Les mé­tiers de la mu­sique : Ac­cor­deur de pia­nos, ac­cord de l’art et de la tech­nique

Pa­tri­cia Kem­blins­ky est ac­cor­deur de pia­nos. Un mé­tier qui conjugue l’art et la tech­nique et qui de­mande un grand sens re­la­tion­nel. Une mé­de­cine douce au ser­vice de nos oreilles !

Keyboards Recording - - SOMMAIRE - Pro­pos re­cueillis par Mi­chelle Da­vène

Quel a été votre par­cours d’études ?

Pa­tri­cia Kem­blins­ky : Mon par­cours a com­men­cé par un Bac de la fi­lière comp­ta­bi­li­té, puis un BTS comp­ta et ges­tion d’en­tre­prise. Par la suite, je me suis di­ri­gée vers un mé­tier qui me cor­res­pon­dait vrai­ment, étant née au coeur d’une fa­mille de mu­si­ciens. J’ai donc étu­dié à l’Ins­ti­tut Tech­no­lo­gique Eu­ro­péen des Mé­tiers de la Mu­sique, l’Itemm, et j’ai ob­te­nu le CAP d’ac­cor­deur de pia­nos. Votre par­cours pro­fes­sion­nel ? J’ai tra­vaillé pour une so­cié­té de ges­tion de pa­tri­moine à Mo­na­co, puis comme comp­table dans une école de mu­sique à Pa­ris. Je suis main­te­nant à mon compte en tant qu’ac­cor­deur de pia­nos sur l’Île-de-France.

Quelles sont les qua­li­tés né­ces­saires pour être ac­cor­deur de pia­nos ?

Il faut être pas­sion­né par ce mé­tier et avoir une sen­si­bi­li­té ar­tis­tique dé­ve­lop­pée. Les qua­li­tés es­sen­tielles sont l’or­ga­ni­sa­tion, la mi­nu­tie, la pré­ci­sion et la pa­tience. Ac­cor­der de­mande beau­coup de concen­tra­tion et re­quiert à la fois des connais­sances gé­né­rales sur la fac­ture du pia­no, une oreille fine et une bonne maî­trise de la théo­rie de la mu­sique, comme par exemple connaître les in­ter­valles : tierce, quarte, quinte, oc­tave, in­dis­pen­sables pour ac­cor­der. En outre, une bonne culture mu­si­cale gé­né­rale sur l’his­toire, l’évo­lu­tion de la mu­sique et les dif­fé­rents cou­rants mu­si­caux per­met d’avoir des échanges cons­truc­tifs avec les pia­nistes. En­fin, la re­la­tion hu­maine est un as­pect très im­por­tant ; il faut être à l’écoute de son client et sa­voir bien le conseiller.

À quel pro­fil de clien­tèle s’adressent vos ser­vices ?

Ce sont prin­ci­pa­le­ment des par­ti­cu­liers, écoles, écoles de mu­sique, conser­va­toires, salles de concert.

Ex­pli­quez-nous la né­ces­si­té de la ré­gu­la­ri­té de l’ac­cord d’un pia­no.

Le pia­no est un ins­tru­ment à la fois simple et com­plexe de par sa fa­bri­ca­tion et les élé­ments qui le com­posent. Il pos­sède entre 220 et 240 cordes ten­dues aux en­vi­rons de 75 kg par corde pour pou­voir son­ner har­mo­nieu­se­ment. Toutes ces ten­sions bougent prin­ci­pa­le­ment en fonc­tion des va­ria­tions de tem­pé­ra­ture et de l’hy­gro­mé­trie qui en­traîne des va­ria­tions de charge sur la table d’har­mo­nie, et éga­le­ment du temps pas­sé à jouer sur l’ins­tru­ment. La ré­gu­la­ri­té de l’ac­cord, au moins une fois par an, a pour but de main­te­nir l’ins­tru­ment tou­jours au même dia­pa­son d’une ma­nière gé­né­rale. Ain­si, les va­ria­tions in­évi­tables de tension se­ront mi­nimes et le pia­no res­te­ra jouable toute l’an­née dans des condi­tions nor­males. Si le pia­no n’a pas été ac­cor­dé de­puis un mo­ment, il y a de fortes chances pour que le dia­pa­son – ac­tuel­le­ment le La du dia­pa­son est à 440 ou 442

hertz – ait bou­gé de plus de 3 hertz, ce qui si­gni­fie que toutes les cordes né­ces­sitent une tension telle que pour le sta­bi­li­ser il fau­dra, se­lon le pia­no, deux à trois pas­sages, c’est ce que nous ap­pe­lons une mise au ton avec ac­cord. Plus l’élé­va­tion de tension d’une corde est grande, plus cette der­nière cherche à se dé­tendre.

