Plus d’une corde à son art

Com­ment bien re­prendre une gui­tare élec­trique en home-stu­dio ? Là est la ques­tion ! Une simple in­ter­ro­ga­tion, mais beau­coup de ré­flexion, de re­cul à prendre et de tests pour trou­ver une ré­ponse adé­quate. Nous n’al­lons pas ici as­sé­ner des vé­ri­tés toutes fa

Keyboards Recording - - EN UNE - par Éric Chau­trand

Il est vrai que lors­qu’on est gui­ta­riste élec­trique ou que l’on sou­haite en re­prendre un dans son home-stu­dio, la tâche peut s’avé­rer plus com­pli­quée qu’on ne le croit de prime abord. Se­lon le style mu­si­cal joué, le type d’am­pli à re­prendre, le pro­blème du bruit ou du ni­veau de jeu mi­ni­mal doit être ré­glé pour ne pas s’at­ti­rer les foudres du voi­si­nage. La mode est au re­tour des lampes pour les am­plis qui, même de faible puis­sance an­non­cée, res­tent re­la­ti­ve­ment so­nores lors­qu’il est ques­tion d’at­teindre leur « sweet spot ». En­ten­dez par là, le ni­veau de vo­lume au­quel il faut les jouer pour qu’ils dé­livrent le son qu’aime le gui­ta­riste. Les construc­teurs l’ont bien com­pris, cha­cun pro­po­sant dé­sor­mais des am­plis 5 W, à lampes, ou plus puis­sants, mais swit­chables à des va­leurs al­lant jus­qu’à deux/trois fois moins de puis­sance no­mi­nale. Les Vox AC4TV et Bu­ge­ra V5 pro­po­sant trois puis­sances, 4 W / 5 W, 1 W et 0,25 W / 0,1 W, ou Mar­shall et son DSL5C (5 et 1 W), entre autres, en sont de dignes re­pré­sen­tants. Mais voi­là, le gui­ta­riste qui va ve­nir faire sa prise (ou vous­même) ne joue pas sur l’un de ces am­plis et pré­fère son com­bo Fen­der, sa tête Me­sa/Boo­gie et son baffle 4 x 12’’ ou tout autre mo­dèle vi­ta­mi­né. Nous al­lons donc voir quelles sont les so­lu­tions à notre dis­po­si­tion, en fonc­tion de l’am­pli et des dif­fé­rents ma­té­riels de captation qui peuvent nous ai­der.

Un am­pli « à l’an­cienne »

Ce n’est pas for­cé­ment un am­pli an­cien, vieux ou vin­tage, mais plu­tôt un am­pli qui am­pli­fie, un point c’est tout ! Pre­nons le cas de la sé­rie Hot Rod de chez Fen­der, avec des mo­dèles bien connus comme les De­luxe, DeVille, Pro et Blues Ju­nior. Ces am­plis sont les com­pa­gnons de nom­breux gui­ta­ristes, prin­ci­pa­le­ment grâce à leur son très ty­pé. Mais ils ont un autre point com­mun, n’in­té­grer au­cun dis­po­si­tif pour les re­prendre. Dans un pre­mier temps, la meilleure so­lu­tion est de pas­ser par un mi­cro de re­prise, pla­cé de­vant ou non loin de la grille de pro­tec­tion du HP. On parle alors de « mi­king » ou de « mi­ker » l’am­pli. Le simple fait de dis­po­ser du bon mi­cro ne règle ce­pen­dant pas tous les pro­blèmes. Sur scène ou en condi­tions de prise live en stu­dio, il convient de faire at­ten­tion à l’in­ter­ac­tion d’autres ins­tru­ments dans le son re­pris par le mi­cro. Le pla­ce­ment de ce der­nier est im­por­tant, mais au­cune règle pré­cise ne dé­ter­mine la qua­li­té du son fi­nal. Gé­né­ra­le­ment, le mi­cro se place entre le bord ex­té­rieur et le centre du HP, à quelques cen­ti­mètres de la grille, in­cli­né lé­gè­re­ment vers le haut pour cap­ter ef­fi­ca­ce­ment les basses fré­quences. Il convient en­suite de pra­ti­quer plu­sieurs es­sais de re­prise, au vo­lume de jeu, en mo­di­fiant po­si­tion et/ou angle d’in­cli­nai­son du mi­cro. L’acous­tique de la salle, du lo­cal in­ter­vient sys­té­ma­ti­que­ment dans le grain cap­té. La vraie pre­mière règle à ap­pli­quer (et c’est va­lable pour toutes les mé­thodes de re­prise) est de de­man­der au gui­ta­riste de faire le son au HP. On ne s’oc­cupe de la re­prise que lors­qu’il est sa­tis­fait de ce qu’il pro­duit, en son clair puis en sa­tu­ré, au be­soin. Cô­té

