MÉDOCS OR NOT MÉDOCS ?

Joggeur - - Sante Mal Au Ventre -

Le meilleur moyen de s’épar­gner des troubles gas­triques en gam­ba­dant est de les pré­ve­nir en res­pec­tant les bonnes pra­tiques. Néan­moins, il est aus­si pos­sible de se faire ai­der mé­di­ca­le­ment. Si plu­sieurs membres (ul­tra trai­leurs) de la ré­dac­tion ont tes­té le Smec­ta et autres pro­duits phar­ma­ceu­tiques, ce­la de­vrait res­ter ré­ser­vé uni­que­ment aux per­sonnes qui n’ont pu trou­ver de so­lu­tion plus na­tu­relle. Il existe en ef­fet des mé­di­ca­ments qui per­mettent de lut­ter contre les sé­cré­tions d’acides et donc le re­flux et les brû­lures gas­triques. Sans comp­ter les trai­te­ments an­ti­diar­rhéiques ain­si que les pro­bio­tiques (mi­cro-or­ga­nismes vi­vants pré­sents dans la flore in­tes­ti­nale et qui sti­mulent le sys­tème im­mu­ni­taire) et les pré­bio­tiques (fibres consti­tuées de glu­cides com­plexes qui nour­rissent la flore in­tes­ti­nale). Des so­lu­tions qui peuvent s’avé­rer ef­fi­caces mais qui né­ces­sitent sys­té­ma­ti­que­ment de consul­ter préa­la­ble­ment un mé­de­cin. Si­non, des pro­duits simples comme les ex­traits de pé­pins de pam­ple­mousse sont un ex­cellent ré­gu­la­teur de l’in­tes­tin (tes­té et ap­prou­vé par de nom­breux trai­leurs). Ndlr : et puis fran­che­ment, le seul bon mé­doc, c’est le ma­ra­thon du même nom ! vo­mis­se­ments et des diar­rhées. En­fin, troi­sième fac­teur à prendre en compte que rap­pelle le doc­teur Gue­zen­nec, la di­mi­nu­tion de la pro­tec­tion de la mu­queuse gas­trique. Et ce, dans la me­sure où les sé­cré­tions du tube di­ges­tif sont mo­di­fiées aus­si bien quan­ti­ta­ti­ve­ment que dans leur com­po­si­tion, se­lon le type d’ef­fort au­quel on s’as­treint. Or, quand on trot­tine, la ten­dance est à une pro­duc­tion am­pli­fiée d’acide et mi­no­rée de film mu­co­pro­tec­teur gas­trique. Si bien que la mu­queuse gas­trique est moins bien dé­fen­due et plus vul­né­rable, par exemple aux ef­fets des an­ti-in­flam­ma­toires non sté­roï­diens (AINS) et des an­ti­bio­tiques. D’où, là en­core, des sai­gne­ments in­tem­pes­tifs, voire des ul­cé­ra­tions de l’ap­pa­reil di­ges­tif. A for­tio­ri quand on mêle course à pied et prise de cer­tains anal­gé­siques de type sa­li­cy­lés (as­pi­rine…) ou d’AINS qu’il est donc pré­fé­rable d’évi­ter.

Les courses ver­ti­cales ur­baines ont cet avan­tage cer­tain : on y trouve des toi­lettes au dé­part et 10 mi­nutes plus tard à l’ar­ri­vée. Ouf !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.