Quelques conseils pour bien « pla­cer » son pia­no chez soi…

L’em­pla­ce­ment du pia­no dans une pièce est im­por­tant : l’idéal est de l’installer dans une pièce qui au­ra une cer­taine sta­bi­li­té ther­mique, pas trop près d’une source de cha­leur – ra­dia­teur, che­mi­née, chauf­fage au sol –, et de le pro­té­ger de l’ex­po­si­tion di­recte au so­leil, ain­si que des cou­rants d’air.

Comme vous le di­siez pré­cé­dem­ment, les écarts de tem­pé­ra­ture et d’hy­gro­mé­trie sont nui­sibles…

Le pia­no est sen­sible à la tem­pé­ra­ture mais sur­tout aux va­ria­tions d’hy­gro­mé­trie. Ces va­ria­tions peuvent pro­vo­quer le gon­fle­ment du bois, la dé­té­rio­ra­tion des feutres, le dys­fonc­tion­ne­ment des touches.

Par­lez-nous de la main­te­nance tech­nique du pia­no…

Les pièces s’usent et le pia­no a be­soin d’être vé­ri­fié afin de conser­ver sa mu­si­ca­li­té. Il s’agi­ra de contrô­ler l’en­semble des pièces de la mé­ca­nique, l’état des feutres, la tension des res­sorts, le ser­rage des vis, le po­si­tion­ne­ment des dif­fé­rentes pièces telles que les mar­teaux, de vé­ri­fier le tou­cher du cla­vier, de sup­pri­mer les bruits pa­ra­sites. Il faut aus­si vé­ri­fier les dif­fé­rents ré­glages de la mé­ca­nique avec pré­ci­sion et l’éga­li­té sur toute l’éten­due des notes. On doit éga­le­ment tra­vailler sur le feutre des mar­teaux afin de rendre ho­mo­gène la cou­leur so­nore du pia­no lors du jeu du pia­niste. De plus, il peut y avoir des ré­pa­ra­tions à ef­fec­tuer, comme le chan­ge­ment d’une corde, d’un pi­vot, ou la né­ces­si­té d’un re­gar­nis­sage des mor­taises par exemple.

Quels sont les dys­fonc­tion­ne­ments les plus fré­quents ?

Le jeu des mor­taises des touches s’ac­cen­tue et les feutres doivent donc être rem­pla­cés. L’axe du mar­teau qui frappe les cordes évo­lue dans deux pa­liers ou « gar­ni­tures de feutre » : il peut s’user. Une so­lu­tion consiste à mettre un axe plus gros.

Qu’est-ce que l’as­so­cia­tion Eu­ro­pia­no France ?

Cette as­so­cia­tion est un re­grou­pe­ment de pro­fes­sion­nels de la mu­sique au­tour du pia­no : ac­cor­deurs, tech­ni­ciens, pia­nistes, com­mer­çants, en­sei­gnants. Elle per­met leur ré­fé­ren­ce­ment et leur re­grou­pe­ment. Elle pro­pose entre autres des stages de for­ma­tion conti­nue afin d’éle­ver ré­gu­liè­re­ment le ni­veau tech­nique de ses membres. Elle veille éga­le­ment au main­tien de la dé­on­to­lo­gie de la pro­fes­sion d’ac­cor­deur, ga­ran­tie de sé­rieux et de pro­fes­sion­na­lisme né­ces­saire envers la clien­tèle. Une anec­dote re­la­tive à votre pro­fes­sion… Il m’est ar­ri­vé, en ti­rant la mé­ca­nique d’un pia­no quart de queue, de trou­ver des ob­jets in­so­lites, comme une paire de lu­nettes tant cher­chée et des jouets d’en­fant dans ce même pia­no.

Les qua­li­tés es­sen­tielles né­ces­saires sont l’or­ga­ni­sa­tion, la mi­nu­tie, la pré­ci­sion et la pa­tience.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.