“Une pré­sence si im­pres­sion­nante...”

Jazz Magazine - - HOMMAGE - Par Jean-Jacques Pussiau AU MI­CRO : PAS­CAL ANQUETIL

Pa­ris, 29 sep­tembre 1975, Jean-Jacques Pussiau est tout ému dans la ca­bine du stu­dio Palm. La rai­son ? Il y en­re­gistre le pre­mier 33-tours de son la­bel OWL : “Afri­can Nite” de Ran­dy Wes­ton. Le pro­duc­teur se sou­vient. « En 1974, j’avais as­sis­té à une sé­rie de concerts en pia­no so­lo de Keith Jar­rett, Mar­tial So­lal et Ran­dy Wes­ton au fes­ti­val d’An­tibes Juan-lesPins. Les com­po­si­tions de Wes­ton – Hi Fly, Lit­tle Niles – m’avaient im­pres­sion­né, ain­si que son jeu aus­si, ample, im­pres­sion­niste et mi­ni­ma­liste par­fois (Por­trait Of My­riam Ma­ke­ba). J’y en­ten­dais Monk, Duke El­ling­ton, et l’Afrique (Blues to

Sé­né­gal). J’avais alors l’in­ten­tion de créer un la­bel de jazz. Quelques mois plus tard, par l’in­ter­mé­diaire de Laurent God­det [alors ré­dac­teur en chef de Jazz Hot, NDR], j’ai pu ren­con­trer Ran­dy, au­quel j’ai pro­po­sé d’en­re­gis­trer le pre­mier disque de mon la­bel, Owl. Son concert à An­tibes m’avait tel­le­ment ému que la for­mule du so­lo s’im­po­sait. Il ac­cep­ta, en me di­sant qu’il se­rait le pre­mier à en­re­gis­trer pour mon fu­tur la­bel, tout comme il avait été le pre­mier à si­gner pour le la­bel Ri­ver­side… L’en­re­gis­tre­ment s’est dé­rou­lé tout un après­mi­di chez Jef Gil­son, au stu­dio Palm. Une prise par titre. Grand pri­vi­lège, Ran­dy en­re­gis­tra pour la pre­mière fois en so­lo cette su­blime valse qu’est Lit­tle Niles. J’étais en ca­bine, fier, spec­ta­teur et au­di­teur pri­vi­lé­gié, et ébloui. Je pos­sé­dais ses 33-tours “Lit­tle Niles”, “Live At The Five Spot”, “Afri­can Rhythms”... Je lui avais même don­né un disque qu’il n’avait pas, “Afri­can Cook­book ”, en­re­gis­tré avec Hen­ri Texier et Art Tay­lor. Il en avait été très tou­ché. Sa pré­sence si im­pres­sion­nante, je dois l’avouer, m’in­ti­mi­dait, et je n’osais abor­der cer­tains su­jets qui me pré­oc­cu­paient : l’apar­theid aux EtatsU­nis, Mal­colm X... J’au­rais dû, mais je suis res­té muet : trop ti­mide. » •

“Afri­can Nite”, pre­mière ré­fé­rence du la­bel Owl de JeanJacques Pussiau. Illus­tra­tion si­gnée Jean La­gar­rigue, qui avait des­si­né le fa­meux lo­go du la­bel, avec la chouette.

“Blue Moses”, “Lit­tle Niles” et “Uhu­ru Afri­ca” : trois disques es­sen­tiels de Ran­dy Wes­ton.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.