LES COACHS

Joggeur - - Entrainement Le 10 Km En Question -

Car­men Oli­ve­ras, coach au club Ra­cing Mul­ti Ath­lon, 32’ 57” sur 10 km ; 1h13’ sur se­mi ; 2h35’ sur ma­ra­thon. « À titre per­son­nel, j’ai dé­jà tes­té en par­tant un peu plus len­te­ment que mon al­lure cible, sans ja­mais par­ve­nir à re­prendre les quelques se­condes ain­si per­dues sur les deux pre­miers ki­lo­mètres. Avec l’ex­pé­rience, je sais ce qui me convient : un dé­part un tout pe­tit peu plus ra­pide sur les deux pre­miers ki­lo­mètres (de toute fa­çon, il est dif­fi­cile de vrai­ment se re­te­nir). J’ai en gé­né­ral 10” d’avance vers le 3e ki­lo­mètre, puis mon al­lure se sta­bi­lise sur ma vi­tesse cible. Ce­la de­vient gé­né­ra­le­ment dif­fi­cile peu après le 8e km. Il faut alors te­nir sur les 1 500 der­niers mètres. Ceux qui ont dé­jà cou­ru cette dis­tance (1 500 m) sur piste en com­pé­ti­tion se­ront peut-être un peu avan­ta­gés avec une ap­ti­tude men­tale sup­plé­men­taire à te­nir la ca­dence alors que l’on est “dans le dur”. Pour ceux que j’en­traîne, je pré­co­nise la ré­gu­la­ri­té. Sur­tout ne pas par­tir trop vite, même si bien sou­vent le pre­mier ki­lo­mètre est trop ra­pide. Une com­pé­ti­tion sur 10 km laisse peu de temps et de marge pour rat­tra­per un dé­part lent. L’idéal est vrai­ment d’être dans la bonne al­lure dès le pas­sage au pre­mier ki­lo­mètre ». Serge Mi­lon, coach au club Run­ning 92 « Je re­com­mande de par­tir un peu plus len­te­ment que l’al­lure cible afin de lais­ser le temps au car­dio de mon­ter et de se mettre en équi­libre phy­sio­lo­gique du­rant les pre­miers 1 500 m en­vi­ron. Le pas­sage clé est entre le 7e et le 8e km. En­suite, on doit être ca­pable de pou­voir ac­cé­lé­rer, ou tout au moins main­te­nir le tem­po. Pour moi, un dé­part ra­pide oblige à se mettre en dette d’oxy­gène, ce qui risque de pé­na­li­ser la fin de la com­pé­ti­tion et sur­tout les éven­tuelles re­lances, se­lon le pro­fil du par­cours ».

An­dré Ca­bro­lier, coach au XVe Ath­le­tic Club « Je pré­co­nise de cou­rir les 3 pre­miers ki­lo­mètres un tout pe­tit peu plus len­te­ment : “al­lure cible + 2” au km”. À par­tir du 3e, on est pile à l’al­lure pré­vue. On passe donc au 5e avec 6” de re­tard, en­suite on ac­cé­lère vrai­ment très pro­gres­si­ve­ment. Il faut bien sûr tra­vailler ce­la à l’en­traî­ne­ment ».

Il est rare de ne pas fi­nir une course en gri­ma­çant si on s’est en­ga­gé avec la pers­pec­tive de réa­li­ser un chro­no cor­rect. Et puis, même dans le cas contraire, dif­fi­cile de ne pas se lais­ser en­traî­ner par le rythme...

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.