T

Keyboards Recording - - CRÉER -

out d’abord, il faut bien com­prendre que les trai­te­ments qui « semblent leur conve­nir » sont sou­vent contre-pro­duc­tifs ! Une simple ré­verb sta­tique, par exemple, ne leur ap­porte pas tou­jours beau­coup de peps ! Pire, elle risque de les dé­la­ver et de les rendre en­nuyeux ! Ils sont eux-mêmes éten­dus et, par dé­fi­ni­tion, ils évoquent dé­jà par na­ture la no­tion d’es­pace. Si le son lui-même n’a pas d’ef­fet d’en­ve­loppe ou de filtre, rien ne vien­dra ac­cro­cher cet ajout de ré­verb qui pas­se­ra en grande par­tie in­aper­çu en se fon­dant dans le corps du ta­pis, l’éloi­gnant en pre­nant in­uti­le­ment de la place !

L’idée est donc plu­tôt de leur don­ner du re­lief, car, à bien y re­gar­der, un pad ap­porte une réelle va­leur ajou­tée lors­qu’il entre avec lar­geur et il se fait à nou­veau re­mar­quer lors­qu’il s’ar­rête en « ren­dant » de l’air au mix. Dès lors, il n’est pas très dif­fi­cile d’en ti­rer la le­çon qui s’im­pose : c’est le mou­ve­ment qui lui donne vie ! Toute pre­mière pos­si­bi­li­té donc : un vé­ri­table sui­vi de ni­veau ! Il peut même être mus­clé et ample jus­qu’à des mo­ments forts et très pré­sents, alors qu’à d’autres, la te­nue au­ra presque dis­pa­ru ! Un peu à l’image d’un en­semble de cordes acous­tiques dont les nuances va­rient dans de très fortes pro­por­tions. Ob­ser­vez un or­ga­niste lors­qu’il plaque des ac­cords : son jeu est com­plè­te­ment ar­ti­cu­lé au­tour de Comme sou­vent, tout est af­faire de do­sage ! En com­plé­ment du son ori­gi­nal, un lé­ger ajout vien­dra ou­vrir l’image et don­ner une tex­ture par­ti­cu­lière au pad. Trop fort, il va le dé­na­tu­rer et… trop faible, il ne se re­mar­que­ra même pas !

la pé­dale d’ex­pres­sion. Ce sont donc ces exemples que nous al­lons nous ef­for­cer de suivre !

Au-de­là d’un pur trai­te­ment de ni­veau, dis­sé­quons quelques autres re­cettes plus so­phis­ti­quées, qui peuvent lui ap­por­ter un réel sup­plé­ment de vie et qui, plu­tôt que des trai­te­ments de pre­mier plan, sont plus sou­vent de dis­crets ap­ports. Per­sonne ne sau­te­ra au pla­fond en vous di­sant : « Quel est ce truc ab­so­lu­ment in­croyable que tu ap­pliques sur tes pads pour les rendre aus­si vi­vants ? » Non, vous ob­tien­drez sim­ple­ment l’im­pres­sion qu’ils sont bien pla­cés dans le mix, qu’ils ne de­viennent pas en­nuyeux et qu’ils fonc­tionnent bien sans tout en­va­hir !

Delay sté­réo mo­du­lé

Tout d’abord, si votre track est en mo­no et qu’elle sonne un peu plat et li­néaire, vous te­nez une can­di­date idéale pour ma toute pre­mière as­tuce ba­sée sur un aux. de dé­lai sté­réo mo­du­lé ! En­core une fois, nul be­soin d’un plug-in très so­phis­ti­qué pour mettre en oeuvre ce trai­te­ment. Ap­pli­quons le plug-in na­tif Me­dium

Ping-pong delay

Cette deuxième pro­po­si­tion pour­ra ap­por­ter un re­lief plus dy­na­mique aux ta­pis. In­sé­rons di­rec­te­ment sur la piste la ver­sion longue du pré­cé­dent ef­fet, Ex­tra Long Delay II d’Avid pour Pro Tools. Bien en­ten­du, je ne cherche pas à faire la pro­mo­tion de cer­tains plugs mais plu­tôt de

Ré­glages des fac­teurs de mo­du­la­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.