Fi­re­face UFX II

Re­tour à l’es­sen­tiel ! Après une in­ter­face UFX + sur­vi­ta­mi­née en 2016, RME a pré­sen­té au der­nier NAMM l’UFX II à soixante ca­naux en USB 2.0, plus en phase avec la ma­jo­ri­té des uti­li­sa­teurs de cartes son, tout en conser­vant les avan­cées de la ver­sion + et

Keyboards Recording - - TESTS - par Fran­çois Bou­che­ry

On peut consi­dé­rer plu­tôt la nou­velle in­ter­face RME comme suc­cé­dant à l’UFX ap­pa­rue en 2010 dont elle conserve le nombre de ca­naux et la connec­ti­vi­té USB 2 / ADAT. D’un autre cô­té, l’UFX II re­prend les normes au­dio de l’UFX + pour les pré­am­plis, les conver­tis­seurs, les sor­ties casque et l’en­re­gis­tre­ment DURec. Dis­tri­buée de­puis mai par Au­dio-Tech­ni­ca France, l’UFX II de­vrait aus­si sé­duire un grand nombre de home-stu­distes en des­cen­dant, grâce à l’aban­don des pro­to­coles Thun­der­bolt / USB 3.0, sous la barre des 2 000 €.

En fa­mille

La Fi­re­face UFX II conserve son iden­ti­fi­ca­tion par le bleu, mais seule­ment sur sa moi­tié droite, le reste étant en mé­tal ar­gen­té sui­vant le nou­veau design por­té par l’UFX +. L’in­ter­face en rack 1U est li­vrée avec le ma­nuel, le câble d’alim., le CD du dri­ver et deux câbles op­tique/USB de­puis l’aban­don dé­fi­ni­tif du Fi­reWire, d’où peut-être l’in­té­rêt de re­ti­rer un jour l’ap­pel­la­tion Fi­re­face ! L’UFX II n’a pas aug­men­té le nombre de ses en­trées mi­cro, avec quatre com­bos XLR/jack en fa­çade, tan­dis que huit autres en­trées Line sy­mé­triques sont im­plan­tées à l’ar­rière. En nu­mé­rique, l’UFX II bé­né­fi­cie de deux ports ADAT en op­tique qui dé­livrent un nombre d’en­trées va­riable en fonc­tion du taux d’échan­tillon­nage jus­qu’à 192 kHz (2 x 8 en­trées à 44,1 kHz), plus l’en­trée sté­réo AES/EBU en XLR, soit un to­tal de trente voies (12 ana­lo­giques, 18 nu­mé­riques). Le nombre de sor­ties est iden­tique, à tra­vers deux cir­cuits casques à l’avant, six sor­ties en jack TRS, deux XLR Mas­ter et au­tant de sor­ties nu­mé­riques que d’en­trées (à no­ter qu’un des ports ADAT peut être uti­li­sé en E/S S/PDIF). On trou­ve­ra éga­le­ment deux paires de MI­DI I/O à l’avant et à l’ar­rière pour un éven­tuel pi­lo­tage sous pro­to­cole Ma­ckie