La vraie pre­mière règle à ap­pli­quer est de de­man­der au gui­ta­riste de faire le son au HP. On ne s’oc­cupe de la re­prise que lors­qu’il est sa­tis­fait de ce qu’il pro­duit.

mi­cro, le Shure SM57, ca­pable de sup­por­ter des pres­sions acous­tiques im­por­tantes, po­si­tion­né sur une mi­ni-perche, reste un choix ba­sique et ef­fi­cace (fi­gure 1). Les al­ter­na­tives à ce mi­cro dy­na­mique sont nom­breuses, sou­vent plus oné­reuses. Par­mi les usages, on trouve fré­quem­ment les Senn­hei­ser e906 / 421, dy­na­miques (fi­gure 2), qui ont la par­ti­cu­la­ri­té de pou­voir se lais­ser pendre de­vant la grille de HP de par leur forme, l’AKG D40, l’Au­dio-Tech­ni­ca AT2020, mi­cro sta­tique ca­pable d’en­cais­ser, le Beyer­dy­na­mic M 88, mi­cro à tout faire, etc. Un couple de mi­cros dif­fé­rents is­sus de cette liste peut être uti­li­sé, avec des pla­ce­ments et in­cli­nai­sons dif­fé­rents pour de meilleurs ré­sul­tats, voire en po­si­tion­ner un à l’ar­rière de l’am­pli, lorsque ce­lui-ci dis­pose d’un ca­bi­net ou­vert (cas de nom­breux com­bos). Les pu­ristes (for­tu­nés) peuvent leur ad­joindre un sta­tique comme le Neu­mann U 87 ou l’AKG C414, pla­cé en am­biance pour la prise de l’acous­tique de la pièce, à plus d’1 mètre du HP pour évi­ter de les dé­truire par la pres­sion acous­tique. Cer­tains in­gé­nieurs du son n’aiment pas la ma­noeuvre, des pro­blèmes de phase entre mi­cros étant pos­sibles, et donc à ré­gler ! Pen­sez éga­le­ment à la né­ces­si­té d’avoir une table de mixage avant l’in­ter­face au­dio pour ef­fec­tuer pré-mix et pré-cor­rec­tion ou de dis­po­ser d’une carte son avec le nombre d’en­trées qui va bien, si vous sou­hai­tez les en­re­gis­trer en di­rect.

Mo­di­fier un am­pli « à l’an­cienne »

