STAR WARS BATTLEFRONT II

APRÈS AVOIR LON­GUE­MENT MON­TRÉ SON MULTIJOUEUR, STAR WARS : BATTLEFRONT II S’EST LAIS­SÉ AP­PRO­CHER PAR LA FACE SO­LO. ET TOUT N’EST PAS ROSE DE CE CÔ­TÉ-LÀ DE LA FORCE.

Jeux Video Magazine - - SOMMAIRE -

GENRE FPS ÉDI­TEUR ELEC­TRO­NIC ARTS JOUEUR 1 (64 ON­LINE) SUR PS4, XBOX ONE, PC SOR­TIE 17 NO­VEMBRE 2017

Dé­ve­lop­pé conjoin­te­ment par Cri­te­rion ( sé­quences en véhicules) et Mo­tive (scé­na­rio et en­semble du j eu), l e mode so­lo de Star Wars : Battlefront II ne s’est lais­sé jouer que pen­dant trois mis­sions, soit une heure de jeu en­vi­ron. Et pour­tant, on sent dé­jà qu’il y a deux titres dans cette aven­ture, deux jeux qui ne sont pas tout à fait de l a même qua­li­té… Ain­si que vous avez dé­jà pu le l i re dans nos co­lonnes, la cam­pagne so­lo de Battlefront II met en scène l’es­couade im­pé­riale In­fer­no di­ri­gée par Iden Ver­sio, fille de l’ami­ral Gar­rick Ver­sio. Ac­com­pa­gnée par un drone vo­lant, cus­to­mi­sable et ca­pable d’ou­vrir des portes, d’élec­tro­cu­ter des ad­ver­saires ou de se fau­fi­ler dans des conduits – c’est d’ailleurs la toute pre­mière scène du jeu –, elle dé­bute l’aven­ture pri­son­nière d’une fré­gate de la Ré­bel­lion. Après sa li­bé­ra­tion par son droïde, son équi­pée com­mence réel­le­ment, mais à pe­tits pas. En ef­fet, la pre­mière par­tie de ce pro­logue joue la carte de l’in­fil­tra­tion. Lo­gique, l’ob­jec­tif d’Iden étant d’ef­fa­cer les fi­chiers d’un or­di­na­teur sans être re­pé­rée, avant de fuir, toutes armes sor­ties. Di­sons-le, si l ’ es­thé­tique de la tri­lo­gie ori­gi­nale est bien pré­sente (dé­cors, vê­te­ments, voire ang les de ca­mé­ra), on a été un tout pe­tit peu dé­çu par cette pre­mière mis­sion, très ca­drée, très li­néaire dans des cou­loirs se res­sem­blant presque tous. En fait, on avait un peu l’im­pres­sion de se trou­ver dans le (long et las­sant) pro­logue de Star Wars : Knights of the Old Re­pu­blic II qui, lui

Les sé­quences de dog-fights aux com­mandes d’un TIE-Figh­ter nous ont beau­coup amu­sés.

Pour ce pre­mier contact, les sé­quences à pied, peu ryth­mées, nous ont moyen­ne­ment em­bal­lés.

aus­si, af­fi­chait un droïde qui vient en aide à son maître. Heu­reu­se­ment, pas­sé cette quin­zaine de mi­nutes, l’ac­tion dé­marre en­fin avec un pas­sage sur En­dor. Las !, à son ar­ri­vée, l’es­couade In­fer­no n’a plus qu’à net­toyer les restes lais­sés par Han So­lo, la Prin­cesse Leia et la ré­sis­tance. Pas d’Ewoks à dé­gom­mer, il fau­dra se conten­ter de quelques troupes re­belles. Mais à peine les trois agents d’In­fer­no ont- ils eu le temps d’éli­mi­ner quelques ad­ver­saires que l’Étoile de la mort ex­plose au- des­sus d’eux, les lais­sant cois quelques se­condes. Im­pos­sible de perdre da­van­tage de temps, des troupes re­belles dé­barquent en masse, et il faut que nos hé­ros re­tournent à leur vais­seau gé­né­ral. S’en­suit une toute pre­mière vi­rée spa­tiale en TIE-Figh­ter…

