­tagne que le trio s’est dé­ci­dé à se pro­duire sur scène. « Lors d’un concert à Naples, j’ai eu en­fin la cer­ti­tude que nous avions réus­si à trou­ver le son de groupe dont je rê­vais. A trois nous son­nions comme huit ! Ce concert fut une ré­vé­la­tion, un mer­veilleux voyage plein de sur­prises, de cou­leurs et d’at­mo­sphères dif­fé­rentes. Sur­tout la preuve par trois d’une in­ter­ac­tion qua­si té­lé­pa­thique. »

Une sorte de bleu Cette sur­prise na­po­li­taine en­cou­ra­gea les trois amis à s’en­fer­mer quelques jours dans le Play Stu­dio de Tu­rin pour y en­re­gis­trer le fruit de leur tra­vail. Puis le trom­pet­tiste en­voya l’al­bum à son ami et an­cien agent Re­no Di Mat­teo qui, deux jours plus tard, lui té­lé­pho­na pour lui an­non­cer qu’il était en­thou­siaste et d’ac­cord pour pro­duire le disque sur son la­bel, An­te­pri­ma. « Vous avez trou­vé un truc avec ce trio » lui dit-il. Ce “truc”, c’est d’abord une somp­tueuse so­no­ri­té de trom­pette, un éclat trou­blant nim­bé de brume de cha­leur. Avec en sup­plé­ment cette “sorte de bleu” propre au jazz ou, comme di­sait Vic­tor Hu­go dans son poème Booz en­dor­mi,« quelque chose de bleu qui pa­rais­sait une aile ». En­suite, une libre cir­cu­la­tion de la mu­sique entre les trois amis, for­mi­da­ble­ment in­ter­ac­tifs dans leurs échanges. En­fin le ly­risme na­tu­rel, so­laire, qui en­chante toutes les plages du disque. A l’ex­cep­tion de Ro­ma Nun Fa Stu­pi­da Stra­se­ra, un titre si­gné d’Ar­man­do Tro­va­fe­li, cé­lèbre com­po­si­teur de mu­sique de film ita­lien, Oni­ca­ra de Pe­ter Ga­briel et Coc­ci­nelle, une ra­vis­sante comp­tine que lui chan­tait sa pe­tite fille, toutes les autres com­po­si­tions sont de la plume de Bol­tro. Le tout donne un al­bum en­thou­sias­mant de bout en bout qui donne en­vie d’écou­ter ce trio sur scène. • CD Fla­vio Bol­tro BBB Trio : “Spin­ning” (Ben­do Mu­sic / An­te­pri­ma Pro­duc­tions, chro­nique dans ce nu­mé­ro). CONCERTS Le 17 oc­tobre à Ce­non (Ro­cher de Pal­mer), le 19 au Tour­coing Jazz Fes­ti­val, le 20 oc­tobre au Duc des Lom­bards.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.