Or­ga­no­lo­gie : La ly­ra cré­toise

La ly­ra est l’ins­tru­ment em­blé­ma­tique de la tra­di­tion cré­toise. Si votre cu­rio­si­té vous conduit un peu au-de­là des ter­rasses d’hô­tel, ce sub­til ins­tru­ment vous ré­ser­ve­ra de dé­li­cates sur­prises…

Keyboards Recording - - SOMMAIRE - par Mi­chelle Da­vène Psa­ran­do­nis.

La λυρα cré­toise est une vièle à trois cordes. Ins­tru­ment à cordes frot­tées, son ori­gine re­monte au IXe siècle. Elle n’a pas de touches au sens clas­sique du terme, puisque les doigts glissent sans y pres­ser la corde. La ro­sace se di­vise en deux ouïes se­mi­cir­cu­laires. Elle s’accorde le plus sou­vent ain­si : Sol, Ré, La. On la re­trouve dans l’em­pire by­zan­tin, les Bal­kans, la Turquie et le MoyenO­rient. Elle est fort pro­ba­ble­ment à l’ori­gine du re­bec du Moyen-Âge et s’est trans­for­mée au fil du temps. Ins­tru­ment so­liste, elle ac­com­pagne éga­le­ment le chant et s’as­so­cie au luth ( λαουτο).

Tech­niques de jeu et ré­per­toire

Il existe plu­sieurs sortes de ly­ra, donc plu­sieurs tech­niques de jeu. Ce qui étonne à la pre­mière écoute est l’illu­sion po­ly­pho­nique que l’ins­tru­men­tiste peut ob­te­nir à par­tir de trois cordes : corde basse émet­tant un bourdon en­ri­chi par­fois par des rythmes de bat­te­ments de pied et les autres cordes jon­glant avec deux mé­lo­dies en courtes al­ter­nances, don­nant une sen­sa­tion de re­lief po­ly­pho­nique très im­pres­sion­nante ! La main gauche dé­ter­mine la place de la note avec l’ongle, qui joue en quelque sorte le rôle de la frette en blo­quant la corde la­té­ra­le­ment. S’ajoutent par­fois de pe­tites notes pin­cées en piz­zi­ca­to jouées en main gauche. La te­nue de l’ar­chet rap­pelle la tech­nique ba­roque, à sa­voir que les doigts de la main droite tendent la mèche. Le ré­per­toire tra­di­tion­nel est ce­lui des chan­sons d’amour. On re­trouve la ly­ra en pe­tite for­ma­tion or­ches­trale dans les fêtes et les danses tra­di­tion­nelles. Dans les an­nées 60-70, la ly­ra com­mence à se mé­lan­ger sans com­plexe aux ins­tru­ments des mu­siques am­pli­fiées comme aux ins­tru­ments clas­siques.

Les maîtres de la tra­di­tion de la ly­ra

La fa­mille Xy­lou­ris est ori­gi­naire d’Ano­gia, village si­tué dans les mon­tagnes du mas­sif du Psi­lo­ri­tis. Cette ré­gion reste ac­tuel­le­ment un bas­tion de l’au­then­tique culture cré­toise. Cette dy­nas­tie de mu­si­ciens d’ex­cep­tion a su main­te­nir la tra­di­tion mu­si­cale cré­toise et la conti­nui­té de son ré­per­toire. Elle est connue in­ter­na­tio­na­le­ment. Psa­ran­do­nis joue en­core au­jourd’hui en Crête et tou­jours avec le même cha­risme. Après les an­nées 80, bien que la ly­ra soit tou­jours pré­sente, l’ap­port de nouveaux styles au­rait pu l’éclip­ser. C’est avec fi­nesse et pé­da­go­gie que Psa­ran­do­nis a su l’as­so­cier aux nou­velles ten­dances mu­si­cales afin d’en main­te­nir l’exis­tence. Il la di­ri­ge­ra par la suite vers un re­tour pro­gres­sif à son ca­rac­tère ini­tial. Il est à pré­sent le maître de la tra­di­tion et de la trans­mis­sion des tech­niques clas­siques de cet ins­tru­ment, ain­si que de la va­lo­ri­sa­tion de son ré­per­toire dont il est à la fois le té­moin mais éga­le­ment l’au­teur de nom­breux thèmes. Son fils Gior­gos, joueur de laou­to, as­sure sans au­cun doute une re­lève à l’image de l’in­es­ti­mable ta­lent de son père. Pour avoir eu la chance d’ap­pro­cher ces ar­tistes, il reste à dire que leur gé­né­ro­si­té et leur sim­pli­ci­té sont im­menses…

La fête d’Agia Ma­ri­na

Chaque an­née, le Ca­fé Es­pe­ria de Van­ge­lis Ma­nou­ras à Agia Ma­ri­na Ga­zi convie d’ex­cel­lents groupes de mu­si­ciens. Cet évé­ne­ment fé­dé­ré par la fête de cette pe­tite ville ras­semble en priorité ses ha­bi­tants. Son ca­rac­tère in­fi­ni­ment au­then­tique re­pose jus­te­ment sur le fait qu’il s’adresse aux ha­bi­tués. Il est im­pres­sion­nant de voir la di­men­sion in­ter­gé­né­ra­tion­nelle de cet évé­ne­ment et de consta­ter com­bien une par­faite connais­sance des chants et des danses est tou­jours d’ac­tua­li­té.

Fête d’Agia Ma­ri­na. Mar­kos Pa­na­gio­ta­kis, jeune joueur de ly­ra.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.