Trans­ju’Trail

Comme le sans-gêne qui s’in­cruste à votre an­ni­ver­saire sans in­vi­ta­tion, la pluie a joué les pique-as­siettes pour cette 10e édi­tion de la Trans­ju’Trail. Ré­sul­tat : des cou­reurs qui pa­taugent dans de vé­ri­tables ruis­seaux sur cette cou­sine de la Trans­ju­ra­sie

Jogging International - - Summaire - Ni­co­las Gar­don, pho­tos or­ga­ni­sa­tion

Tout en eau !

Pas de quoi dé­cou­ra­ger les pe­lo­tons en­ga­gés sur les dif­fé­rentes dis­tances, du 5 km et 140 m de D+ au gros mor­ceau, le 72 km et 3 200 m de D+, à at­ta­quer en so­lo ou en re­lais à deux. Et il ne fau­drait pas ou­blier la belle nou­veau­té de l’an­née : la course mys­tère. À l’ins­crip­tion, seule­ment deux cer­ti­tudes : la dis­tance (55 km) et l’heure de dé­part (6 h 30). Au fi­nal, les trai­leurs dans le flou ont été lâ­chés sur une route fo­res­tière, en di­rec­tion de Mo­rez (39). Au pro­gramme : 2 200 m de D+.

« Le tra­cé était rou­lant, peut-être même trop », es­ti­mait ain­si le vain­queur, Ivan Bour­geois.

LA COURSE MYS­TÈRE, UN VENT NOU­VEAU

Tou­jours est-il que, à l’image de ce qui fait le charme de la So­li­taire des Tem­pliers (qui y ajoute une grosse dif­fi­cul­té sup­plé­men­taire, celle de l’orien­ta­tion), ce type d’épreuve, en co­mi­té ré­duit (100 par­tants) et à l’aveugle, est un vrai bol d’air frais dans le monde du trail. Mais, mys­tère ou pas, tous ont dû se battre contre la boue sur des par­cours qui ne laissent pas

de ré­pit, comme en té­moigne Ch­ris­tophe, fi­ni­sher

heu­reux et conge­lé du 72 km. « Toute la pre­mière par­tie du tra­cé est si rou­lante que si, par ha­sard, on se met à mar­cher, on culpa­bi­lise. Alors, on court sans ar­rêt. Bon, ce n’est quand même pas l’Eco-Trail de Pa­ris, sur­tout avec la grim­pette de la Dôle au 55e km

qui fait bien mal ! » Une sec­tion de 2,5 km et 420 m de D+ qui a de nou­veau été le théâtre d’un chal­lenge pour les concur­rents des 72, 36 et 23 km. Sur le long, le re­cord de Xavier Thé­ve­nard ( 25 min 05 s) est tom­bé avec un Ni­co­las Bou­chet, 88e au scratch, qui a en­clen­ché la post- com­bus­tion, en 24 min 14 s. En­core un peu loin du re­cord ab­so­lu de François Go­non qui avait bou­clé l’af­faire en 18 min 23 s l’an der­nier. Mais lui ne cou­rait « que » le 23 km… Et puis, il faut bien dire que les pay­sages ju­ras­siens agré­men­tés de ra­vi­taille­ments où le com­té règne en maître pous­se­ront les plus de 2 000 clas­sés de cette an­née (sur toutes les dis­tances) à re­ve­nir en 2018. Ce­pen­dant, concer­nant la mé­téo, même les or­ga­ni­sa­teurs ne peuvent rien pro­mettre…

Dans ces « 50 nuances de vert », les trai­lers sont ve­nus trou­ver le plai­sir au bout de la souf­france.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.