Le­gend of Sol­gard

Quand le créa­teur de Can­dy Crush sort un jeu, on ré­vise sa table de trois, car il y a de l’as­so­cia­tion d’ob­jets dans l’air. Exit les bon­bons, on aligne les nains.

Jeux Video Magazine - - SOMMAIRE - Cy­ril Tri­goust

Le­gend of Sol­gard garde le prin­cipe d’as­so­cia­tion par trois, mais face à un ad­ver­saire dont vous de­vez ré­duire les points de vie à néant. Une fois vos kor­ri­gans, ours, mages et autres élé­ments du bes­tiaire mis en trou­peau, ce pe­tit monde se pré­ci­pite à la fin du tour sur les dé­fenses en­ne­mies. Ce sont d’abord les péons et frag­ments de dé­cor qui su­bissent la charge, puis par­fois un boss et en­fin le por­tail si­tué au fond de la carte. Des com­bi­nai­sons et bo­nus liés aux uni­tés créent de so­lides com­bos et ap­pro­fon­dissent les mé­ca­niques de jeu. De son cô­té, votre op­po­sant tente de vous mettre à terre, mais il va fal­loir cu­mu­ler les par­ties pour se sen­tir en dan­ger tant les pre­mières heures sont sim­plis­simes. Sans sur­prises, le man­tra de King reste le même : « vite com­pris, lon­gue­ment joué ». La re­cette fonc­tionne et de­vient plus at­ta­chante en­core lorsque l’on com­mence à créer des guildes et s’af­fron­ter en PVP. Tou­te­fois, le jeu nous au­rait da­van­tage amu­sés s’il ne s’était pas au­tant ins­pi­ré de titres dé­jà sor­tis, ci­tés dans notre ver­dict (sus­pense !), et si l’en­semble n’était pas re­cou­vert d’une couche de free-to-play par­fois pé­na­li­sante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.