MA­RIO + THE LA­PINS CRÉTINS : KINGDOM BAT­TLE

In­vi­té-sur­prise du der­nier E3, ce mé­lange de mas­cottes, entre un Ma­rio in­usable et des la­pins dé­cé­ré­brés, ac­couche d'un jeu bien pen­sé et digne de son genre.

Jeux Video Magazine - - TEST -

ÉDI­TEUR UBI­SOFT GENRE STRA­TÉ­GIE JOUEURS 1 OU 2 PEGI 7+ SWITCH 60€ PAR LES CRÉA­TEURS DE GHOST RECON WILDLANDS

Tout com­mence dans le la­bo­ra­toire d'une jeune cher­cheuse, ayant fait une in­croyable dé­cou­verte : un casque ca­pable de mé­lan­ger deux élé­ments, de les fu­sion­ner avec leurs ca­pa­ci­tés. Une plante et une lampe donnent par exemple des fa­cul­tés lu­mi­neuses au vé­gé­tal. Mais, dans son antre, la jeune fille a aus­si en­tas­sé des goo­dies dé­diés à son autre pas­sion, Ma­rio et Nin­ten­do. Elle est loin de se dou­ter qu'en son ab­sence, les La­pins Crétins vont dé­bar­quer dans une ma­chine à la­ver (et à re­mon­ter le temps), jouer avec le casque et com­mettre des actes ir­ré­pa­rables. Une bonne par­tie des fau­teurs de troubles à grandes oreilles se re­trouvent mé­lan­gés avec des ac­ces­soires is­sus du jeu de Nin­ten­do. Le pire reste la fu­sion entre le casque pro­to­type et l'un des la­pins qui, une fois re­tour­née dans la ma­chine qui se dé­traque et part vers le Royaume cham­pi­gnon, va chan­ger la vie de Ma­rio et ses amis. Digne des longs mé­trages en images de syn­thèse de Pixar ou DreamWorks, tant par sa qua­li­té que son rythme et son hu­mour, cette longue sé­quence d'in­tro­duc­tion donne une idée du soin ap­por­té par les stu­dios Ubi­soft Pa­ris et Ubi­soft Mi­lan au mé­lange des deux uni­vers. Une bonne im­pres­sion qui se confirme dès que le jeu dé­marre, dans un royaume constel­lé de la­pins en fuite ou ef­fec­tuant les pires bê­tises. Co­lo­ré, plein de ré­fé­rences aux deux uni­vers qu'il mé­lange, Ma­rio + The La­pins Crétins Kingdom Bat­tle donne en­vie d'ex­plo­rer, au risque, comme le pré­voit le jeu, de de­voir ba­tailler ferme. Dès que l'as­sis­tant ro­bot de la jeune in­gé­nieure et sa pe­tite troupe (d'abord Ma­rio, La­pin Lui­gi et La­pin Peach) croisent deux

dra­peaux noirs, ils entrent dans une zone de com­bats. Et là, c'est une tout autre paire de manches...

Qui veut la peau de Ma­rio ?

Car aus­si mi­gnon et soi­gné soit- il, Ma­rio + The La­pins Crétins reste un jeu de stra­té­gie pur jus, res­pec­tueux de son genre. Ma­rio et ses nou­veaux amis se re­trouvent donc équi­pés d'armes et doivent à chaque tour op­ter pour la meilleure po­si­tion, si pos­sible à cou­vert, pour at­ta­quer l'en­ne­mi. De leur cô­té, les la­pins re­belles se ré­par­tissent en di­verses classes plus ou moins fé­roces et bé­né­fi­cient d'ef­fets se­con­daires di­vers en fonc­tion de leur fu­sion. Du sol­dat de base aux boss de fin de monde (pour quatre uni­vers en tout), on peut dire que les dé­ve­lop­peurs n'ont pas man­qué d'ima­gi­na­tion. Le pre­mier grand com­bat contre le La­pin cré­tin fu­sion­né à Don­key Kong est une pe­tite mer­veille, à la fois tech­nique et hi­la­rant, lors­qu'un de vos per­son­nages se voit frot­té contre son pos­té­rieur. Les règles changent d'un com­bat à l'autre pour cas­ser la rou­tine (fuite, nombre d'en­ne­mis à battre, es­corte, etc.), et vous ga­gnez des points d'ex­pé­rience pour vos ava­tars, ain­si que de la mon­naie son­nante et tré­bu­chante pour ache­ter de meilleures armes. De quoi faire face à une me­nace en constante pro­gres­sion et une dif­fi­cul­té loin de ce que pou­vait lais­ser pré­sa­ger l'uni­vers en­fan­tin et po­tache, même si les plus jeunes pour­ront uti­li­ser l'op­tion de com­bat fa­cile avant chaque mau­vaise ren­contre. Chaque per­son­nage dé­blo­qué dis­pose de ses propres at­tri­buts, entre ar­se­nal et ef­fets se­con­daires, presque des classes à part en­tière. La­pin Peach est un peu la soi­gneuse, Ma­rio l'at­ta­quant-sou­tien, La­pin Lui­gi le spé­cia­liste d'ef­fets de zone. Entre deux af­fron­te­ments, la vi­site de ce royaume bar­ré, is­su de cette im­pro­bable ren­contre, trans­pire l'amour et le res­pect de chaque uni­vers, avec son lot de zones se­crètes, de bo­nus et de clins d'oeil par­fois hi­la­rants. Entre réa­li­sa­tion, joua­bi­li­té et chal­lenge, les dé­ve­lop­peurs de ces la­pins crétins ont vrai­ment fait preuve de gé­nie.

Les plus jeunes pour­ront uti­li­ser l'op­tion de com­bat fa­cile avant chaque mau­vaise ren­contre.

En ré­col­tant des pièces, vous pour­rez amé­lio­rer votre ar­me­ment ; les ef­fets se­con­daires sont es­sen­tiels.

Vincent Oms

En plus des la­pins, quelques en­ne­mis com­muns aux deux camps vien­dront pi­men­ter les par­ties.

Lors de cer­taines ac­tions, la ca­mé­ra ef­fec­tue un gros plan, l'oc­ca­sion de mi­miques sou­vent très drôles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.