DÉS­ÉQUI­LIBRE

LES CONSÉ­QUENCES SUR VOTRE PER­FOR­MANCE

Jogging International - - Sante -

L’ef­fet d’un dés­équi­libre aci­do­ba­sique in­flue, à terme, sur l’état gé­né­ral. En pre­mier lieu, la fa­tigue. No­tam­ment celle qui se ma­ni­feste dès le ré­veil, en dé­pit d’un bon som­meil, d’une ré­cu­pé­ra­tion aux pe­tits oi­gnons ou de bonnes va­cances. Ce qui n’est, d’em­blée, pas l’idéal pour pro­gres­ser et per­for­mer. En outre, « bai­gner » dans trop d’aci­di­té peut en­traî­ner bien d’autres ré­per­cus­sions.

Dou­leurs ar­ti­cu­laires et ten­di­neuses :

dès lors qu’elles s’ins­tallent dans la chro­ni­ci­té, elles doivent faire sus­pec­ter un ex­cès d’aci­di­té. La­quelle en­tre­tient l’in­flam­ma­tion par­tout où elle siège (ar­ti­cu­la­tions, li­ga­ments, gen­cives...). De plus, l’acide urique in­cri­mi­né dans les ten­di­no­pa­thies ne se so­lu­bi­lise nor­ma­le­ment qu’en cas de pH adap­té. Si ce der­nier est trop acide, il y a for­ma­tion de cris­taux, in­flam­ma­tion, dou­leur, ten­di­no­pa­thies à ré­pé­ti­tion.

Cour­ba­tures et dou­leurs mus­cu­laires :

elles aus­si sont en par­tie liées à un dés­équi­libre aci­do-ba­sique, qui ne per­met pas à l’or­ga­nisme de bien as­si­mi­ler po­tas­sium et ma­gné­sium, deux mi­né­raux hau­te­ment al­ca­li­ni­sants, dont le rôle est de tam­pon­ner l’aci­di­té des fibres mus­cu­laires. Pro­blèmes car­diaques : le dés­équi­libre est res­pon­sable des mi­croin­flam­ma­tions, qui sont une cause des accidents car­dio­vas­cu­laires, dans le sens où elles en mettent le feu aux poudres sur un ter­rain à risque (hy­per­ten­sion ar­té­rielle, cho­les­té­rol, sur­en­traî­ne­ment...).

To­ni­ci­té mus­cu­laire :

trop d’aci­di­té di­mi­nue la synthèse des pro­téines dans la fa­bri­ca­tion et la ré­pa­ra­tion du muscle, et peut même en aug­men­ter la dé­gra­da­tion, donc gé­né­rer une fonte mus­cu­laire.

Stress, sur­poids :

une ali­men­ta­tion aci­di­fiante aug­mente l’éli­mi­na­tion uri­naire du ma­gné­sium, mi­né­ral an­ti­stress par ex­cel­lence, et fait grim­per le cor­ti­sol, hor­mone du stress qui, par ri­co­chet, aug­mente la gly­cé­mie et à terme fa­vo­rise le syn­drome mé­ta­bo­lique (sur­poids ab­do­mi­nal, cho­les­té­rol, hy­per­ten­sion ar­té­rielle).

Trop d’aci­di­té di­mi­nue la synthèse des pro­téines dans la fa­bri­ca­tion et la ré­pa­ra­tion du muscle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.