KMI K-Mix le fu­tur du mixeur !

Com­ment ras­sem­bler dans un seul ap­pa­reil à la fois une in­ter­face au­dio­nu­mé­rique, une sur­face de contrôle et une console de mixage au­to­nome avec DSP ? Le spé­cia­liste des contrô­leurs Keith McMillen, qui s’est dé­jà illus­tré par de nom­breux mo­dèles no­va­teurs

Keyboards Recording - - TESTS -

et de trois en­vois Aux sté­réo. Il est éga­le­ment pos­sible d’agré­ger vir­tuel­le­ment plu­sieurs K-Mix pour for­mer un seul mo­dule.

De mul­tiples com­mandes

Le boî­tier, dont le for­mat est à peine su­pé­rieur à ce­lui d’une po­chette DVD (235 x 170 x 40 mm), pré­sente sur le pan­neau fron­tal noir mat un re­bord plat pour in­di­quer les bran­che­ments (un bon exemple à suivre), puis un plan lé­gè­re­ment in­cli­né avec les contrô­leurs au de­si­gn familier de KMI. Les com­mandes ne com­portent au­cun po­ten­tio­mètre ni cur­seur, mais on dé­couvre les neuf ru­bans blancs en gomme/ca­ou­tchouc de 75 mm qui passent de bas en haut d’un éclai­rage vert à jaune puis rouge avec, juste au-des­sus, les bou­tons car­rés des sé­lec­teurs de voie nu­mé­ro­tés de 1 à 8 (plus le Mas­ter) et quatre grands ronds clairs qui émulent des en­co­deurs ro­ta­tifs à l’in­té­rieur des­quels on dé­pla­ce­ra un cône lu­mi­neux rouge le long de la cir­con­fé­rence. En haut à gauche se si­tuent la touche d’ali­men­ta­tion et les deux leds « Mixer » et « In­ter­face », sous les­quelles une ran­gée ver­ti­cale de quatre bou­tons ronds sert à ap­pe­ler les modes. À droite des en­co­deurs, quatre bou­tons en lo­sange forment le « Dia­mond Pad » (fi­gure 1) qui sert à la fois de trans­port et de sé­lec­teur de banque en MI­DI, tan­dis que sous la touche rec­tan­gu­laire « Pre­set », les douze bou­tons ronds pour­ront à la fois char­ger les pré­sé­lec­tions d’usine et ser­vir de com­mandes pour la console. Cha­cune de ces touches est lé­gè­re­ment éclai­rée en bleu et son in­ten­si­té s’ac­croît une fois pres­sée en in­dui­sant une nou­velle or­ga­ni­sa­tion lu­mi­neuse sui­vant la sec­tion choi­sie. Seule la sor­tie casque en mi­ni-jack se­ra pla­cée sur la tranche avant et en tour­nant le K-Mix on dé­cou­vri­ra les six en­trées au­dio Line/Pho­no en jack sy­mé­trique à droite, qui se com­plètent avec les com­bos 1 & 2 pou­vant s’ap­pai­rer via l’édi­teur et dont les connec­teurs XLR se­ront ré­ser­vés pour des en­trées mi­cro, tan­dis qu’on bran­che­ra en jack les ins­tru­ments en haute im­pé­dance (Hi-Z). À gauche, huit jacks TRS at­tri­buent par dé­faut le mix aux sor­ties 1/2 et les Aux 1, 2 et 3 aux paires 3/4, 5/6 et 7/8 (fi­gure 2). Il se­ra éga­le­ment pos­sible d’amé­na­ger via l’édi­teur lo­gi­ciel du K-Mix plu­sieurs confi­gu­ra­tions en mul­ti­ca­nal 5.1, 7.1, 8.0 ou 4.0 et d’en­clen­cher un HPF sur les huit sor­ties par l’op­tion « Bass Ma­na­ge­ment » qui route le LFE vers la sor­tie casque (fi­gure 3). Les ports Mi­ni-USB et Mi­cro-USB Au­dio si­tués entre les en­trées et sor­ties se­ront tous deux em­ployés pour ali­men­ter le K-Mix, soit avec le trans­fo four­ni en cas d’uti­li­sa­tion avec un iPad/iP­hone ou en mode stan­da­lone avec pos­si­bi­li­té de ser­vir d’in­ter­face MI­DI via le KMI Ex­pan­der op­tion­nel (mode Control), soit en se re­liant à un or­di­na­teur pour ser­vir d’in­ter­face au­dio et pi­lo­ter l’édi­teur ou la DAW en mode sur­face de contrôle (mode Au­dio) (fi­gure 4). At­ten­tion à ne pas

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.