Ré­tro-run­ning

Pe­tit coup d’oeil dans le ré­tro­vi­seur avec notre nou­velle ru­brique « Ré­tro­run­ning ». Au­jourd’hui, on re­monte loin, très loin...

Jogging International - - Summaire - Texte et pho­tos Vio­laine Va­noyeke, pro­fes­seur de lit­té­ra­ture et de ci­vi­li­sa­tions an­ciennes

Jeux de pistes

Ils n’avaient pas le trail. Ils n’avaient pas les courses à obs­tacles. Ils n’avaient même pas eu la bonne idée de s’équi­per de montres GPS. Mais ce­la n’em­pê­chait pas les Grecs de l’An­ti­qui­té d’être de sa­crés bons cou­reurs. Et, plus par­ti­cu­liè­re­ment, des pis­tards purs et durs. Avec, pe­tite « fan­tai­sie », des lon­gueurs de piste dif­fé­rentes se­lon la ci­té : 177,55 m à Delphes, 192,27 m à Olym­pie ou en­core 210 m à Per­game. L’épreuve la plus pres­ti­gieuse des pre­miers jeux Olympiques, et la seule qui exis­tait jus­qu’en 724 avant J.- C., est le sta­dion (ou course du stade). Le vain­queur de cette épreuve donne d’ailleurs son nom à l’olym­piade. Le sta­dion est éga­le­ment le nom de la piste sur la­quelle évo­lue le cou­reur, et ce­lui de la dis­tance par­cou­rue, soit 600 pieds ( 200 m en­vi­ron, car le pied éta­lon va­rie, là aus­si, se­lon les ci­tés grecques).

AVANT LES STAR­TING-BLOCKS

Plu­sieurs courses se dé­rou­laient avant la fi nale pour sé­lec­tion­ner les can­di­dats. Les cou­reurs par­taient de­bout, dans l’at­tente d’un si­gnal, le torse lé­gè­re­ment pen­ché en avant, les pieds très rap­pro­chés l’un de l’autre. Ils s’élan­çaient le plus sou­vent d’une ligne de dé­part en pierre, comme à Olym­pie. Mais cette der­nière pou­vait être plus so­phis­ti­quée, em­bel­lie de cippes (co­lonnes tron­quées) et de sta­tues, comme à Delphes. Des restes de sys­tèmes de dé­part en­core plus éla­bo­rés ont été re­trou­vés sur l’Isthme de Co­rinthe, où se dé­rou­laient les jeux Isth­miques, alors tout aus­si pres­ti­gieux que les jeux Olympiques. Ins­tal­lé dans une fosse si­tuée der­rière les cou­reurs prêts à par­tir, l’ar­bitre te­nait les cordes qui, une fois lâ­chées, per­met­taient aux bar­rières pla­cées de­vant les ath­lètes de s’abais­ser en même temps, afi n d’évi­ter les faux dé­parts.

OÙ SONT LES FEMMES ?

Si les femmes étaient pri­vées de J.O. au cours de l’An­ti­qui­té, elles pou­vaient ce­pen­dant prendre part aux He­raia, des jeux 100 % fé­mi­nins qui se dé­rou­laient en sep­tembre et ne com­por­taient qu’une seule épreuve, la course du stade, ré­duite à 160 mètres. Du cô­té mas­cu­lin, plus de choix : en plus du sta­dion exis­taient aus­si le diau­los ou double-stade, deux fois plus long, ajou­té aux J.O. en 724 avant J.- C. et rem­por­té par Hy­pé­nos de Pise ; le hip­pios ou qua­druple stade, moins pra­ti­qué ; et le do­li­chos ou course de fond de 7, 12 ou 20 stades, qui ap­pa­raît aux jeux Olympiques en 720 avant J.- C. et qui est ga­gné, cette an­née-là, par Akhan­tos de Sparte. Le

do­li­chos le plus long at­tei­gnait 24 stades. Les an­ciens connais­saient une course que nous avons ( mal­heu­reu­se­ment ?) per­due : celle des ho­plites, qui cou­raient nus mais en armes, avec un casque, des cné­mides (jam­bières) et un bou­clier. En 450 av. J.- C., les cné­mides furent aban­don­nées pour fa­ci­li­ter la course, dont la lon­gueur dif­fé­rait se­lon les ci­tés. Les ho­plites cou­raient sur deux stades à Olym­pie comme à Athènes, sur quatre stades à Né­mée et sur de plus longues dis­tances à Pla­tée, où les concours étaient d’au­tant plus dif­fi­ciles que les ath­lètes ac­com­plis­saient leurs tours en ar­mure com­plète ! Comme quoi, les Mud Day et autres Spartan Race ne sont pas si exi­geantes !

Le stade de Né­mée était le siège des jeux Né­méens. De­puis 1996 et tous les quatre ans, une as­so­cia­tion les fait re­vivre, avec un sprint de 90 m sur la piste et un 7,5 km.

En 720 av. J.-C., lors d’une course, l’ath­lète Or­rhi­pos au­rait per­du son ca­le­çon en plein ef­fort avant de ga­gner. Voyant un signe des dieux, les juges au­raient of­fi­cia­li­sé la nu­di­té. Le casque fai­sait par­tie de l’at­ti­rail por­té en course par les ho­plites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.