Con­trol, une paire de BNC pour les E/S WordC­lock afin d’uti­li­ser l’in­ter­face comme hor­loge maître avec la tech­no­lo­gie Stea­dy­clock et, juste à cô­té, le port USB qui per­met de connec­ter la té­lé­com­mande ARC. Le se­cond port « Me­mo­ry » à l’avant ac­cède au mode Di­rect USB Re­cor­ding (DURec) hors in­for­ma­tique, pour dou­bler par exemple l’en­re­gis­tre­ment mul­ti­piste avec une DAW jus­qu’à soixante pistes. Les fonc­tion­na­li­tés du DURec ont été amé­lio­rées dans l’UFX II, en par­ti­cu­lier avec un ti­me­code pour chaque fi­chier afin de flui­di­fier la lec­ture et amé­lio­rer la com­pa­ti­bi­li­té avec des DD lents ou par­ti­tion­nés. La sec­tion en bleu à droite est oc­cu­pée à gauche par dix leds de sta­tut ren­sei­gnant sur l’ac­ti­vi­té du si­gnal et un dis­play mul­ti­fonc­tion af­fiche les vu­mètres à l’échelle FS pour l’en­semble des soixante E/S. Il est en­tou­ré de trois en­co­deurs cran­tés avec op­tion pous­soir et quatre sé­lec­teurs de fonc­tions. Ils per­met­tront de prendre en main l’in­ter­face de­puis le hard­ware sans avoir re­cours à un con­trol pa­nel ( fi­gure 1). Le gros en­co­deur « Vo­lume » per­met d’ajus­ter le ni­veau gé­né­ral des sor­ties et un nou­vel af­fi­chage plus li­sible rem­place le mixage dès qu’on le ma­ni­pule, pour in­di­quer les va­ria­tions en dB (fi­gure 2). Une pres­sion sup­plé­men­taire le fe­ra bas­cu­ler sur cha­cun des deux cir­cuits casques in­dé­pen­dants et le re­tour aux vu­mètres se fe­ra au bout de quelques se­condes. En en­clen­chant le pre­mier sé­lec­teur Mic/Gain et en pres­sant les en­co­deurs 1 et 2, on règle les ni­veaux des quatre en­trées mi­cro (9/10 & 11/12). Le me­nu du DURec s’ob­tient par une pres­sion sur le bou­ton Rec/Play et le bou­ton Chan/Mix sert à éta­lon­ner les pa­ra­mètres de la piste (mo­no/sté­réo, mute, FX send, M/S, phase et ef­fets dy­na­miques), tan­dis qu’une deuxième pres­sion ac­cède aux pa­ra­mètres du sub­mix. La touche Se­tup/Rev per­met de gé­rer à la fois les ré­verbs et l’écho du DSP, ain­si que le type d’hor­loge, la fré­quence d’échan­tillon­nage, l’at­té­nua­tion Dim et le store/load pour sto­cker jus­qu’à six confi­gu­ra­tions qui peuvent aus­si être im­por­tées de­puis l’or­di­na­teur.

