I

Keyboards Recording - - VINTAGE LE DON DU SON -

l y a peu, ap­pel d’une vieille connais­sance : « Sa­lut Klaus, est-ce qu’un vieil or­di­na­teur Ya­ma­ha CX5 t’in­té­res­se­rait pour ton mu­sée ? État neuf, dans sa boîte, avec mode d’em­ploi et cer­ti­fi­cat de ga­ran­tie ! » Il s’avé­re­ra qu’il a bien d’autres « pro­duits » à don­ner au mu­sée.

Élec­tro­ni­cien de for­ma­tion, Mi­chel Geiss (pro­non­cer Guesse) est pas­sé par l’Ir­cam avant de se consa­crer à la mu­sique en stu­dio, et sur scène, avec Jean-Mi­chel Jarre. De cette ren­contre, au dé­but des an­nées 70, vont émer­ger des idées de ma­chines « sur me­sure », comme le Ma­tri­se­quen­cer 250 (un ar­pé­gia­teur dont le « cer­veau » est la carte mère d’un Ata­ri), qu’il réa­lise en 1978 (MIDI­fié en 1992 et bap­ti­sé Di­gi­se­quen­cer), mais aus­si le Ryth­mi­com­pu­ter (1992), une boîte à rythmes com­plexe, pi­lo­tée par mi­cro­pro­ces­seur, dont il fa­brique lui-même les sons élec­tro­niques. Il s'in­té­resse éga­le­ment à la théo­rie d’Alain Da­nié­lou, pa­rue dans le livre La Sé­man­tique Mu­si­cale (1967), et c'est tout na­tu­rel­le­ment qu’il par­ti­cipe en 1993 à l’éla­bo­ra­tion (avec Ch­ris­tian Braut et Phi­lippe Mon­sire) de l’ins­tru­ment de mu­sique mi­cro­to­nale bap­ti­sé Se­man­tic Da­nié­lou, sur les bases d'un syn­thé­ti­seur Kurz­weil K2000R.

Il col­la­bore ain­si avec JMJ pen­dant des dé­cen­nies, de­puis Oxy­gène (1976) jus­qu’au live Hong Kong (1994), en pas­sant par Equi­noxe (1978), Zoo­look (1984) ou Chro­no­lo­gie (1993).

Concep­teur d’ins­tru­ments, il est aus­si in­gé­nieur du son ( Chro­no­lo­gie et Hong Kong), mu­si­cien, pro­duc­teur et in­gé­nieur du son de mas­te­ring. On l’au­ra vu sur scène avec Jarre, mais ca­ché der­rière les autres mu­si­ciens, lors des concerts mé­mo­rables de Hous­ton, de Lyon et de La Dé­fense.

Il tra­vaille en­suite, jus­qu’à au­jourd’hui, avec des grands de la chan­son fran­çaise : Laurent Voul­zy, Mi­chel Jo­nasz, Pa­trick Bruel, Mi­chel Sardou, Star­ma­nia, Trust, Ca­the­rine La­ra, La Com­pa­gnie Créole, mais aus­si pour la mu­sique clas­sique. Il dé­ve­loppe de­puis plu­sieurs an­nées des pro­jets dans le do­maine des nou­velles tech­no­lo­gies de trai­te­ment des sons. En no­vembre 2011, Mi­chel Geiss inau­gure même un nou­veau syn­thé­ti­seur, le GeissEn­ve­lo­per, des­ti­né à la plate-forme Live, un syn­thé­ti­seur n'uti­li­sant pas un os­cil­la­teur clas­sique mais un cer­tain Dy­na­mic Wa­ve­shape Ge­ne­ra­tor (DWG) de son in­ven­tion, qu’il dé­ve­loppe en par­te­na­riat avec l’Ir­cam.

Or­di­na­teur Mu­si­cal

Son Ya­ma­ha CX5M, Mi­chel Geiss l’a ac­quis en 1984. Il lui au­ra ser­vi en juillet 85 à l’oc­ca­sion d’une émis­sion de té­lé en di­rect sur TF1, pour le lan­ce­ment du pro­gramme eu­ro­péen Eu­re­ka. Fran­çois Mit­ter­rand et Hel­mut Kohl ini­tient alors un pro­gramme de re­cherche bi­na­tio­nal. Le CX5 est em­ployé en illus­tra­tion mu­si­cale tech­no­lo­gique, Geiss y a pro­gram­mé les Concer­tos Bran­de­bour­geois (Jean-Sé­bas­tien Bach), qu’il a sau­ve­gar­dés sur une mi­ni­cas­sette. Ce mi­cro-or­di­na­teur in­tègre, pour la pre­mière fois, un sys­tème de syn­thèse, un syn­thé­ti­seur équi­valent à un DX9. Mi­chel Geiss le rem­place as­sez vite par un Apple II E, équi­pé d’une carte son d’échan­tillon­nage, un des pre­miers sys­tèmes de sam­pling, le DS2 de Green­gate, sorte de concur­rent du Fair­light d’alors mais net­te­ment plus abor­dable. Il passe en­suite à un Apple II GS, au­quel il in­tègre une carte son de syn­thèse vo­cale qui lui sert no­tam­ment à gé­né­rer la voix élec­tro­nique sur le disque Ré­vo­lu­tions de Jean-Mi­chel Jarre. Vien­dront en­suite l’Ata­ri 1040, puis des Mac et PC di­vers. En­fin, notre ex­pert vient de dé­ve­lop­per un plug-in de syn­thèse, dans le­quel il mé­lange tous les types de syn­thèse : FM, ad­di­tive et sous­trac­tive, un dé­nom­mé Oc­toP­lus (chez Able­ton) : https://sound­cloud.com/mi­chel-geiss/oc­top­lus-synth.

Mer­ci Mr Mi­chel Geiss pour votre don du son ! Klaus Blas­quiz

Mi­chel Geiss et son Ya­ma­ha CX5M, avec, ci‐des­sous, cla­vier et écran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.