CINQ MARATHONS POUR REM­PLA­CER PA­RIS !

Vite, un ma­ra­thon de se­cours !

Joggeur - - Dossier Marathon De Paris - Par Frédéric Poi­rier et Oli­vier Per­not – Pho­tos Agence Main­dru – Sch­nei­der Elec­tric Ma­ra­thon de Pa­ris et D.R.

UN GROS RHUME VOUS EM­PÊCHE AU DER­NIER MO­MENT DE PAR­TI­CI­PER AU MA­RA­THON DE PA­RIS ? UNE TEN­DI­NITE RÉCALCITRANTE VOUS FAIT HÉSITER À PRENDRE LE DÉ­PART ? PAS DE PRO­BLÈME, DÉCALEZ VOTRE PIC DE FORME ET REPORTEZ-VOUS SUR UNE ÉPREUVE ÉQUI­VA­LENTE DE 42 KM POUR LA­QUELLE IL SE­RA FA­CILE DE S’INS­CRIRE AU DER­NIER MO­MENT !

Le ma­ra­thon de Pa­ris se court tou­jours le pre­mier ou le deuxième di­manche d’avril (c’est le cas cette an­née). Il faut donc être en forme au coeur de l’hi­ver, se pré­pa­rer sé­rieu­se­ment à une pé­riode où la mé­téo peut être vrai­ment dé­fa­vo­rable : froid, pluie, vent, par­fois même de la neige. As­so­cié à des du­rées de jour as­sez courtes, ce­la crée des condi­tions dif­fi­ciles pour s’en­traî­ner cor­rec­te­ment. Alors, si la grippe est pas­sée par là, si une mé­téo très hi­ver­nale a eu rai­son de la mo­ti­va­tion du cou­reur, si une bles­sure sour­noise se ma­ni­feste, obli­geant à in­ter­rompre son en­traî­ne­ment du­rant trois se­maines, il se­ra dif­fi­cile d’être opé­ra­tion­nel dé­but avril. Si tel est le cas, pour­quoi ne pas re­non­cer au ma­ra­thon de Pa­ris ? Ah oui, le dos­sard coûte cher, pas ques­tion de re­non­cer ! Les co­pains y par­ti­cipent aus­si, de quoi va-t-on avoir l’air ? Mais si l’on n’est pas en forme à quoi bon s’en­tê­ter... Pour­quoi ne pas en­vi­sa­ger de cou­rir un autre ma­ra­thon quelques se­maines plus tard, avec la pos­si­bi­li­té de ré­cu­pé­rer de sa mé­forme pas­sa­gère et de pro­fi­ter de meilleures condi­tions cli­ma­tiques pour s’en­traî­ner ? Voi­ci plu­sieurs sug­ges­tions de ma­ra­thon qui se dé­roulent entre deux et trois se­maines juste après le ma­ra­thon de Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.