S

Keyboards Recording - - VINTAGE ILS ONT FAIT L’HISTOIRE -

aul Ma­rantz, un fou de son, fonde Ma­rantz en 1957, alors qu’il vend de la hi-fi de­puis des an­nées, et pro­pose d’em­blée, avec son in­gé­nieur Sid­ney Smith, des pré­am­plis et am­plis de chaîne, les­quels vont en­fin sa­tis­faire son exi­gence de qua­li­té so­nore. En 1964, Ma­rantz est ra­che­tée par Su­per­scope et deux ans plus tard les pre­miers pro­duits sont fa­bri­qués au Ja­pon par la Standard Ra­dio Corp., so­cié­té qui fi­ni­ra par s’ap­pe­ler Ma­rantz Ja­pan Inc. En 1980, Su­per­scope vend Ma­rantz à Phi­lips, qui va à son tour la re­vendre à Ma­rantz Ja­pan en 2001. Su­per­scope, qui a dis­tri­bué et fait fa­bri­quer par So­ny (de­puis 1957) des ma­gné­to­phones (no­tam­ment à cas­sette) pen­dant plu­sieurs dé­cen­nies, a tou­jours été iden­ti­fié à ses pro­duc­tions abor­dables, lé­gères et d’ex­cel­lente fac­ture.

En 1996, Ma­rantz sort une série de pe­tites (par la taille) ma­chines qui rem­portent un suc­cès im­mé­diat aus­si bien au­près du grand pu­blic (no­tam­ment les mu­si­ciens) que des pros. Avan­tages de ces ma­gné­tos : leur ex­trême por­ta­bi­li­té, et donc dis­cré­tion, tout au­tant que leur prix d’achat très lé­ger, et sur­tout le coût ri­di­cule de leur sup­port, la mi­ni­cas­sette. Les jour­na­listes peuvent par­tir sur le (tout) ter­rain et ra­me­ner en­suite un son très sa­tis­fai­sant, la ma­chine fonc­tion­nant par­fai­te­ment même lors­qu’elle est por­tée en ban­dou­lière et pas­sa­ble­ment agi­tée. Avec de simples piles al­ca­line standard (pack de bat­te­ries re­char­geables en op­tion), la ma­chine peut fonc­tion­ner, en en­re­gis­tre­ment ou en lec­ture, pen­dant près de 6 heures ! Ces ma­chines, mo­no (seul le PMD430 est sté­réo), sont lar­ge­ment uti­li­sées pour la

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.