Na­tive Ins­tru­ments Ma­schine Jam le contrô­leur arc-en-ciel

Keyboards Recording - - TESTS -

Après ses trois grands frères, Ma­schine, Ma­schine Stu­dio et Ma­schine Mi­kro, voi­ci le pe­tit der­nier sor­ti des four­neaux de Na­tive Ins­tru­ments : Ma­schine Jam. Avec ses 64 touches co­lo­rées at­trayantes, ce contrô­leur USB com­pact, so­lide et très er­go­no­mique fait très belle im­pres­sion sur la pho­to de fa­mille… mais change-t-il vrai­ment la donne par rap­port à ses ca­dets ?

1 200 pat­terns et 38 pro­jets. 82 pre­sets dé­diés au gé­né­ra­teur de syn­thèses ryth­miques Drum Synths viennent éga­le­ment se gref­fer.

Bon­jour je m’ap­pelle Jam…

Avec ses huit co­lonnes de huit rec­tangles aux cou­leurs arc-en-ciel, Ma­schine Jam en im­pose une fois dans les mains (2,7 kg) et donne une im­pres­sion de so­li­di­té très agréable au tou­cher. Ce car­ré tech­no­lo­gique de 30 cm de cô­tés s’ins­talle fa­ci­le­ment et s’ali­mente prin­ci­pa­le­ment via le port USB (pas de bou­ton Po­wer par contre…). Contrai­re­ment à ses grands frères, Ma­schine Jam pré­sente quelques dif­fé­rences ma­jeures. Pre­miè­re­ment, la dis­pa­ri­tion des écrans LCD in­té­grés. En sup­pri­mant cet as­pect vi­suel (fort dé­rou­tant au pre­mier abord…), Jam re­centre son ac­cès avec le lo­gi­ciel Ma­schine. Cor­don om­bi­li­cal mal cou­pé ? Non, Jam veut sim­ple­ment en­ga­ger un nou­veau type de work­flow : quelques bou­tons dé­diés (no­tam­ment le fa­meux Shift) ou­vri­ront des fe­nêtres en sur­im­pres­sion dans le lo­gi­ciel Ma­schine, mais on ou­blie­ra toutes les fonc­tion­na­li­tés d’édi­tion de samples en temps réel via des po­tards comme dans Ma­schine Stu­dio…

Les prin­cipes rec­tan­gu­laires

Par dé­faut, la ma­trice cen­trale de Jam est consti­tuée de 64 rec­tangles. Ces joyeux com­pères ré­tro-éclai­rés re­pré­sentent vos Scenes et Pat­terns

du Group cor­res­pon­dant (fi­gure 2). Dans cette sec­tion, vous pou­vez donc avoir ac­cès aux Groups, or­don­ner vos Pat­terns et créer vos Scenes (1–8). Dans la par­tie in­fé­rieure droite de la ma­trice, seize bou­tons sont mar­qués d’un chiffre. Ils per­mettent de dé­clen­cher et de sé­lec­tion­ner vos Sounds. Ils pos­sèdent aus­si d’autres fonc­tions se­lon le mode Note In­put en­clen­ché (Pad Mode, Key­board, Step et Pia­no Roll) (fi­gure 3). Pour com­mu­ni­quer avec Ma­schine, Jam uti­lise prin­ci­pa­le­ment trois ou­tils pour vo­guer par­mi les pa­ra­mètres. Le bou­ton Browse ouvre la com­mu­ni­ca­tion avec la Li­brai­rie et juste au-des­sus le po­tard noir ap­pe­lé En­co­deur per­met de na­vi­guer et de faire dé­fi­ler les sons. À leur exact op­po­sé, le D-Pad avec ses quatre flèches per­met de choi­sir les sous­me­nus. En mode Key­board ou Pia­no Roll, il per­met d’ac­cé­der aux banques de Groups, Pat­terns ou en­core de sé­lec­tion­ner des par­ties in­fé­rieures et su­pé­rieures d’une gamme. Ma­schine Jam veut donc four­nir une nou­velle fa­çon d’in­ter­agir avec le lo­gi­ciel Ma­schine. Ses grands frères (Mi­kro, Stu­dio et Ma­schine) étaient plus por­tés sur une ex­pé­rience « seize pads » type MPC. Avec ses 64 rec­tangles aux cou­leurs arc-en-ciel, Ma­schine Jam gagne en in­ter­ac­ti­vi­té et ap­porte ses lots de conso­la­tion lu­mi­neux.

Smart Strips ou les plai­sirs dé­miur­giques

Les huit barres ver­ti­cales de la par­tie in­fé­rieure du Jam, ap­pe­lées Smart

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.