George #^QFHA

Mis­ty

Jazz Magazine - - DOSSIER - PJ

George Cables est sur­tout connu pour son tra­vail de si­de­man ef­fi­cace et pu­dique au­près des saxo­pho­nistes Dex­ter Gor­don, Joe Hen­der­son et Art Pep­per. Ce der­nier le te­nait en haute es­time et l’avait sur­nom­mé “Mis­ter Beau­ti­ful”. Parce qu’il vou­lait jouer avec fi­nesse la mé­lo­die, cet élé­gant pia­niste s’est lan­cé dans l’aven­ture du trio et a réus­si à de­ve­nir un lea­der pas­sion­nant. Il pos­sède le don de s’as­so­cier à des par­te­naires im­pec­cables pour culti­ver avec goût un su­perbe jazz hard bop. C’est ain­si qu’il a consti­tué, en 1984, ce Big Jazz Trio (l’ap­pel­la­tion Great Jazz Trio était dé­jà re­te­nue par son glo­rieux ai­né Hank Jones) avec le contre­bas­siste Stan­ley Clarke et le bat­teur Pe­ter Ers­kine. Avec ces com­plices in­at­ten­dus, il dé­pous­sière avec ef­fi­ca­ci­té une belle poi­gnée de stan­dards. C’est ain­si que sous ses doigts lé­gers, la cé­lèbre com­po­si­tion d’Er­roll Gar­ner, Mis­ty, perd bien vite son cô­té mé­lan­co­lique et bîu­meux. Elle de­vient une bal­lade poé­tique fraiche et lu­dique. Un vrai“ré­gal pia­nis­tique ! • George Cables, “The Big Jazz Trio”, East­world, 1984

George Cables

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.