Le Cap­tor : d’abord une load­box ré­ac­tive

Keyboards Recording - - EN UNE -

Il s’agit d’un dis­po­si­tif ca­pable de rem­pla­cer la charge que consti­tue le HP d’un am­pli gui­tare à lampes, en dis­si­pant en cha­leur l’éner­gie four­nie par l’am­pli et en adap­tant l’im­pé­dance com­plexe du HP. En ef­fet, im­pos­sible, sans load­box, de jouer l’am­pli en dé­bran­chant le HP, le trans­for­ma­teur et/ou les lampes de l’étage de puis­sance de sor­tie n’y ré­sis­te­raient pas, ou pas long­temps. La cause, l’im­pé­dance de­ve­nant trop éle­vée (pas de HP bran­ché), les ten­sions aux bornes du trans­fo de sor­tie vont s’éle­ver jus­qu’à pro­vo­quer des arcs élec­triques au sein de ses en­rou­le­ments, dé­truire leur iso­la­tion, puis… boum ! Avec le Cap­tor, nous ré­glons d’en­trée le pro­blème du voi­si­nage, puisque nous al­lons pou­voir jouer avec les ré­glages du sweet spot, sans HP, donc sans bruit ! Un oeil sur la cons­ti­tu­tion in­terne du Cap­tor nous per­met de voir le ra­dia­teur de dis­si­pa­tion qui oc­cupe une large place dans le boî­tier (fi­gure 7). Sa­chez qu’il existe trois ver­sions du Cap­tor, dé­pen­dant de l’im­pé­dance du HP de l’am­pli pos­sé­dé, 4, 8 ou 16 ohms. Ain­si, l’am­pli croit être rac­cor­dé à son en­ceinte, et son com­por­te­ment mu­si­cal et élec­tro­nique de­meure iden­tique. Ne reste plus qu’à ex­ploi­ter si­mul­ta­né­ment ou in­di­vi­duel­le­ment ses pos­si­bi­li­tés sur le re­pi­quage du jeu : at­té­nuer le son de 20 dB pour le jeu en club / à la mai­son, uti­li­ser le HP d’ori­gine à pleine puis­sance sans le mi­ker, en­re­gis­trer une sor­tie ligne sy­mé­trique « dry » pour carte son + si­mu­la­tion lo­gi­cielle, uti­li­ser une sor­tie ac­tive DI sy­mé­trique avec si­mu­la­tion de HP pour dif­fu­sion vers une console de scène ou en­re­gis­tre­ment tel quel (fi­gure 8).

Les en­trailles du Tor­pe­do Cap­tor. Uti­li­sa­tions pos­sibles du Cap­tor.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.