R

Keyboards Recording - - TESTS -

uben et Serge Fer­nan­dez, deux frères pas­sion­nés d’élec­tro­nique et d’in­for­ma­tique, ont créé la so­cié­té RSF à Tou­louse en 1977. Leur Ko­bol, un syn­thé­ti­seur mo­no­pho­nique pro­gram­mable ins­pi­ré du Mi­ni­moog, sor­ti en 1978, se vend à plus de 200 exem­plaires. Il est ra­pi­de­ment adop­té par des ar­tistes comme Kate Bush, Jean-Mi­chel Jarre, Van­ge­lis ou Pe­ter Ga­briel. Après ce suc­cès, la so­cié­té, qui sou­haite créer un Ko­bol po­ly­pho­nique, se heurte à de nom­breuses dif­fi­cul­tés abou­tis­sant à la sé­pa­ra­tion des deux frères en 1981, puis à la faillite de RSF en 1982. Une so­cié­té ba­sée en Ariège, Aria, ra­chète RSF, ce qui per­met à Ru­ben de ter­mi­ner le Po­ly­ko­bol II en 1983. Mais le cla­vier et le sé­quen­ceur sont peu fiables, et le prix (60 000 francs) est trop éle­vé face à la concur­rence. Ya­ma­ha sort au même mo­ment son DX7 et, mal­gré quelques pro­duits cen­sés re­lan­cer la so­cié­té (des boîtes à rythmes nu­mé­riques), Aria aban­donne RSF en 1987.

Des ca­rac­té­ris­tiques uniques

Le Po­lyKB III re­prend l’ar­chi­tec­ture de son an­cêtre, en y ap­por­tant son lot d’in­no­va­tions. Une des ca­rac­té­ris­tiques prin­ci­pales de ce syn­thé­ti­seur est son sys­tème de mor­phing de formes d’onde per­met­tant de chan­ger de ma­nière conti­nuelle le son des os­cil­la­teurs. Comme ce pa­ra­mètre est mo­du­lable par une large gamme de sources, on ob­tient des sons de syn­thèse com­plè­te­ment nou­veaux. Le Po­lyKB III pro­pose trois de ces os­cil­la­teurs à mor­phing sans alia­sing qui vont d’une onde en triangle à une onde à im­pul­sion, en pas­sant par une onde en dents de scie. Il dis­pose de deux filtres (Low-Pass, High-Pass, Band-Pass, Au­to-os­cil­lant à quatre points), de trois en­ve­loppes ADSR avec mul­ti­pli­ca­teurs par 2/3/4, de deux LFO syn­chro­ni­sables par MI­DI avec ac­tions mo­no­pho­niques et po­ly­pho­niques, d’un Sample & Hold syn­chro­ni­sé par MI­DI, d’un sé­quen­ceur po­ly­pho­nique 128 pas, d’un ar­pé­gia­teur (mo­no­pho­nique ou po­ly­pho­nique), d’ef­fets (cho­rus, pha­ser, écho), d’un éga­li­seur, de trois modes de jeu (Mo­no, Uni­son, Po­ly), d’une po­ly­pho­nie jus­qu’à seize voix et de trois ma­trices de mo­du­la­tion in­dé­pen­dantes. Sans ou­blier deux ex­clu­si­vi­tés com­plè­te­ment confi­gu­rables : le Dy­na­mic Ste­reo En­han­cer (Space XY) et le Voices Mo­du­la­tion (Voice XY). Tous ses pa­ra­mètres sont contrô­lables par MI­DI.

Ma­gni­fique son

Le Po­lyKB III est li­vré avec 250 su­perbes pre­sets d’usine créés par des ar­tistes che­vron­nés. Le brow­ser per­met de na­vi­guer dans les pre­sets et d’ef­fec­tuer des re­cherches mul­ti­cri­tères : Au­thor, Fee­ling, Type, Style, Bank ou Pro­jects (fi­gure 1). L’in­ter­face uti­li­sa­teur re­prend glo­ba­le­ment le de­si­gn d’ori­gine du Po­ly­ko­bol II, avec bien en­ten­du plus de bou­tons, la par­tie gauche (fi­gure 2) per­met­tant de faire dé­fi­ler di­verses fe­nêtres via le sli­der ver­ti­cal si­tué à l’ex­trême gauche. Soit dans l’ordre : Close, Seq, Voice XY, Space XY (pour po­si­tion­ner chaque voix dans l’es­pace sté­réo), Keyb ARP, Wi­red Mod. (ma­trice de mo­du­la­tion câ­blée en dur), User Mod. (ma­trice de mo­du­la­tion pa­ra­mé­trable via des me­nus dé­rou­lants) et Ef­fect. Par­ti­cu­liè­re­ment ef­fi­cace, le sé­quen­ceur po­ly­pho­nique per­met d’en­re­gis­trer et de re­jouer huit pistes si­mul­ta­né­ment. De prime abord éso­té­rique du fait qu’on ne vi­sua­lise pas les va­leurs, il s’avère pra­tique à l’usage. On peut aus­si uti­li­ser la fe­nêtre « Seq » pour tra­vailler en mode « pia­no roll ».

Ma­gis­tra­le­ment vôtre…

Le Po­lyKB III est in­con­tes­ta­ble­ment une réus­site. Pour s’en convaincre, pour­quoi ne pas té­lé­char­ger une ver­sion de dé­mo sur leur site ? Et en pro­fi­ter pour je­ter une oreille à leurs autres pro­duc­tions, comme le Xils 3 ou 4 qui re­vi­site ma­gis­tra­le­ment le VCS 3 (Syn­thi). Mais ça, c’est une autre his­toire… Pierre Es­tève pour unique so­nore contre gour­mand en res­sources

en ré­su­mé Le Po­lyKB III, en s’ins­pi­rant de son illustre an­cêtre, pro­pose un ins­tru­ment aux so­no­ri­tés uniques. Une créa­tion plus qu’une simple co­pie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.