MODE D’EM­PLOI

Joggeur - - Re Cupe Ration | Intensifiez -

Voi­ci plu­sieurs so­lu­tions simples à mettre en oeuvre pour op­ti­mi­ser la ré­cu­pé­ra­tion. No­tez que ces tech­niques peuvent s’ajou­ter les unes aux autres.

Aug­men­ter la du­rée des ré­cu­pé­ra­tions entre les sé­ries, blocs ou exer­cices ;

Rem­pla­cer des exer­cices ou des par­cours par d’autres moins pé­nibles (ter­rain, re­lief) ; Ré­duire la du­rée des séances et/ou leur in­ten­si­té ; Rem­pla­cer une séance de course par une autre consa­crée à la ré­cu­pé­ra­tion ;

Rem­pla­cer une séance de course par une autre ac­ti­vi­té, de pré­fé­rence por­tée (na­ta­tion, vé­lo) ;

Ajou­ter une courte sieste (de 15 à 30 mi­nutes) au moins une heure avant de s’en­traî­ner du­rant au moins une se­maine ;

Re­por­ter ou an­nu­ler une séance.

de ré­cu­pé­ra­tion consiste alors à op­ter pour une ges­tion fine de la ré­cu­pé­ra­tion.

Gé­rer fi­ne­ment la ré­cu­pé­ra­tion

Les jog­geurs les plus en­traî­nés savent qu’être à l’écoute de son corps est de pre­mière im­por­tance. Cette com­pé­tence ren­voie sans équi­voque à l’as­ser­tion at­tri­buée à So­crate : « Connais-toi toi-même ». Il s’agit très con­crè­te­ment de dé­ve­lop­per l’ex­pé­rience, sa sen­si­bi­li­té aux va­ria­tions de forme (baisse anor­male des per­for­mances ou des ré­sul­tats à l’en­traî­ne­ment, troubles du som­meil ou de la ther­mo­ré­gu­la­tion), aux baisses de mo­ti­va­tion (dé­goût de l’en­traî­ne­ment, iras­ci­bi­li­té) aux signes de sur­en­traî­ne­ment (dou­leurs anor­males, pe­tites bles­sures, in­to­lé­rance à l’ef­fort). Gé­rer fi­ne­ment la ré­cu­pé­ra­tion plu­tôt que d’al­ter­ner sur­en­traî­ne­ment, ar­rêts pro­lon­gés et éter­nelles re­prises, consiste alors à s’im­po­ser des ré­cu­pé­ra­tions se­lon les be­soins du mo­ment. Plu­sieurs op­tions peuvent être ap­pli­quées, seules ou com­bi­nées, par­mi les­quelles : aug­men­ter la du­rée des ré­cu­pé­ra­tions entre les sé­ries, blocs, exer­cices, rem­pla­cer des exer­cices ou des par­cours par d’autres moins pé­nibles (ter­rain, re­lief), ré­duire la du­rée des séances et/ou leur

On a sou­vent par­lé de l’eau froide ou de la glace pour ré­cu­pé­rer. Blague à part, pre­nez garde aux longues sor­ties hi­ver­nales, gour­mandes en éner­gie. Pen­sez à bien re­char­ger l’or­ga­nisme en­suite !

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse. Si une ré­cu­pé­ra­tion gé­rée avec fi­nesse et au jour le jour per­met une pro­gres­sion op­ti­male, al­ler trop loin (et trop sou­vent) dans les plages d’ef­fort ex­trême en­gendre contre-per­for­mances et bles­sures.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.