À TOM­BEAU OU­VERT

Jogging International - - Tous finishers -

Comme d’ha­bi­tude, on a vu, sur cette OCC, des ka­mi­kazes de la des­cente. Ceux qui vous doublent en dé­bou­lant dans votre dos sans pré­ve­nir et qui semblent ne pas se rendre compte qu’ils ont failli vous of­frir un al­ler simple dans le ra­vin par coup de coude in­ter­po­sé. Le sum­mum : ce cou­reur qui, dans la des­cente de la Giète, fi­lait à bonne al­lure en s’ou­vrant le pas­sage avec ses deux bâ­tons ten­dus de­vant lui (la pointe en avant, si­non ce ne se­rait pas drôle). Le dieu du trail a sans doute en­ten­du les plaintes des autres concur­rents puisque, à quelques hec­to­mètres de Trient, et alors qu’il se ser­vait de ses armes de fa­çon plus conven­tion­nelle dans une par­tie boueuse au pos­sible, il a ten­té de « faire l’in­té­rieur » dans un vi­rage en épingle afin de ga­gner deux se­condes – si pré­cieuses sur une course de 56 km. Ré­sul­tat : un bâ­ton qui se prend dans une ra­cine et se brise dans un cra­que­ment si­nistre et un trai­leur éta­lé de tout son long dans la boue. Pas ran­cu­niers, on lui de­mande si tout va bien. L’éner­gu­mène dé­gui­sé en spor­tif se conten­tant d’un sym­pa­thique «Fou­tez moi­la­paix,si­vous sa­viez­des­cendre, j’en­se­rais­pas­là.» Le fa­meux es­prit trail de­vait être en re­pos es­ti­val…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.