« La for­ma­tion se dé­roule sur cinq jours, dans trois lieux dif­fé­rents. Nous y ac­cueillons six sta­giaires pour une ef­fi­ca­ci­té op­ti­male. Ils tra­vaillent gé­né­ra­le­ment en bi­nômes, ré­par­tis cha­cun sur l’un des trois lieux. »

Keyboards Recording - - REPORTAGES FORMATION -

Quels sont ces fa­meux lieux ?

Il s’agit de la « ré­gie so­no­ri­sa­tion » et de la « ré­gie stu­dio » (celle du stu­dio 231). Pour la ré­gie so­no­ri­sa­tion, nous uti­li­sons un pla­teau à acous­tique va­riable de 200 m², sur le­quel nous mon­tons des ré­gies de so­no­ri­sa­tion. Nous tra­vaillons avec des sys­tèmes d’écoute de mo­ni­to­ring car nous ne sommes pas dans une grande salle de concert, mais nos équi­pe­ments d’ef­fets sont ceux avec les­quels tra­vaillent les so­no­ri­sa­teurs. Nous ins­tal­lons deux ou trois consoles afin de tes­ter à la fois des ma­té­riels ana­lo­giques, pour y bran­cher des ef­fets ex­ternes ana­lo­giques et nu­mé­riques, et des consoles nu­mé­riques qui bé­né­fi­cient dé­jà d’une im­plé­men­ta­tion d’ef­fets. Comme chaque construc­teur in­tègre une marque d’ef­fets, par exemple Sound­craft avec Lexi­con, il est im­por­tant d’en voir plu­sieurs : une console Avid, pour les plug-ins, et une Ya­ma­ha avec ses ef­fets in­ternes. Dans le troi­sième lieu, chaque sta­giaire tra­vaille seul pour évo­luer à son rythme et pour faire des es­sais, dans une salle de mixage avec un Pro Tools et des plug-ins. Les sta­giaires peuvent ex­pé­ri­men­ter et tes­ter des so­lu­tions d’ef­fets dif­fé­rentes, sans al­ler jus­qu’au mixage, ce qui n’est pas le pro­pos de cette for­ma­tion, d’autres y étant dé­diées. Ques­tion ef­fets jus­te­ment, avec quoi tra­vaillent-ils ?

En fait, les sta­giaires peuvent uti­li­ser tous les ef­fets qu’ils veulent, comme et quand ils le sou­haitent ! Chaque bi­nôme nous em­mène là où il sou­haite al­ler ar­tis­ti­que­ment et nous les ac­com­pa­gnons sur le plan tech­nique pour at­teindre le ré­sul­tat re­cher­ché. Bien en­ten­du, nous ca­drons afin d’abor­der tout ce qu’il est né­ces­saire de connaître au ni­veau des ef­fets. Nous com­men­çons par une par­tie théo­rique d’une jour­née et de­mie. Au dé­part, nous ex­plo­rons les pa­ra­mètres stan­dard exis­tant dans toutes les ma­chines. La pre­mière jour­née est consa­crée en par­tie aux ef­fets dy­na­miques (com­pres­seurs, ex­pan­seurs, li­mi­teurs) et aux ef­fets tem­po­rels (ré­verbs, dé­lais, flan­gers, pha­sers). Nous voyons leur câ­blage et la com­pres­sion pa­ral­lèle, très à la mode ac­tuel­le­ment. En pra­tique, il s’agit de do­ser entre son non com­pres­sé et son très com­pres­sé. Un tra­vail que nous fai­sons sur les ap­pa­reils et sur la console, tout comme la com­pres­sion mul­ti­bus (l’uti­li­sa­tion de plu­sieurs com­pres­seurs par rap­port à une seule et unique source). Avez-vous la pos­si­bi­li­té de com­pa­rer des mo­dèles hard­ware in­con­tour­nables avec leurs ému­la­tions plug-in et y a-t-il des sur­prises à en at­tendre ?

Bien sûr, et il le faut ! Dans une uti­li­sa­tion clas­sique, il n’y a au­cune sur­prise à at­tendre, l’ému­la­tion au­jourd’hui est par­faite. Le plug-in UAD Man­ley est aus­si bon que le Man­ley hard­ware. Ce­pen­dant, c’est lorsque l’on sou­haite al­ler au-de­là de l’uti­li­sa­tion nor­male de l’ou­til que le hard­ware prend toute sa sa­veur, en plus ou en moins. Dans ses re­tran­che­ments, le hard­ware de­vient ori­gi­nal par rap­port au plug-in, qui reste cons­tant du­rant son usage. Les 10 à 15 % de dif­fé­rences que pré­sente le hard­ware ap­portent cette sub­ti­li­té tant re­cher­chée. Il est vrai qu’au­jourd’hui, la ten­dance est à la co­lo­ra­tion exa­cer­bée et le hard­ware pré­sente alors des avan­tages.

Gros plan sur quelques ef­fets de la ré­gie stu­dio.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.