J

Keyboards Recording - - CRÉER -

ouer pro­fes­sion­nel­le­ment de la mu­sique n’est sans doute pas ac­ces­sible à tous. Ce­pen­dant, force est de consta­ter l’im­por­tance que la mu­sique a prise dans notre monde, et la ma­nière dont nous en sommes tous, à quelque ni­veau que ce soit, im­pré­gnés ou in­fluen­cés… Alors… même si la qua­li­té es­thé­tique des ré­sul­tats n’at­teint pas les plus hauts ni­veaux, même si l’on reste (par­fois !) frus­tré de ce que l’on pro­duit, pour­quoi ne pas « s’y mettre » tout de même et être ain­si ac­teur de notre propre en­vi­ron­ne­ment mu­si­cal ?

Une his­toire d’oreille, en plus…

Mettre le doigt au bon en­droit au bon mo­ment se­ra, comme nous l’avons dé­jà évo­qué, une ques­tion de temps, d’achar­ne­ment, de pré­ci­sion et d’ha­bi­le­té… Nous ne sommes pas tous égaux de­vant ces ca­pa­ci­tés, et les temps né­ces­saires à mettre en place une dif­fi­cul­té tech­nique pour­ront va­rier consi­dé­ra­ble­ment d’une per­sonne à l’autre. Une ap­ti­tude sup­plé­men­taire pour­ra peut-être com­pen­ser ou en­core plus bo­ni­fier le tra­vail en­ga­gé, l’oreille ! En contrô­lant « au­di­ti­ve­ment » l’en­droit où l’on place le doigt pour jouer, on amé­liore la pré­vi­si­bi­li­té du geste utile à pro­duire le bon son et… on en­tend quand on met les doigts à cô­té ! Hé­las, dans le do­maine des « in­éga­li­tés » entre cha­cun, ce « ta­lent » se­ra aus­si un exemple fla­grant. Mais, comme le reste, on peut tra­vailler pour ar­ri­ver, pro­gres­si­ve­ment, à rendre l’oreille plus per­for­mante et, du coup, ga­gner en ef­fi­ca­ci­té. Le tra­vail d’édu­ca­tion de l’oreille est abor­dé dans l’en­sei­gne­ment tra­di­tion­nel au cours de for­ma­tions mu­si­cales et porte le nom « d’in­to­na­tion »… Il y se­ra par­fois évo­qué alors ce qu’on ap­pelle l’oreille ab­so­lue. Ce « don du ciel » (qui touche, sans en­traî­ne­ment, tout de même en­vi­ron 0,04 % de la po­pu­la­tion mon­diale) dé­fi­nit l’ap­ti­tude d’une per­sonne à iden­ti­fier le nom d’une note ou la fré­quence d’un son à l’écoute, sans ré­fé­rence de contrôle ex­té­rieure (voir en­ca­dré « L’oreille ab­so­lue, un don ou un han­di­cap ? ») . Rien ne ga­ran­tit que ce soit un vé­ri­table ca­deau, et il se­ra sou­vent pré­fé­rable de tra­vailler l’oreille re­la­tive qui se­ra bien suf­fi­sante dans la plu­part des cas de pra­tique mu­si­cale ama­teur !

Édu­quer l’oreille

Notre mu­sique uti­lise ma­jo­ri­tai­re­ment le sys­tème to­nal, ba­sé sur une échelle de douze de­mi­tons égaux – le ton et le de­mi-ton étant des gran­deurs dé­fi­nis­sant des in­ter­valles –, or­ga­ni­sée en sept

L’échelle des notes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.