DEUX EN UN

Soyons clairs. Pour ce pre­mier contact, les sé­quences à pied nous ont moyen­ne­ment em­bal­lés. Peu ryth­mées, n’of­frant qua­si­ment au­cun chal­lenge (mais c’est le tout dé­but du jeu...), elles ne nous ont fait af­fron­ter que des en­ne­mis à l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle tout juste convain­cante et des re­belles pla­cés der­rière des portes qui s’ouvrent dans notre dos… Avec son le­vel de­si­gn un peu pl us ou­vert et ver­ti­cal, En­dor nous a un peu ras­su­rés, avec des sol­dats qui sem­blaient plus à l’aise dans des en­vi­ron­ne­ments plus larges. Contrai­re­ment à ces pas­sages pé­destres un peu conve­nus, les sé­quences de dog­fights aux com­mandes d’un TIE- Figh­ter nous ont beau­coup plus amu­sés, avec de bonnes sen­sa­tions ar­cade et des ad­ver­saires qui s’avèrent

SI L’ES­THÉ­TIQUE DE LA TRI­LO­GIE ORI­GI­NALE EST BIEN PRÉ­SENTE, ON A ÉTÉ UN TOUT PE­TIT PEU DÉ­ÇU PAR CETTE PRE­MIÈRE MIS­SION, TRÈS CA­DRÉE, TRÈS LI­NÉAIRE DANS DES COU­LOIRS SE RES­SEM­BLANT PRESQUE TOUS.

as­sez agres­sifs. Tech­ni­que­ment, mal­gré le Frost­bite En­gine, nous avons re­pé­ré à plu­sieurs mo­ments des élé­ments et tex­tures qui ap­pa­rais­saient un peu tar­di­ve­ment, no­tam­ment sur En­dor… Comme dans la plu­part des jeux DICE, le son n’a à au­cun mo­ment été mis à dé­faut : les voix en an­glais sont réus­sies, avec une syn­chro­ni­sa­tion la­biale par­faite, les la­sers des TIE-Figh­ter font sur­sau­ter la pre­mière fois qu’on ap­puie sur la gâ­chette, etc. Oui, on est bien dans Star Wars. Alors, vaut-il le coup ce mode so­lo ? Peut- être. Ain­si qu’on l’a sou­li­gné, tout dé­pend de ce que vous en at­ten­dez. Il faut l’avouer, on ne joue pas les Im­pé­riaux tous les jours, et le scé­na­rio de Star Wars : Battlefront II les pré­sente (dans ces pre­mières mis­sions) avec suf­fi­sam­ment d’hu­ma­ni­té pour qu’on ait en­vie de les suivre, pour que l’on veuille en sa­voir plus sur leur pas­sé, sur leurs mo­ti­va­tions. Ce­pen­dant, même si Iden Ver­sio s’avère cha­ris­ma­tique à sou­hait, les thé­ma­tiques mises en place (rap­port avec son père) semblent al­ler dans une di­rec­tion dé­jà connue. En ef­fet, si dans un pre­mier temps elle a pour mis­sion d’éli­mi­ner la ré­bel­lion, on ima­gine qu’elle pour­rait fi­na­le­ment la re­joindre, après no­tam­ment un conflit avec son père. À moins que les dé­ve­lop­peurs pré­fèrent nous pro­po­ser une fin in­at­ten­due… Al­lez, on croise les doigts !

IDEN VER­SIO Fille du prag­ma­tique ami­ral Gar­rick Ver­sio et d’une ar­tiste, Iden Ver­sio s’est en­traî­née de­puis son en­fance pour de­ve­nir le par­fait sol­dat. Elle di­rige l’es­couade In­fer­no, sous les ordres de son père.

Re­pé­rable à son ar­mure noire et rouge, cette uni­té, créée par Gar­rick Ver­sio, est com­po­sée des meilleurs sol­dats de l’Em­pire : Iden Ver­sio, Del Mee­ko, Gi­deon Hask et Seyn Ma­ra­na. L’ES­COUADE IN­FER­NO

EN VOL L’es­couade In­fer­no dis­pose de son propre vais­seau spa­tial, le Cor­vus, qui lui sert de base entre ses dif­fé­rentes mis­sions. Y trou­ve­ra-t-on des cut-scenes an­nexes, des dia­logues sup­plé­men­taires ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.