Blue Re­flec­tion

À la course au Per­so­na- like, Blue Re­flec­tion pa­raît de prime abord un concur­rent plu­tôt sé­rieux. Avant de dé­voi­ler son manque cruel d’am­bi­tions…

Jeux Video Magazine - - SOMMAIRE - Ra­phaël Lu­cas

Ima­gi­nez : des ly­céennes qui suivent des cours dans la vie réelle et se trans­forment en su­per-hé­roïnes dans des mondes oni­riques pour com­battre les forces du mal. Entre chaque plon­gée dans ces uni­vers pa­ral­lèles, Hi­na­ko et ses deux com­pagnes, les soeurs Shi­jou, aident les autres étu­diantes à ré­soudre leurs pro­blèmes de coeur ou sortent le soir avec cer­taines de ma­nière à aug­men­ter les liens qui les unissent. Dit comme ce­la, Blue Re­flec­tion pa­raît une co­pie fé­mi­ni­sée, fa­çon Sai­lor Moon, de Per­so­na 5. Et il est vrai que le titre de Gust (la sé­rie des Ate­lier) a bien du mal à ca­cher son ins­pi­ra­tion, mal­gré des sys­tèmes (com­bat, ex­pé­rience en fonc­tion de l’avan­cée dans l’his­toire) très dif­fé­rents de ceux d’At­lus. De fait, Blue Re­flec­tion adopte un rythme plus po­sé, presque lent, son cas­ting de per­son­nages jouables est li­mi­té à trois, son es­thé­tique s’avère d’un clas­si­cisme ab­so­lu et son in­trigue est beau­coup moins sombre que le titre d’At­lus. À no­ter que le jeu est en ja­po­nais sous-ti­tré en an­glais et que, Gust oblige, la co­qui­ne­rie (T-shirts mouillés et autres pe­tites cu­lottes) s’in­vite sou­vent…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.