Une vi­sion mon­diale

Joggeur - - Equipement Story - Par Laurent Re­vi­ron - Pho­tos : LR et Jul­bo

NI­CHÉ EN PLEINE CAM­PAGNE JURASSIENNE, JUL­BO RESTE À CE JOUR UNE EN­TRE­PRISE FA­MI­LIALE. MAIS LES AM­BI­TIONS SONT DÉ­SOR­MAIS TOUR­NÉES VERS DES HO­RI­ZONS LOINTAINS. L’AMÉ­RIQUE EST EN LIGNE DE MIRE. C’EST DA­VID CONTRE GOLIATH PARCE QUE LE MAR­CHÉ MON­DIAL DE LA LUNETTE EST AUX MAINS DES GÉANTS.

Jules Baud doit se re­tour­ner dans sa tombe. Quand il a créé sa S.A.R.L. « Les Fils de Jules Baud » en 1888 pour vendre des lu­nettes, il était sans doute loin de s’ima­gi­ner que 130 ans plus tard, les spor­tifs uti­li­se­raient ses mon­tures pour cou­rir. Au dé­part, la firme de­ve­nue au­jourd’hui Jul­bo était spé­cia­li­sée dans la fa­bri­ca­tion de mo­dèles pour les cris­tal­liers de Cha­mo­nix qui avaient be­soin de se pro­té­ger les yeux en mon­tagne. Ven­due en 1943 à Chaf­fon­gean et Che­va­lier, Jul­bo dé­bute dans les an­nées 1950 la fa­bri­ca­tion des lu­nettes so­laires. En 1979, c’est Re­né Beaud qui re­prend le flam­beau (au­cun lien de pa­ren­té avec Jules Baud) et au­jourd’hui ses fils Ch­ris­tophe et Mat­thieu sont aux com­mandes de l’usine de Long­chau­mois, dans le Ju­ra, qui s’est de­puis énor­mé­ment di­ver­si­fiée. Jul­bo pro­duit tou­jours des lu­nettes de so­leil, mais aus­si des lu­nettes de vue, des masques, des casques pour une mul­ti­tude d’ac­ti­vi­tés : « Jul­bo fait à la base des lu­nettes de mon­tagne. Au fil du temps, on a éten­du nos gammes, té­moigne Ch­ris­tophe Beaud. On a com­men­cé par les lu­nettes en­fant. Après, on a fait des mo­dèles pour la voile, une gamme pour le VTT… et on a dé­bu­té en­suite dans le run­ning grâce à un par­te­na­riat avec l’Ul­tra Trail du Mont-Blanc. Le trail est une pra­tique à la fron­tière de tous les autres sports. Ce mar­ché s’est de­puis pas mal dé­ve­lop­pé. » Quand on ti­tille le boss sur le fait qu’une paire de lu­nettes reste tout de même moins obli­ga­toire en course à pied qu’en ski, il sait trou­ver les ar­gu­ments : « On pro­pose des verres très tech­niques qui ont des fonc­tions par­ti­cu­lières. Ils offrent une clar­té in­croyable et ça change tout au ni­veau du re­pos du re­gard. On dit sou­vent que dans la pra­tique d’un sport, l’acui­té vi­suelle im­pacte di­rec­te­ment les per­for­mances. On peut consi­dé­rer qu’un ath­lète ne cour­ra pas for­cé­ment plus vite avec ou sans lu­nettes, mais il y a un as­pect de pro­tec­tion qu’il ne faut pas né­gli­ger. Et puis nos verres per­mettent de mieux dis­tin­guer les re­liefs. On voit en ré­su­mé mieux que sans lu­nettes. On joue

beau­coup sur les verres pour se dé­mar­quer dans le run­ning avec des fonc­tions an­ti­buées, po­la­ri­sées, pho­to­chro­miques de plus en plus per­for­mantes. Sur la mon­ture, c’est plus sur le poids, les pos­si­bi­li­tés d’adap­ta­tion et l’es­thé­tique que l’on va jouer. »

DE LA CRÉA­TION À LA STRA­TÉ­GIE COM­MER­CIALE EN PAS­SANT PAR LE DE­SI­GN OU LA RÉA­LI­SA­TION DES VERRES À LA VUE, TOUT EST CENTRALISÉ EN FRANCE