Il existe un moyen de mi­ker un am­pli ne dis­po­sant d’au­cune sor­tie ligne ou autre, sans mi­cro ! Par­mi les so­lu­tions, celle pro­po­sée par Hugues & Kett­ner sous l’ap­pel­la­tion Red Box (fi­gure 3). La pe­tite boîte rouge s’in­sère entre la sor­tie HP de l’am­pli et le HP lui-même. Dans la plu­part des cas, il vous fau­dra fa­bri­quer un cor­don in­ter­mé­diaire HP à l’aide de deux prises jack 6,35 et d’un câble à deux conduc­teurs non blin­dés. Il suf­fit de dé­bran­cher le câble HP d’ori­gine pour le rac­cor­der à la sor­tie Th­ru de la Red Box. Le cor­don que vous ve­nez de créer se branche sur le jack de sor­tie de la par­tie am­pli­fi­ca­teur de l’am­pli et la prise Spea­ker In de la Red Box. Cette dernière doit être ali­men­tée par une pile 9 V ou une ali­men­ta­tion ex­terne. Dès lors, lors­qu’une gui­tare joue, rien ne change, le son est au­dible via le HP de l’am­pli. Une par­tie du si­gnal de sor­tie de l’am­pli est pré­le­vée pour pas­ser à tra­vers un si­mu­la­teur de HP 4 x 12’’, le sy­mé­tri­ser, puis l’ache­mi­ner vers une XLR stan­dard, à rac­cor­der sur la table de mixage ou l’in­ter­face au­dio, en­trée ligne. Avan­tages, plus de pro­blème de mi­king, pas de risque de re­prendre un autre ins­tru­ment et gain de temps as­su­ré. In­con­vé­nient, le ni­veau de si­gnal pré­le­vé dé­pend du vo­lume de l’am­pli, on ne règle pas le pro­blème de voi­si­nage si l’on cherche le sweet spot ! Une en­trée ligne est dis­po­nible lorsque l’on uti­lise un am­pli à tran­sis­tor pour ré­cu­pé­rer le si­gnal après le pré­amp (sor­tie ligne, si dis­po­nible sur l’am­pli). Dans ce cas (seule­ment), il est pos­sible de ne pas rac­cor­der le HP et de jouer à fort vo­lume sans dé­ran­ger qui­conque. À no­ter, la ver­sion 5 de la Red Box pro­pose quelques op­tions sup­plé­men­taires via des mi­ni-switchs, à ac­ti­ver ou non, sans chan­ger le prin­cipe de captation.

Sor­ties ligne et si­mu­la­tion de HP

De nom­breux am­plis d’au­jourd’hui pro­posent de sé­rie une sor­tie ligne. Celle-ci per­met de re­prendre le son à la sor­tie du pré­am­pli, avant l’am­pli­fi­ca­teur, par­fois après la boucle d’in­ser­tion d’ef­fets, si pré­sente. L’in­té­rêt de cette prise est de ne pas dé­pendre du vo­lume de l’am­pli et de ne cap­tu­rer que le son brut, en gé­né­ral avec éga­li­sa­tion et ré­glages de gain/over­drive. Ce son brut est in­té­res­sant si l’on sou­haite l’en­re­gis­trer et le re­tra­vailler avec une si­mu­la­tion de HP lo­gi­cielle, mais n’est pas « bien » ex­ploi­table en console de live, par exemple. Les sa­tu­ra­tions ont ten­dance à son­ner « scie élec­trique », les fré­quences ai­guës trop pré­sentes ren­dant le son ir­réa­liste, voire désa­gréable. Cer­tains fa­bri­cants d’am­plis l’ont bien com­pris et four­nissent, à l’image de la Red Box, une sor­tie ligne in­té­grant une si­mu­la­tion de HP, des­ti­née à être en­re­gis­trée ou dif­fu­sée en com­plé­ment d’un mi­king via une table de mixage en live. C’est le cas des am­plis Koch qui in­tègrent tous une sor­tie Re­cor­ding si­mu­lant un mi­king

tra­di­tion­nel (jack rouge) (fi­gure 4). Cer­tains mo­dèles (Stu­dio­tone 20) per­mettent même le choix entre deux voi­cings / types de mi­king pour la si­mu­la­tion de HP, tout en of­frant des sor­ties ligne di­rectes, non fil­trées (clean chan­nel / casque) pour as­su­rer les si­mu­la­tions de HP lo­gi­cielles. Avec un tel ma­té­riel, le gui­ta­riste dis­pose de toutes les op­tions pos­sibles pour re­prendre son am­pli dans les meilleures condi­tions. Libre à lui de créer au­tant de pistes qu’il le sou­haite dans sa DAW, avec un mi­king tra­di­tion­nel, puis de les mixer pour ob­te­nir le meilleur son pos­sible.

