MAR­VEL VS. CAP­COM INFINITE

On pen­sait Mar­vel Vs Cap­com condam­né à dis­pa­raître quand Dis­ney a ra­che­té l'édi­teur de co­mics, mais la sé­rie a bel et bien droit à un nou­vel épi­sode.

Jeux Video Magazine - - TEST -

ÉDI­TEUR CAP­COM GENRE COM­BAT JOUEUR 1 OU 2 (2 ON­LINE) PEGI 12+ PS4, XBOX ONE 60 € PC 50 € PAR LES CRÉA­TEURS DE UL­TI­MATE MAR­VEL VS CAP­COM 3

En 2013, les jeux de la sé­rie Mar­vel Vs Cap­com sont of­fi­ciel­le­ment re­ti­rés de la vente. Ce­la fait suite au ra­chat de l'édi­teur Mar­vel par Dis­ney : le géant du di­ver­tis­se­ment dé­cide en ef­fet alors de ne pas re­nou­ve­ler les ac­cords de li­cence avec les so­cié­tés tierces pour concen­trer ses ef­forts sur des jeux vi­déo dé­ve­lop­pés en in­terne. C'est donc à la sur­prise gé­né­rale que Cap­com a dé­voi­lé Mar­vel Vs Cap­com Infinite au cours de la confé­rence PSX de 2016, pour le plus grand bon­heur des ama­teurs de bas­ton. Ce­pen­dant, si les cros­so­vers de Cap­com bé­né­fi­cient d'une grande po­pu­la­ri­té chez les connais­seurs, leur rythme fré­né­tique les rend dif­fi­ci­le­ment li­sibles au­près des joueurs plus oc­ca­sion­nels.

Hé­ros à louer

Les concep­teurs de ce vo­let ont ap­por­té un cer­tain nombre de chan­ge­ments vi­sant à le rendre plus ac­ces­sible que ses pré­dé­ces­seurs. Ain­si, Infinite re­vient à un for­mat deux contre deux alors que Mar­vel Vs Cap­com 2 et 3 op­po­saient des trios de com­bat­tants. En outre, le sys­tème d'As­sists, qui consiste à uti­li­ser un membre de son équipe pour n'ef­fec­tuer qu'une ac­tion spé­ci­fique avant de se re­ti­rer, a été sup­pri­mé. On évite donc de sur­char­ger l'écran avec la pré­sence si­mul­ta­née de plu­sieurs per­son­nages. En contre­par­tie, le chan­ge­ment de co­équi­pier à la vo­lée est de­ve­nu beau­coup plus souple, puis­qu'il est dé­sor­mais pos­sible d'ef­fec­tuer un rem­pla­ce­ment presque n'im­porte quand en ap­puyant sim­ple­ment sur la touche dé­diée. De ce fait, il est pos­sible d'ap­pe­ler le par­te­naire après avoir lan­cé une at­taque voire une fu­rie, pour pro­lon­ger un en­chaî­ne­ment ou pour cou­vrir un coup qui au­rait lais­sé une ou­ver­ture. Ce­la dit, uti­li­ser cet Ac­tive Switch à l'em­porte-pièce n'est pas sans risque, puisque le per­son­nage alors in­ac­tif reste plus long­temps à l'écran, ce qui ex­pose le duo à d'énormes dé­gâts si l'ad­ver­saire par­vient à pla­cer une at­taque à ce mo­ment-là. Pour fa­ci­li­ter la vie des dé­bu­tants, MVC Infinite in­clut dif­fé­rentes aides, comme les com­bos

au­to­ma­tiques, fonc­tion­na­li­té dé­sor­mais clas­sique qui per­met d'ef­fec­tuer un en­chaî­ne­ment en mar­te­lant sim­ple­ment une touche. Un rac­cour­ci per­met même de lan­cer une fu­rie en pres­sant seule­ment les deux bou­tons d'at­taque poing fort et pied fort. Il faut tou­te­fois no­ter qu'uti­li­ser ses aides ré­duit consi­dé­ra­ble­ment les dé­gâts oc­ca­sion­nés. Il faut donc voir celles-ci comme un bon moyen d'en­trer dans le bain pour s'amu­ser sans trop se prendre la tête.

Ven­geurs en de­ve­nir

L'idéal de­meure d'ap­prendre pro­gres­si­ve­ment les dif­fé­rentes mé­ca­niques de jeu, d'au­tant que la ma­nia­bi­li­té est re­la­ti­ve­ment per­mis­sive par rap­port à ce que pro­pose un Street Figh­ter, par exemple. Les coups s'en­chaînent fa­ci­le­ment, sans de­voir res­pec­ter un ti­ming pré­cis lorsque l'on en­voie les at­taques de la plus faible à la plus forte, et la com­mande pour lan­cer les fu­ries consiste en un seul quart de tour vers l'avant et l'ar­rière en ap­puyant sur deux touches d'at­taque (sa­chant qu'il est pos­sible de confi­gu­rer des rac­cour­cis). Même la ma­ni­pu­la­tion dite du Sho­ryu­ken (avant, bas, bas-avant) a été rem­pla­cée par une double pres­sion de la di­rec­tion basse ; un choix qui n'est pas cho­quant dans un jeu fa­vo­ri­sant les ré­flexes à la dex­té­ri­té. En­fin, le mode Dé­fis com­prend un tu­to­riel qui ex­plique tout en dé­tail, des dé­pla­ce­ments aux en­chaî­ne­ments, en pas­sant par l'uti­li­sa­tion des pierres de l'In­fi­ni, et par­court les coups spé­ciaux et com­bos de chaque per­son­nage. Mar­vel Vs Cap­com Infinite se montre ain­si très agréable à jouer, bien que le rythme ef­fré­né le rende en­core un peu dif­fi­cile à lire lorsque l'on est peu ex­pé­ri­men­té. Il est donc re­com­man­dé de jouer avec des par­te­naires de ni­veau équi­valent pour vrai­ment prendre du plai­sir.

MVC Infinite com­prend 30 per­son­nages jouables, avec un Sea­son Pass qui en ajoute 6, dont Sig­ma et Black Pan­ther.

Be­noît Bar­ny

Le mode His­toire est scé­na­ri­sé, mais, comme dans la plu­part des jeux de com­bat, il se montre as­sez kitsch.

Aux cô­tés de per­sos de MVC3, on trouve quelques fi­gures in­édites, telles que Ga­mo­ra des Gar­diens de la Ga­laxie et Je­dah

de Darks­tal­kers.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.