L’ARC USB, un atout de plus

Si l’on veut se fa­ci­li­ter la vie, la té­lé­com­mande op­tion­nelle ARC USB se­ra par­faite avec ses touches as­si­gnables ré­tro-éclai­rées et son gros jog (fi­gure 3). Elle est conçue pour com­mu-

ni­quer en USB 1.1 avec le To­talMix FX via l’or­di­na­teur, mais aus­si di­rec­te­ment en mode stan­da­lone re­liée en USB à l’UFX II (comme l’UFX +). Dans ce cas, trois modes se­ront pos­sibles via le me­nu Se­tup, dont une op­tion de sé­cu­ri­té qui oblige à ap­puyer 1 se­conde sur la touche pour ac­ti­ver la fonc­tion. Le vo­lume gé­né­ral, comme ce­lui des casques, peut être pi­lo­té par le jog, ain­si que les op­tions de trans­port du DURec via les trois bou­tons in­fé­rieurs. Une confi­gu­ra­tion plus pous­sée se­ra ob­te­nue à tra­vers le me­nu Key Com­mand du To­talMix FX où 36 com­mandes sont as­si­gnables aux 15 bou­tons.

Toutes les ver­tus du To­talMix FX

Le der­nier dri­ver RME contient (sous Win­dows) la suite d’ou­tils Flash Up­date pour la ré­vi­sion du firm­ware, le Di­gi­check pour des tests ul­tra dé­taillés et le To­talMix FX (fi­gure 4) pré­sent de­puis 2001, qui reste pro­ba­ble­ment l’une des meilleures in­terfaces de contrôle de l’Asio Di­rect Mo­ni­to­ring, of­frant des pos­si­bi­li­tés qua­si in­fi­nies sous Mac/PC et iPad/iPhone avec, pour ce der­nier cas, l’op­tion Class Com­pliant (CC) qui s’ac­tive de­puis le me­nu Se­tup du hard­ware. Le To­talMix FX, qui peut uti­li­ser plu­sieurs ap­pli­ca­tions si­mul­ta­nées en mode mul­ti­client, in­tègre les ef­fets et trai­te­ments conte­nus dans les DSP de la carte. Il pré­sente en haut les en­trées, au centre les re­tours DAW et en bas les sor­ties phy­siques et le con­trol room, avec pos­si­bi­li­té de ré­or­ga­ni­ser ces es­paces. On peut se créer des sous-groupes et jus­qu’à quinze sub­mix. Sur les voies d’en­trée, on pour­ra bas­cu­ler en mode mo­no/sté­réo, ac­ti­ver l’alim. fan­tôme, pas­ser en mode Ins­tr sur l’in­put 2 ou ré­gler en sté­réo la lar­geur de l’es­pace, le mode Mid/Side ou l’in­ver­seur de po­la­ri­té. Les ef­fets tem­po­rels ( Rev/ Echo) peuvent éga­le­ment être mé­lan­gés au si­gnal via le po­tard FX Send. Toutes les voies peuvent dé­ve­lop­per sur le cô­té une vi­sua­li­sa­tion de leurs trai­te­ments dy­na­miques, dont l’EQ pa­ra­mé­trique trois bandes et le com­pres­seur/ex­pan­deur. On pour­ra as­si­gner, par le sé­lec­teur Cue, les quatre sor­ties casque à toute sor­tie phy­sique de l’UFX II et la voie Main dis­pose des op­tions d’at­té­nua­tion tem­po­raire (Dim) et de pre­set de gain (Re­call). La touche Mo­no per­met de vé­ri­fier la co­hé­rence du si­gnal, le talk­back en­voie le mi­cro d’ordre dans les casques en at­té­nuant les autres sources, tan­dis que Mute FX by­passe les ef­fets.

Le bon choix

À l’es­sai par rap­port à l’UFX d’il y a sept ans, les conver­tis­seurs de l’UFX II se sont af­fi­nés et l’image sté­réo s’est amé­lio­rée. La mé­moire al­louée aux DSP a été aug­men­tée, pro­dui­sant des ré­verbs et des temps de de­lay plus al­lon­gés. Les en­trées/sor­ties ana­lo­giques ont aus­si été op­ti­mi­sées pour de meilleures per­for­mances sur le rap­port si­gnal/bruit, avec le nou­veau circuit mi­cro PAD-Free de +18 dBu de ni­veau d’en­trée of­frant 75 dB de gain (contre 65 dB à l’époque), de plus, les deux cir­cuits casques per­mettent l’uti­li­sa­tion d’écou­teurs haute ou basse im­pé­dance et l’ali­men­ta­tion a été re­vi­si­tée pour ré­duire la consom­ma­tion. Le choix de res­ter en USB 2.0 est en fait plu­tôt per­ti­nent pour ce type de pro­duit, car, hor­mis le fait qu’il reste com­pa­tible USB 3.0 et s’ouvre à la ma­jo­ri­té de l’éco­sys­tème MAO, RME argue qu’il a dé­ve­lop­pé de­puis long­temps sa propre tech­no­lo­gie du pro­to­cole pour abou­tir à des la­tences ex­trê­me­ment faibles (vé­ri­fiées !). On ob­tient ain­si avec l’UFX II la quin­tes­sence de la carte son ac­tuelle, un pro­duit abou­ti, au­to­nome, flexible et bé­né­fi­ciant d’une qua­li­té de dri­ver, DSP, pré­am­plis et conver­tis­seurs au top de ce que peut pro­duire la marque al­le­mande pour un ex­cellent rap­port qua­li­té/prix.

Le choix de res­ter en USB 2.0 est en fait plu­tôt per­ti­nent pour ce type de pro­duit.

1 Les ac­cès aux com­mandes phy­siques.

3 La té­lé­com­mande op­tion­nelle ARC USB.

2 Ré­glage du vo­lume.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.