« La force de ce pro­duit ré­side dans sa grande sen­si­bi­li­té et les pos­si­bi­li­tés d’ex­pres­sion qu’il est ca­pable de vous faire vivre. »

Keyboards Recording - - REPORTAGES LES MÉTIERS DE LA MUSIQUE -

per­met au­jourd’hui d’avoir des sons de très bonne qua­li­té ; le la­bo­ra­toire du LAM, l’uni­ver­si­té Pierre et Ma­rie Cu­rie et la Satt Lu­tech qui ont per­mis à ce pro­jet d’émer­ger et qui nous ont tou­jours sou­te­nus par la suite ; le centre cultu­rel du 104 qui nous a hé­ber­gés et ac­com­pa­gnés pen­dant deux ans en nous per­met­tant de re­ce­voir beau­coup d’ar­tistes ; sans ou­blier bien évi­dem­ment les ar­tistes qui ont gran­de­ment contri­bué par leurs re­tours au dé­ve­lop­pe­ment du Tou­ché. L’im­pact du NAMM… la place des concep­teurs fran­çais ? Ce­la nous a per­mis d’ac­qué­rir une cer­taine vi­si­bi­li­té puisque nous étions to­ta­le­ment in­con­nus jusque‐là. Nous avons eu la chance d’avoir la re­con­nais­sance de nom­breux construc­teurs qui ont été sur­pris par la puis­sance du pro­duit. Ce­la nous per­met au­jourd’hui de lier des re­la­tions avec de nom­breux ac­teurs du mar­ché et de com­prendre un peu mieux notre éco­sys­tème. Ce­la nous a aus­si per­mis de construire notre ré­seau de dis­tri­bu­tion. Con­cer­nant la place des concep­teurs fran­çais, je di­rais que les plus vi­sibles sont Ar­tu­ria et UVI. Les ar­tistes « adeptes » du concept… Ils sont nom­breux. Dif­fi­cile de tous les ci­ter. J’avan­ce­rai donc ceux qui nous sou­tiennent pu­bli­que­ment à ce jour : Adrian Ut­ley (Por­ti­shead), John Bag­gott (Mas­sive At­tack), Rone, Matt Ro­bert­son (Björk) et Jo­hann Dal­gaard. De nou­veaux pro­jets en pers­pec­tive ? Notre po­li­tique de com­mu­ni­ca­tion consiste à ne rien an­non­cer tant que nous n’avons rien à ap­por­ter de concret (sou­rire). Mais ef­fec­ti­ve­ment, nous sou­hai­tons faire gran­dir Ex­pres­sive E en conti­nuant d’en­ri­chir cet éco­sys­tème de pro­duits que nous avons dé­ve­lop­pé. Une anec­dote re­la­tive à cette aven­ture ? Il y en a eu beau­coup en quatre ans. Je par­le­rais sû­re­ment de cette ren­contre avec Pe­ter Zi­no­vieff (EMS), Adrian Ut­ley (Por­ti­shead) et John Bag­gott (Mas­sive At­tack), qui avait à mes yeux une di­men­sion très par­ti­cu­lière. Nous de­vions pré­sen­ter à Pe­ter le pro­to­type du Tou­ché. Faute de moyens, nous étions ve­nus de France en ca­mion­nette et dor­mions à cinq dans une au­berge de jeu­nesse. Nous en étions en­core à as­sem­bler le pro­to­type une heure avant le ren­dez‐vous… Nous sommes ar­ri­vés dans le stu­dio d’Adrian, rem­pli de syn­thé­ti­seurs d’ex­cep­tion (VCS3, Mi­ni­moog si­gné, ARP Odys­sey, Moog Mo­du­lar). Après avoir pré­sen­té le Tou­ché, nous avons vu Adrian, John et Pe­ter émer­veillés, pre­nant beau­coup de plai­sir à jouer avec. Pe­ter se re­tourne et nous dit : « Ce que vous ve­nez de faire est vrai­ment brillant. Nous avons cher­ché à dé­ve­lop­per ce genre d’in­ter­face chez EMS sans ja­mais y être par­ve­nus. » Je me rap­pelle avoir été frap­pé par la forte di­men­sion his­to­rique de ce mo­ment. Ce Tou­ché, is­su de tra­vaux sur les Ondes Mar­te­not, avait réus­si à ras­sem­bler dans une même pièce plu­sieurs grandes fi­gures de la mu­sique de gé­né­ra­tions dif­fé­rentes. Et tous s’ac­cor­daient sur le fort po­ten­tiel de ce nou­vel ins­tru­ment. Bé­né­fi­cier de la re­con­nais­sance d’aî­nés aus­si em­blé­ma­tiques nous a fait prendre conscience que nous pour­rions, nous aus­si, nous ins­crire dans cette grande his­toire des ins­tru­ments de mu­sique élec­tro­niques. Nous avons d’ailleurs cher­ché à re­ven­di­quer une cer­taine fi­lia­tion his­to­rique dans notre com­mu­ni­ca­tion. En ef­fet, notre pre­mière vidéo fut une in­ter­view de Pe­ter Zi­no­vieff qui, après s’être ra­pi­de­ment pré­sen­té, parle du Tou­ché. Mi­chelle Da­vène

al­ler plus loin… Il n’y a pas à pro­pre­ment par­ler d’école d’in­gé­nieurs « spé­cia­li­sée dans les équi­pe­ments mu­si­caux » ! Un par­cours dans un éta­blis­se­ment pré­pa­rant à un di­plôme en élec­tro­nique et/ou en in­for­ma­tique se­ra as­su­ré­ment un bon dé­but ! En­suite, il peut être in­té­res­sant de re­gar­der du « cô­té » de l’École Cen­trale de Nantes qui, en 3e an­née, pro­pose une spé­cia­li­sa­tion « Science et Mu­sique » vers les pro­jets mu­si­caux : • À no­ter éga­le­ment, la for­ma­tion « Mu­sique‐Études » en pre­mier cycle de l’IN­SA de Lyon, où les « pas­se­relles » entre sciences et mu­sique sont om­ni­pré­sentes (des dis­po­si­tifs du même ordre existent aus­si dans les IN­SA de Rennes, Rouen et Tou­louse) : • Le LAM – Ins­ti­tut Jean le Rond d’Alem­bert, pla­cé sous triple tu­telle de l’Uni­ver­si­té Pa­ris VI, du CNRS et du Mi­nis­tère de la Culture, ac­corde une place im­por­tante aux tra­vaux liant acous­tique et lu­the­rie : • Idem pour le LAUM, La­bo­ra­toire d’Acous­tique de l’Uni­ver­si­té du Maine, au Mans : • Le site de Elium Stu­dio, spé­cia­li­sé dans le de­si­gn in­dus­triel : • Le site de la Satt Lu­tech, qui in­ter­vient dans le do­maine du trans­fert de tech­no­lo­gies : •

Le Tou­ché.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.