Tour du pro­prio

Si la pro­duc­tion Jul­bo est as­su­rée dans une usine en Rou­ma­nie qui ap­par­tient à la marque fran­çaise, la créa­tion, le de­si­gn, la fa­bri­ca­tion des moules, la réa­li­sa­tion des verres à la vue, le mar­ke­ting et la stra­té­gie com­mer­ciale res­tent cen­tra­li­sés en France : « Sur le mar­ché mon­dial de la lunette, Jul­bo est un Lilli­pu­tien. Sur le mar­ché na­tio­nal, on est en re­vanche pas trop mal. En vo­lume, on est n°2 chez les op­ti­ciens, loin der­rière Ray Ban, et éga­le­ment n°2 en so­laire der­rière Oak­ley sur la lunette de sport. Sa­chant que Ray Ban et Oak­ley ap­par­tiennent au même groupe. Sur le pro­duit et le mar­ke­ting, on n’est pas mau­vais. On a 90 per­sonnes qui tra­vaillent chez Jul­bo à Long­chau­mois. Ça per­met d’avoir de la sou­plesse et de la ré­ac­ti­vi­té. C’est aus­si im­por­tant pour la culture de l’en­tre­prise et le ma­na­ge­ment des équipes. En France, on a une po­si­tion plus que cor­recte et, sauf en ou­vrant d’autres gammes de pro­duits, on n’a pas un po­ten­tiel de dé­ve­lop­pe­ment énorme. C’est sur la par­tie dis­tri­bu­tion à l’in­ter­na­tio­nal que le bât blesse. C’est lourd et coû­teux. On vend dans 90 pays mais on reste pe­tit par­tout. Les pays où l’on fonc­tionne en di­rect, où l’on a nos propres ré­seaux de com­mer­ciaux sont la Suisse, l’Autriche, l’Al­le­magne et le Be­ne­lux. Dans les autres, il faut mo­ti­ver nos dis­tri­bu­teurs, ti­rer, pous­ser pour op­ti­mi­ser leur tra­vail sur Jul­bo. On est au­jourd’hui plu­tôt dans une lo­gique de dé­ve­lop­pe­ment des parts de mar­ché à l’in­ter­na­tio­nal. » C’est pour cette rai­son que la marque lorgne de l’autre cô­té de l’At­lan­tique : « Le mar­ché de la lunette so­laire aux États-Unis est aus­si gros que le reste du monde. Le po­ten­tiel est ex­ces­si­ve­ment im­por­tant. On a une fi­liale là-bas de­puis douze ans mais on n’y a pas pro­gres­sé aus­si vite que ce que nous au­rions ai­mé. Mais il faut res­ter pru­dent. Beau­coup de marques eu­ro­péennes s’y sont brû­lé les ailes. Dé­pen­ser des mil­lions en mar­ke­ting, c’est ce qu’il y a de plus fa­cile. Il faut que les ré­sul­tats suivent et ça, c’est plus dif­fi­cile. Pour s’im­plan­ter aux US, on s’ap­puie sur nos fon­da­men­taux. Jul­bo vient de la mon­tagne. On est connu et re­con­nu dans le monde en­tier pour ça. » Le cô­té fran­co-fran­çais ne fai­sant pas for­cé­ment re­cette chez l’oncle Sam : « On ne joue pas trop cette carte. Je ne pense pas que l’on ven­drait plus de lu­nettes avec un dra­peau bleu-blan­crouge. Il faut juste que la marque ait du sens et que le pro­duit soit bon pour vendre. Tous nos concur­rents amé­ri­cains fa­briquent en Asie et per­sonne ne se pose de ques­tion sur la pro­ve­nance. De toute fa­çon, nos pro­duits ne sont pas made in France mal­gré le fait que l’on fasse en­core beau­coup de chose dans le Ju­ra. »

Pro­jets d’ave­nir

Le mar­ché de la lunette est très concur­ren­tiel et ce n’est pas tou­jours évident pour une petite marque comme Jul­bo d’y faire sa place : « Les obs­tacles que Jul­bo peut ren­con­trer au­jourd’hui sont liés à sa taille. On as­siste sur le mar­ché à une

Ch­ris­tophe Beaud, l’un des deux boss (à droite), est très pré­sent. Il su­per­vise en per­ma­nence les dif­fé­rentes opé­ra­tions dans tous les ser­vices de l’en­tre­prise.

La mise en place du la­bo­ra­toire « op­tique » a né­ces­si­té des in­ves­tis­se­ments im­por­tants. Mais Jul­bo est de­puis en me­sure de réa­li­ser sur place des verres cor­rec­teurs pour ses lu­nettes so­laires et de vue.

C’est en France que Jul­bo réa­lise les pré-sé­ries pour tes­ter les moules et tout le pro­to­cole de fa­bri­ca­tion avant de lan­cer la sé­rie dans son usine en Rou­ma­nie.

Le de­si­gn de chaque lunette est éga­le­ment pen­sé et réa­li­sé dans le Ju­ra. Et il n’est pas ques­tion de dé­cen­tra­li­ser un jour cette com­pé­tence de l’en­tre­prise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.