7 aven­tures à ten­ter

Pour beau­coup de cou­reurs, fi­nir un ma­ra­thon consti­tue le but ul­time de leur pra­tique. Mais il y a tant d’autres ob­jec­tifs à at­teindre et d’ex­pé­riences à vivre. Choi­sis­sez le(s) vôtre(s) !

Jogging International - - Sommaire - Ni­co­las Gar­don, il­lus­tra­tions Thinkstock/Da­vid2Sou­sa

En piste !

Rares sont les cou­reurs, en de­hors de ceux évo­luant au sein d’un club, à al­ler tâ­ter de la piste de temps en temps. Pour­tant, pas be­soin d’être un pro de la vi­tesse pour ti­rer avan­tage de l’ovale en y fai­sant, une fois par se­maine, vos séances de frac­tion­né. Sté­phane Cour­tois, en­traî­neur, pro­pose une séance simple pour un pre­mier contact : « Après votre échauf­fe­ment, vous al­lez faire huit tours de piste, soit 2 400 m, en cou­rant ra­pi­de­ment dans les lignes droites et en ré­cu­pé­rant dans les vi­rages. Vous al­lez ra­pi­de­ment vous rendre compte de la dif­fé­rence fon­da­men­tale entre un frac­tion­né sur route et son équi­valent sur piste ! » Étape sui­vante : les pointes. « Vos chaus­sures de course ha­bi­tuelles ne vous per­met­tront pas d’ex­ploi­ter tout votre po­ten­tiel sur piste. Les pointes vont vous per­mettre d’ac­cro­cher la piste est d’être plus ef­fi­cace sur la phase de pous­sée. At­ten­tion, ce­pen­dant : ce sont des chaus­sures lé­gères, avec bien moins de sou­tien que la plu­part des mo­dèles route, uti­li­sez-les donc de ma­nière pro­gres­sive. » En­fin, quelques règles de base si vous n’êtes pas ha­bi­tué à fou­ler une piste : cou­rez tou­jours dans le sens in­verse des ai­guilles d’une montre ; si un cou­reur ar­rive der­rière vous, lais­sez-le pas­ser en vous dé­ca­lant sur la droite, vers l’ex­té­rieur de la piste ; le cou­loir n° 1 est ré­ser­vé aux cou­reurs les plus ra­pides ; avant de stop­per votre ef­fort, vé­ri­fiez que per­sonne ne se trouve der­rière vous.

Cou­rez apres vos an­nees

Un pe­tit jeu sympa : la se­maine de votre an­ni­ver­saire, cou­rez votre âge en une sor­tie. Euh, ils sont sym­pas chez Jog­ging

In­ter­na­tio­nal, mais ce n’est quand même pas très fran­çais, « cou­rez votre âge » . Bon, on tra­duit : cou­rez le nombre de ki­lo­mètres cor­res­pon­dant à votre nombre d’an­nées. 30 ans, 30 km, 42 ans, un ma­ra­thon, et ain­si de suite. Il fau­dra juste at­tendre vos 170 ans pour vous of­frir l’équi­valent de l’UTMB… Si le chal­lenge est trop dur, conver­tis­sez en mi­nute : une heure de course cor­res­pon­dra à 60 ans, par exemple.

De­ve­nez ma­jeur

Pre­mière épreuve pour ins­crire les six ma­ra­thons « Majors » à votre pal­ma­rès : réus­sir à s’ins­crire, sur­tout pour ceux qui, à l’image de Bos­ton (voir page sui­vante), de­mandent des temps qua­li­fi­ca­tifs (ou, à dé­faut, de ré­col­ter de l’ar­gent pour des as­so­cia­tions ca­ri­ta­tives). Ce­pen­dant, dites-vous que vous avez toute une vie de cou­reur pour faire par­tie du club de ceux qui ont pas­sé la ligne d’ar­ri­vée à To­kyo, Bos­ton, Londres, Ber­lin, Chi­ca­go et New York.

Of­frez­vous le Guin­ness

« Ma­ra­thon le plus ra­pide cou­ru dé­gui­sé en le­pre­chaun » ; « Mile le plus ra­pide en cou­rant à l’en­vers » ; « Couple ayant cou­ru le plus de ma­ra­thons en­semble »… En ma­tière de course à pied, le Guin­ness des re­cords est gâ­té. Et pour­quoi pas vous ? Le plus simple est de ten­ter quelque chose que per­sonne n’a ja­mais fait au­pa­ra­vant. Se­lon les in­ves­ti­ga­tions plus que pous­sées de la rédaction de Jog­ging In­ter­na­tio­nal, per­sonne n’a ja­mais es­sayé de bou­cler un se­mi-ma­ra­thon dé­gui­sé en ham­ster… Pour sa­voir comment vous y prendre, al­lez sur le site guin­ness­worl­dre­cords.com, qui ex­plique pré­ci­sé­ment les dé­marches à ef­fec­tuer pour fi­gu­rer dans le pres­ti­gieux ou­vrage. Der­nière chose : si vous vou­lez battre le re­cord du le­pre­chaun, il fau­dra en­fi­ler votre beau cos­tume vert et bou­cler les 42,195 km en moins de 2 h 59 min 30 s (Adam Jones, au ma­ra­thon de Londres 2015).

Bost , vous voi­la !

Bos­ton vous fait rê­ver ? Cra­chez-vous dans les mains, car voi­ci les temps mi­ni­mums à réus­sir si vous sou­hai­tez vous qua­li­fier. En­fin, en théo­rie. Dans les faits, pour 2018, il fal­lait réus­sir un chro­no de 3 min 23 s in­fé­rieur au stan­dard pour dé­cro­cher une place dans le sas de dé­part du mythe.

N -stop

19 032 : c’est le nombre de jours consé­cu­tifs du­rant les­quels le Bri­tan­nique Ron Hill, cham­pion d’Eu­rope du ma­ra­thon en 1969, a cou­ru au mi­ni­mum 1 mile (en­vi­ron 1,7 km). Un streak de 52 ans et 39 jours qui s’est ache­vé fi n jan­vier 2017 suite à une alerte de san­té. Et si vous aus­si, vous ten­tiez le coup ? Pas obli­gé de dé­pas­ser le de­mi- siècle, mais pour­quoi ne pas vous fi xer un mois pen­dant le­quel vous cour­rez, par exemple, au mi­ni­mum 5 km par jour ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.