Le ro­sier en ques­tions

Aux quelques ques­tions que vous vous po­sez sou­vent à propos des ro­siers, voi­ci des ré­ponses sim­pli­fiées.

Joli Jardin - - Som­maire -

Comment faire pour ra­jeu­nir un vieux ro­sier ?

Il ne faut pas al­ler trop à l’en­contre de la na­ture, ni la bru­ta­li­ser. La pre­mière an­née, il fau­dra tailler l’une des grosses vieilles branches du ro­sier à la scie, puis pas­ser du ci­ca­tri­sant sur la plaie. De nou­veaux re­jets vont pous­ser. L’an­née sui­vante, on pour­ra s’at­ta­quer à une autre branche, et ain­si de suite jus­qu’au re­nou­veau com­plet.

Comment faire pour dé­pla­cer un ro­sier sans l’en­dom­ma­ger ?

Tout va dé­pendre de l’âge du ro­sier. S’il est jeune, il n’y a pas de grands risques. Il suf­fi­ra de bê­cher tout au­tour de la motte ou du plant et de ti­rer. On re­cou­pe­ra un peu les ra­cines au sé­ca­teur pour lais­ser des plaies franches, puis on re­plan­te­ra im­mé­dia­te­ment. Si le ro­sier est âgé, il fau­dra en­vi­sa­ger d’éta­ler l’opé­ra­tion sur 2 ans. La pre­mière an­née, on creu­se­ra une cou­ronne de 20 cm de large au­tour du tronc et l’on rem­pli­ra cette cou­ronne de sable. L’an­née sui­vante, on ou­vri­ra la tran­chée et l’on pour­ra voir que des ra­cines se se­ront dé­ve­lop­pées pen­dant la sai­son de crois­sance. Il fau­dra alors sec­tion­ner sous la motte et re­plan­ter ra­pi­de­ment, en veillant à bien ar­ro­ser après le choc de la trans­plan­ta­tion.

Est-ce que l’on peut for­mer une haie de ro­siers ?

On peut ef­fec­ti­ve­ment for­mer une haie de ro­siers avec des ar­bustes qui consti­tue­ront un écran épi­neux opaque. On pour­ra mé­lan­ger dif­fé­rentes va­rié­tés, comme des ro­siers bo­ta­niques qui se couvrent de fleurs puis de fruits rouges, avec des ro­siers pu­re­ment dé­co­ra­tifs.

Qu’est-ce qu’un gour­mand et que faut-il en faire ?

Un gour­mand est un ra­meau très vi­gou­reux, qui se dé­ve­loppe au dé­tri­ment de branches voi­sines. Il ar­rive que le porte-greffes (pied adap­té au sol) ait en­vie d’in­dé­pen­dance et qu’il pro­duise une pousse très agres­sive. Le gour­mand est à sup­pri­mer le plus à ras pos­sible de sur la ra­cine. En lais­sant le gour­mand pro­li­fé­rer, on met en dan­ger la va­rié­té se­vrée, qui ris­que­ra de s’ame­nui­ser.

Que veut-on dire par re­mon­tant ?

Le ro­sier re­mon­tant est ce­lui qui re­fleu­rit en dif­fé­rentes vagues au cours de la sai­son (entre juin et jus­qu’aux ge­lées). Presque tous les ro­siers mo­dernes sont re­mon­tants, ce qui est ra­re­ment le cas des ro­siers an­ciens.

Les roses an­ciennes sont-elles mieux que les roses mo­dernes ?

Il n’est pas ques­tion d’être mieux ou moins bien. C’est avant tout une ques­tion de goût. Il est vrai que les roses an­ciennes ont des formes, des cou­leurs et des par­fums su­perbes, mais elles ne fleu­rissent qu’une fois et elles sont beau­coup plus sen­sibles aux tem­pé­ra­tures ex­trêmes, aux pa­ra­sites et aux ma­la­dies. Rien n’em­pêche ce­pen­dant de se faire plai­sir avec quelques pieds de roses an­ciennes et d’adop­ter cer­tains ro­siers mo­dernes pour leur ro­bus­tesse, leur lon­gé­vi­té de flo­rai­son et pour quelques-uns leur par­fum qui s’ap­pa­rente à ce­lui des roses an­ciennes.

Quelles sont les roses les plus par­fu­mées ?

In­con­tes­ta­ble­ment ce sont les roses an­ciennes, comme les roses de Da­mas, les ro­siers mous­seux et les ro­siers ru­gueux. Ce­pen­dant les ro­siers mo­dernes offrent eux aus­si de délicieux par­fums, comme par exemple la plu­part des roses an­glaises de Da­vid Aus­tin et des roses comme Pa­pa Meilland, Crêpe de Chine, Nuage par­fu­mé, Mc Cart­ney Rose, Pink Cloud ou Etoile nde. Par­fois, le feuillage aus­si est par­fu­mé. C’est le cas de Ro­sa cen­ti­fo­lia, Ro­sa ru­bi­gi­no­sa ou Ro­sa lu­tea.

Peut-on faire pous­ser fa­ci­le­ment des ro­siers en pots sur son bal­con ?

Il n’y a pas de dif­fi­cul­té par­ti­cu­lière à faire pous­ser des ro­siers sur son bal­con, à condi­tion de leur of­frir des ré­ci­pients avec une pro­fon­deur suf­fi­sante. Si l’on a des pots d’une tren­taine de cen­ti­mètres de pro­fon­deur, ce sont les ro­siers nains ou mi­nia­tures à pe­tit dé­ve­lop­pe­ment qui convien­dront et que l’on pour­ra le cas échéant as­so­cier à des es­pèces an­nuelles re­tom­bantes. Dans des jar­di­nières plus pro­fondes, on plan­te­ra des ro­siers ré­sis­tants et rus­tiques que l’on taille­ra chaque an­née et aux­quels on of­fri­ra de l’en­grais ré­gu­liè­re­ment pour sou­te­nir la flo­rai­son.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.