Al­bion V Tun­dra

Aux portes du si­lence

Keyboards Recording - - KNOBS -

C’est une in­croyable banque or­ches­trale que nous pro­posent les An­glais de Spit­fire Au­dio. Al­bion V, alias Tun­dra, nous en­traîne dans une odys­sée so­nore où le fré­mis­se­ment conte­nu d’un or­chestre de cent mu­si­ciens évoque la mousse des fo­rêts es­to­niennes, les lochs écos­sais et la dé­so­la­tion du per­ma­frost sous la toun­dra is­lan­daise.

Les sons joués très dou­ce­ment ont sou­vent une pré­sence ma­gique. Forte de constat, l’équipe de Spit­fire Au­dio a de­man­dé au com­po­si­teur et ar­ran­geur Ben Fos­kett de pro­duire à Air Stu­dios (Londres) des en­re­gis­tre­ments dont la nuance la plus forte s’ar­rê­te­rait au mez­zo pia­no, en s’ins­pi­rant des oeuvres d’Ar­vo Pärt, Si­be­lius ou Go­re­cki, ain­si que de celles de nou­veaux ta­lents scan­di­naves et is­lan­dais. Tun­dra était né. Com­po­sé de 27 860 samples oc­cu­pant 44,5 Go de sons com­pres­sés, ce cin­quième vo­lume de la série Al­bion a été pen­sé « out of the box ». Par exemple, pour al­lé­ger les bas-mé­diums des cordes, pas d’al­tos. Seule­ment douze vio­lon­celles et six contre­basses aux­quels a été ajou­tée une sec­tion gé­né­reuse de vio­lons di­vi­sée en deux groupes (18 et 20) ré­par­tis de part et d’autre de la scène. Beau­coup d’ar­ti­cu­la­tions mé­lan­geant flau­tan­do et sour­dine. Des po­ly-di­vi­si très fins dans les­quels qua­si­ment chaque vio­lo­niste peut être en­ten­du in­di­vi­duel­le­ment. Par­mi les ap­proches peu or­tho­doxes, des prises sans co­lo­phane sur le crin, ou en­core les ar­chets joués « à l’en­vers », avec le bois. Pour beau­coup de ces prises, l’in­gé­nieur du son Jake Jack­son a dû faire preuve de pas mal de ta­lent pour al­ler cher­cher le son et l’ex­traire du bruit de fond de la pièce.

Plu­sieurs ap­proches

Tun­dra est consti­tué de dif­fé­rents types d’ins­tru­ments ré­par­tis en cinq dos­siers : Al­bion V Or­ches­tra, Bru­nel Loops, Dar­win Per­cus­sion,

Ste­phen­sons Steam Band et Vral Grid Evo (fi­gure 1). Le pre­mier ras­semble les trois pu­pitres Brass, Strings et Woods en ver­sions High et Low, ain­si que les patchs in­di­vi­duels (un seul type de tech­nique de jeu), le­ga­to (trois patchs de cordes dont deux High et un Low) et Other Patches (les trois pu­pitres High et Low en notes courtes Time Ma­chine). Bru­nel Loops pro­pose les « Arc­tic Com­bos » et « Raw Pre­sets », tous deux en 120 et 80 BPM, ain­si qu’un dos­sier « Construc­tion Kits » et un autre « Dev Kits ». Dar­win Per­cus­sion n’a qu’un seul ins­tru­ment. Il s’agit d’un mé­lange de larges per­cus­sions loin­taines et sourdes de type tai­ko et grosse caisse et de plus pe­tits tam­bours. Une com­bi­nai­son idéale pour des ponc­tua­tions païennes ve­nues du fond des âges, dans l’am­biance de « Can­tus in Memoriam Ben­ja­min Brit­ten » d’Ar­vo Pärt. Le dos­sier Ste­phen­sons Steam Band, ba­sé sur le mo­teur eD­NA (fi­gure 2), contient une belle bro­chette de sons plus élec­tro­niques et tri­tu­rés, mais tou­jours l’es­prit Tun­dra. Contrai­re­ment aux vo­lumes pré­cé­dents qui fai­saient lar­ge­ment ap­pel aux ef­fets in­ternes de Kon­takt, ce sont des racks ex­ternes vin­tage qui ont été uti­li­sés : Ro­land Space Echo, Even­tide et Axe. Ste­phen­sons Steam Band est di­vi­sé en trois sous­dos­siers : Bel­low Pads, construit à par­tir d’une col­lec­tion d’har­mo­niums et de Sh­ru­ti Boxes, Jarv Pads, qui pro­pose des pads sym­pho­niques plus larges, et Sam­mal Pre­sets, qui ras­semble les ver­sions les plus « bar­rées ».

Evo Grid

Dans le dos­sier Vral Grid Evo, une troi­sième ap­proche d’UI : celle des Evo Grid que l’on trouve dans plu­sieurs pro­duits pré­cé­dents que nous avons dé­jà tes­tés (KR n°306 et 315). Les Evo Grid pro­posent de longues plages bou­clées, évo­lu­tives, na­tu­relles et aé­rées (des Evo) in­cluant pour beau­coup des chan­ge­ments sub­tils de nuances et pou­vant du­rer jus­qu’à une mi­nute. Un sys­tème de bulles d’aide do­cu­mente cette in­ter­face au prin­cipe simple et as­tu­cieux : la grille com­porte 48 Evo dont 16 sont vi­sibles si­mul­ta­né­ment. Une barre de dé­fi­le­ment sous la grille per­met d’af­fi­cher la par­tie in­vi­sible. Chaque point de la grille cor­res­pond à la com­bi­nai­son d’un Evo et de son map­ping sur le cla­vier, à la fa­çon de la ba­taille na­vale. Chaque point dis­pose de ses pa­no­ra­mique, vo­lume et dé­part d’ef­fet. Une en­ve­loppe glo­bale est aus­si dis­po­nible.

Tun­dra est une des plus belles pro­duc­tions ré­centes de Spit­fire. Cette so­cié­té pour­suit ain­si une ap­proche in­no­vante et sen­sible dans l’uni­vers en­com­bré du sam­pling sym­pho­nique. Un nou­veau sans­faute. Pierre Es­tève

Or­chestre et Evo. In­ter­face eD­NA. Pro­duit : Type : Site : Prix TTC : Com­pa­tible :

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.