In­ter­view de Ca­role Quin­taine

Jeux Video Magazine - - SOMMAIRE -

Pour­quoi les jeux d’hor­reur se prê­ten­tils si bien à la réa­li­té vir­tuelle ?

Les jeux d’hor­reur placent le joueur dans une si­tua­tion de vul­né­ra­bi­li­té, de souf­france psy­cho­lo­gique, de stress... Le simple fait de jouer en mode clas­sique est dé­jà plus im­pli­quant que sim­ple­ment re­gar­der un film d’hor­reur. On n’est plus uni­que­ment spec­ta­teur, la ma­nette crée un lien avec l’uni­vers du jeu. Avec la VR, on de­vient car­ré­ment ac­teur et, comme la peur est une émo­tion in­tense, ce­la a un im­pact très fort sur le cer­veau…

Y a-t-il des mé­ca­niques spé­ci­fiques pour faire peur en VR ?

Oui ! Il y a les Jump Scare clas­siques par exemple, qui fonc­tionnent à mer­veille. Le mieux, c’est quand ça ar­rive dans votre dos… C’est évi­dem­ment en­core plus ef­fi­cace en réa­li­té vir­tuelle ! Ici, on a vrai­ment peur de se re­tour­ner et quand on fi­nit par oser... le monstre est vrai­ment là, c’est hor­ri­ble­ment bon !

Ton meilleur sou­ve­nir dans un jeu d’hor­reur VR ?

Re­sident Evil 7. L’une des pre­mières scènes, lorsque votre femme re­monte les es­ca­liers dans la mai­son Ba­ker, dans l’ombre… On en­tend ses râles, elle ap­proche telle une bête… Grand mo­ment d’an­goisse !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.