"?9H ƤH^BA4D

The Phan­tom

Jazz Magazine - - DOSSIER -

Re­po­sant sur un mo­tif ré­pé­ti­tif de quatre ac­cords as­su­ré par les gui­tares de Sam Brown et Al Ga­fa, la pièce titre de l’al­bum The Phan­tom est une su­perbe ex­pé­ri­men­ta­tion aux ac­cents mo­daux, qui dé­voile au grand jour les mul­tiples et ta­len­tueuses fa­cettes du pia­niste Duke Pear­son. In­con­tour­nable mais dis­cret pi­lier du la­bel Blue Note où il of­fi­cie comme pia­niste, ar­ran­geur et pro­duc­teur, Pear­son signe ici une com­po­si­tion im­por­tante et réel­le­ment vi­sion­naire. Il in­vite Mi­ckey Ro­cker et Pa­ta­to Valdes à mé­tis­ser leurs per­cus­sions dix mi­nutes du­rant en un groove ins­tal­lant pro­gres­si­ve­ment d’aé­riennes mou­vances la­tines. The Phan­tom est une longue et douce transe aux tex­tures étran­ge­ment vau­dou. S’y ex­priment avec raf­fi­ne­ment, les ara­besques du très pré­sent vi­bra­phone de Bob­by Hut­cher­son mê­lées aux si­nuo­si­tés har­mo­niques de la flute de Jer­ry Dod­gion. La no­tion de so­lo semble ici seule­ment sug­gé­rée, y com­pris pour le pia­niste dont les notes et ac­cords ne s’in­ter­calent ici que pour des­si­ner un pro­fond et mys­té­rieux pay­sage de jungle. Duke Pear­son confir­me­ra tout son ta­lent créa­tif en ar­ran­geant et pro­dui­sant pour le trom­pet­tiste Do­nald Byrd deux opus ma­jeurs qui fe­ront de lui l’un des pion­niers du Fen­der Rhodes : “Fan­cy Free” en 1969, en­re­gis­tré quelques se­maines avant Bitches Brew” de Miles Da­vis, et “Elec­tric Byrd” en 1970. • Duke Pear­son, “The Phan­tom”, Blue Note, 1968

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.