Le re-amping

C’est l’une des ten­dances à la mode, à sa­voir, en­re­gis­trer si­mul­ta­né­ment le son gé­né­ré par l’am­pli, mi­ké ou pas, avec sor­tie Re­cor­ding ou ligne, et ce­lui du jeu di­rect de l’ins­tru­men­tiste. L’idée, conser­ver (ou pas) le son am­pli­fié et uti­li­ser la piste brute pour lui ap­pli­quer une mo­dé­li­sa­tion d’am­pli­fi­ca­teur lo­gi­cielle ou ré­en­re­gis­trer la prise à tra­vers un autre am­pli. Libre en­suite de re­mixer ces pistes à l’en­vi, d’en créer plu­sieurs avec dif­fé­rentes mo­dé­li­sa­tions, etc. Les construc­teurs de cartes son com­mencent à in­té­grer cette pos­si­bi­li­té, à l’image d’Ar­tu­ria et de sa ré­cente Au­dioFuse (fi­gure 5). Dans ce cas, l’in­té­rêt est double, puis­qu’il est pos­sible d’uti­li­ser cette sor­tie pour ali­men­ter l’am­pli, of­frir un re­tour son au mu­si­cien pen­dant l’en­re­gis­tre­ment, puis de ré­en­re­gis­trer en pre­nant le temps de mi­ker un nou­vel am­pli avec un ou plu­sieurs mi­cros. Ou une mo­dé­li­sa­tion lo­gi­cielle… Si la carte son ne dis­pose pas de la fonc­tion Ream­ping, il existe des so­lu­tions por­tables pro­po­sées par la marque Ra­dial. Dans un pre­mier temps, il faut en­re­gis­trer la gui­tare « dry » en pas­sant par une boîte de di­rect, ici le mo­dèle Pro48. Ce­lui-ci se charge d’as­su­rer le re­tour à l’am­pli pour le jeu du gui­ta­riste, tout en l’en­re­gis­trant via une sor­tie sy­mé­tri­sée sur la carte son (ou tout autre dis­po­si­tif d’en­re­gis­tre­ment) (fi­gure 6a). La phase de re-amping peut avoir lieu, même si le mu­si­cien est ab­sent. Le boî­tier ProRMP re­cueille la piste de gui­tare via la carte son sur une en­trée sy­mé­trique XLR et l’ache­mine sur la sor­tie asy­mé­trique haute im­pé­dance (Hi-Z) en jack 6,35. Il est pos­sible de la faire tran­si­ter par des pé­dales d’ef­fets ou un pe­dal­board avant d’at­ta­quer l’en­trée de l’am­pli. Ne reste plus qu’à mi­ker cet am­pli, puis à en­re­gis­trer le son sur une ou plu­sieurs pistes de la DAW (fi­gure 6b). La fonc­tion Re-amping peut ne pas plaire au gui­ta­riste ou à l’in­gé-son, cer­tains l’ef­fec­tuant à l’in­su du mu­si­cien, afin de conser­ver l’éner­gie de son jeu. Pour au­tant, le re-amping ne règle pas to­ta­le­ment la pro­blé­ma­tique du sweet spot, à sa­voir le vo­lume so­nore né­ces­saire pour faire son­ner un am­pli à lampes cos­taud ! No­tez que cer­tains com­bos Koch (Ju­pi­ter 45 / 50-212) pro­posent un dim­mer en guise de vo­lume mas­ter, un ré­glage qui fonc­tionne comme un at­té­nua­teur et conserve le grain de la sa­tu­ra­tion, quel que soit le vo­lume de sor­tie de l’am­pli. Mais si vous n’ai­mez pas les Koch, si vous ne sou­hai­tez pas chan­ger d’am­pli car vous ai­mez le vôtre ou si vous jouez sur un am­pli vin­tage qu’on ne peut/veut bri­co­ler, il existe la so­lu­tion pro­po­sée par Two Notes Au­dio En­gi­nee­ring, le Tor­pe­do Cap­tor !

Le re-amping est l’une des ten­dances à la mode. Les construc­teurs de cartes son com­mencent à in­té­grer cette pos­si­bi­li­té…

Mi­king avec un Shure SM57.

Le Senn­hei­ser e906

La Red Box Mk II de Hugues & Kett­ner.

Prise di­recte de la gui­tare via le boî­tier Ra­dial Pro48. Re-amping via le boî­tier Ra­dial ProRMP. 6a 6b

Sché­ma de re-amping avec l’Ar­tu­ria Au­dioFuse. 5

La sor­tie Re­cor­ding du Koch Ju­pi­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.