Éric Mou­quet

Keyboards Recording - - EN UNE -

Éric crée Deep Fo­rest avec Mi­chel San­chez en 1992. Le groupe ren­contre un suc­cès in­ter­na­tio­nal et re­çoit un Gram­my et un World Award pour l’al­bum Bo­heme en 1995. Après le dé­part de Mi­chel en 2002, Éric en­tame de nom­breuses col­la­bo­ra­tions, no­tam­ment avec Josh Gro­ban, Joe Za­wi­nul ou en­core Lo­kua Kan­za. Pro­chains al­bums bien­tôt : Circuit avec Gau­di et un nou­veau Deep Fo­rest !

1 J’en­re­gis­trais un al­bum à Bruxelles pour une chan­teuse d’ori­gine mal­gache, nom­mée Pat­si. Le titre « Li­ver­pool » a don­né lieu à mon pre­mier pas­sage au Top 50 ! Un jo­li suc­cès pour le hit, mais l’al­bum est res­té un peu confi­den­tiel.

2 Je me rap­pelle en­core la fier­té d’avoir pu faire deux ou trois fois la cou­ver­ture du ma­ga­zine. De très bons sou­ve­nirs…

3 Pour les créa­teurs, il faut ab­so­lu­ment qu’ils se consti­tuent une fan base via les ré­seaux so­ciaux, et qu’ils se doivent d’ali­men­ter en per­ma­nence. Avant, il fal­lait jouer dans les bars pour se faire connaître, main­te­nant je pro­po­se­rai ma mu­sique via You­Tube, Fa­ce­book et si elle est bonne, ce­la se sau­ra et se ré­pan­dra très vite, sans in­ves­tis­se­ment très coû­teux. Et il faut aus­si pen­ser au fi­nan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif, ce­lui qui te per­met de sor­tir ton al­bum à moindres frais, lorsque tu as ta fan base. Les mu­si­ciens peuvent donc tout à fait s’en sor­tir au­jourd’hui, par contre, il ne faut pas at­tendre que ce­la ar­rive, il faut vrai­ment y al­ler ! Et si vous ne connais­sez pas, al­lez faire un tour sur Pledge Mu­sic, vous y trou­ve­rez tout un tas d’ar­tistes in­con­nus qui cherchent à se faire connaître et de nom­breux autres très connus, pour le fi­nan­ce­ment de leurs pro­chains titres, sans pas­ser par les ma­jors. L’an­cien monde n’exis­te­ra plus, il faut donc uti­li­ser les ou­tils de main­te­nant, comme les blo­ck­chains, un pro­cé­dé de tag­gage que l’on peut ap­pli­quer aux fi­chiers au­dio, il est bon de sa­voir qui les écoute, les té­lé­charge, etc. Toutes les pistes sont bonnes !

4 L’ar­ri­vée du sam­pleur a été un dé­clen­cheur, les Fair­light avec Pe­ter Ga­briel, Art Of Noise, puis les Mi­rage, Emu­la­tor et les Akai que l’on pou­vait s’ache­ter. Cô­té or­di­na­teur, j’ai dé­bu­té avec un Ya­ma­ha CX5M, puis un Fal­con d’Ata­ri, que j’ai tou­jours. ¶ www.deep-fo­rest.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.