Tips & Tricks tech­niques de mix

Keyboards Recording - - EXPLORER -

La ca­bine et son acous­tique, quelques règles de base

Même si votre poste de tra­vail prend place dans votre sa­lon, il doit se si­tuer au plus loin des pa­rois puisque les murs et les angles vous ren­voient un grave in­con­trô­lable. S’il le faut, met­tez votre meuble sur rou­lettes ! Si vous avez des angles droits trop ré­flé­chis­sants, vous de­vrez pré­voir des « bass­traps ». De nom­breux plans pour réa­li­ser de tels trai­te­ments existent sur le web. Ils sont simples et peu coû­teux en de­hors de la laine mi­né­rale de très haute den­si­té qu’il vous fau­dra vous pro­cu­rer et qui n’est pas fa­cile à trou­ver. 150 ou 180 kg/m3 en 100 mm d’épais­seur ou plus sont né­ces­saires pour trai­ter ef­fi­ca­ce­ment le grave.

Les murs pa­ral­lèles consti­tuent l’autre pro­blème ma­jeur des en­vi­ron­ne­ments do­mes­tiques. Ils oc­ca­sionnent des ondes sta­tion­naires du fait des ondes so­nores qui peuvent se ré­flé­chir sur deux pa­rois qui se font face. Lorsque leur écar­te­ment pos­sède un rap­port ma­thé­ma­tique avec une lon­gueur d’onde don­née, les pres­sions acous­tiques s’ajoutent et se dé­phasent lé­gè­re­ment. En phase, leurs va­leurs s’ad­di­tionnent et elles se sous­traient lors­qu’elles sont hors phase. Vous al­lez donc créer des creux et des crêtes pro­non­cés à des fré­quences iso­lées et votre lo­cal ré­pon­dra d’une ma­nière très ac­ci­den­tée au spectre dif­fu­sé par les en­ceintes. Il est as­sez fa­cile de tes­ter ce phé­no­mène. Dif­fu­sez une courte boucle so­nore as­sez riche dans le grave. En vous dé­pla­çant dans votre ré­gie, si vous per­ce­vez de fortes va­ria­tions d’in­ten­si­té dans un re­gistre don­né ou sur une note en par­ti­cu­lier, vous êtes pro­ba­ble­ment confron­té aux ondes sta­tion­naires qui in­ter­disent une écoute ho­mo­gène. Bien en­ten­du, pas ques­tion de mo­di­fier le gros oeuvre de votre construc­tion, en re­vanche, in­cli­nez vos sur­faces et pan­neaux de trai­te­ments acous­tiques in­ternes et va­riez- en la na­ture ! D’une ma­nière gé­né­rale, en al­ter­nant les ma­té­riaux ab­sor­bants et ré­flé­chis­sants, veillez à ce que le temps de ré­ver­bé­ra­tion moyen de votre ca­bine, le fa­meux RT60, soit à peu près iden­tique sur tout le spectre. Un temps moyen conte­nu entre 200 et 400 ms est consi­dé­ré comme na­tu­rel et pré­cis. (fi­gures 1 & 2) Dans la dis­po­si­tion de votre poste de tra­vail, une dis­tance de 50 à 80 cm entre votre mur et l’ar­rière de vos en­ceintes est ab­so­lu­ment in­dis­pen­sable à une écoute spec­tra­le­ment équi­li­brée !

La courbe RT60 me­sure le temps né­ces­saire pour que l’in­ten­si­té du son dé­croisse de 60 dB.

La pré­pa­ra­tion de mon mix

Sans vou­loir son­ner tout de suite comme un com­man­dant de bord du mix avec 10 000 heures à son ac­tif, la pré­pa­ra­tion des ses­sions compte pour beau­coup dans la fa­ci­li­té que vous éprou­ve­rez à pou­voir y plon­ger. Lorsque je re­çois des pistes à mixer, je re­nomme tout d’abord le dos­sier avec le titre de la chan­son, je l’in­clus éven­tuel­le­ment dans le dos­sier prin­ci­pal de mon client. J’éva­lue en­suite le temps né­ces­saire à mon tra­vail et j’ouvre une nou­velle ses­sion dans ma DAW (si pos­sible à par­tir d’un tem­plate adap­té). Je dé­place mes au­dio-files dans le dos­sier et je les im­porte dans ma ses­sion. Je vé­ri­fie bien en­ten­du la ré­so­lu­tion et le sample rate de mes sound­bytes, ain­si que le tem­po que le pro­duc­teur m’au­ra don­né. Si j’ai re­çu un rough mix et des titres de ré­fé­rence, je les in­clus dans ma ses­sion, tout en haut, sur les pre­mières pistes et en de­hors de tout pro­cess afin de pou­voir faire des com­pa­rai­sons A/B avec mon tra­vail en cours. Je m’as­sure que ces pistes ré­fé­rences puissent concur­ren­cer le gain de la somme de mes pistes. Si celles-ci sont nom­breuses, je bais­se­rai donc

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.