Boire avant d’avoir soif pen­dant un ef­fort de longue du­rée est une né­ces­si­té.

Jogging International - - Entrainement -

Le mythe ex­pli­qué Le mythe... dé­my­thi­fié Ce qu’il faut faire

réel­le­ment bu. En­fin, nombre de cas d’hy­po­na­tré­mie (taux de so­dium dans le sang in­suf­fi­sant en rai­son de sa di­lu­tion) ont été consta­tés sur les épreuves d’ul­tra-en­du­rance suite à l’hy­per­hy­dra­ta­tion des spor­tifs. Boire en cou­rant se­rait-il donc in­utile ? Pour Tim Noakes (au­teur

de Wa­ter­log­ged, the se­rious pro­blem of over­hy­dra­tion

in en­du­rance sports), une perte de poids liée à la perte hy­drique ou une cer­taine déshy­dra­ta­tion ne sont pas cor­ré­lées à des per­for­mances amoin­dries. Mieux : l’étude de Gou­let, en 2011, sug­gé­rait que boire se­lon sa soif, et non en fonc­tion de pré­ceptes gé­né­raux, per­met­tait même d’op­ti­mi­ser la per­for­mance. la juste me­sure doit l’em­por­ter. Si l’on af­firme sou­vent qu’il faut boire avant d’avoir soif, des études af­firment qu’il est pré­fé­rable d’écou­ter les be­soins ex­pri­més par l’or­ga­nisme. Au­tre­ment dit, ne bu­vez que quand vous avez soif… Bien sûr, dans des condi­tions de course ex­trêmes (très forte cha­leur, par exemple), vous de­vez être plus at­ten­tif à vos ap­ports hy­driques, car vous ne res­sen­ti­rez pas for­cé­ment que vous vous déshy­dra­tez. Vous l’au­rez com­pris, il n’y a pas une vé­ri­té. L’expérience et la connais­sance de soi sont, ici, pri­mor­diales. Pour­tant, la réa­li­té montre plu­tôt l’in­verse ! Con­si­dé­rons les meilleurs ma­ra­tho­niens du monde : s’ar­rêtent-ils aux ra­vi­taille­ments pour boire ? Non. Ils pré­fèrent ne pas perdre une se­conde pour s’hy­dra­ter… et ça marche ! Mal­gré une perte hy­drique de 7 à 10 %, ils claquent records et vic­toires. Certes, il est ques­tion, ici, de l’élite des ath­lètes. D’autres études ont dé­mon­tré que le simple fait de prendre de l’eau dans la bouche avant de la re­cra­cher (donc sans l’ava­ler) suf­fit à leur­rer le cer­veau : ce der­nier réagit comme si l’on avait L’im­por­tance de l’hy­dra­ta­tion pen­dant l’ef­fort a long­temps été igno­rée. Jus­qu’au jour où des études ont mon­tré qu’une perte de masse cor­po­relle liée à la déshy­dra­ta­tion en­gen­drait une baisse des per­for­mances. Dès lors, les cou­reurs ont veillé à boire tout au long de leur ef­fort, même avant d’avoir soif. Quelques gor­gées toutes les 10 mi­nutes, de ma­nière à ne pas perdre trop d’eau et à main­te­nir l’or­ga­nisme à un taux d’hy­dra­ta­tion fa­vo­rable à la per­for­mance. Un peu comme si l’eau était le car­bu­rant né­ces­saire à votre mo­teur ! Ne pas boire une goutte d’eau pen­dant un ef­fort long n’est pas plus conseillé que trop boire. Comme dans tout do­maine,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.